Logo ETI Quitter la lecture facile

Grâce à Autolib’, Bolloré s’impose dans l’autopartage

Posté le par Matthieu Combe dans Entreprises et marchés

Le système d’autopartage Autolib’, proposé par Bolloré, a été lancé le 5 décembre 2011. Le succès est tel qu’il devrait atteindre l’équilibre financier deux ans avant la date prévue, soit dès 2014 ! Le système fait des petits un peu partout…

Autolib’ a passé la barre des 80 000 abonnements vendus et des 2 millions de locations réalisées. La société détient 25 000 abonnés à l’année qui utilisent en moyenne les voitures deux fois par semaine pour une durée de 40 minutes afin de réaliser des trajets de 10 km par location. Chaque mois, c’est 200 000 locations qui sont enregistrées !

Le succès d’Autolib’ est en grande partie lié à sa simplicité d’utilisation. Avec le service Yélomobile à la Rochelle, Autolib’ est pour le moment le seul service d’autopartage en France à proposer des trajets en trace directe. En trace directe, le véhicule peut être rendu dans une autre station que la station de départ. Il est opposé aux systèmes en boucle où le véhicule doit être rendu là où il a été retiré. Ces deux services d’autopartage présentent d’autres particularités : il s’agit uniquement de véhicules électriques, sans réservation préalable obligatoire et sans obligation de communiquer sur la durée de réservation.

Mais intéressons-nous plus spécifiquement au cas d’Autolib’, car le système est en phase de se dupliquer un peu partout. Plus qu’un simple système de partage de voitures électriques, il fournit également une infrastructure de recharge, un système d’informations et des réseaux télécoms embarqués. Plus de 4 000 points de charge sont actuellement installés dans les 800 stations d’Ile-de-France. Les objectifs visent 1 100 stations, 5 000 bornes de recharges électriques, 1 200 abonnés supplémentaires par semaine et 3 000 véhicules sur la chaussée en 2013 !

Découvrez notre base documentaire

Voiture propre 


La BlueCar (c’est son nom !) est conçue pour être intelligente, intégrée dans un système d’information intelligent. Le système enregistre les radios et itinéraires préférés des utilisateurs et il les télécharge dans chaque nouvelle voiture réservée. Et comme la BlueCar est connectée, le système vous informe en temps réel des places disponibles. Vous n’avez donc pas à craindre de tourner des heures dans Paris avant de trouver une place ! Il vous est même possible de réserver gratuitement une place pendant 90 minutes et une voiture pendant 30 minutes. Voici de quoi être rassuré. À partir de septembre, un nouveau portail de services devrait voir le jour. Il permettra aux utilisateurs de trouver les services les plus proches dont ils ont besoin.

En un peu plus d’un an, Autolib’ est devenu une véritable industrie. 100 personnes se relaient 24h/24 pour assurer le service d’assistance en continu. Le nombre de sinistres est faible, mais il y a un enjeu de nettoyage intensif. Car oui, les parisiens ne sont pas toujours très propres !

Une infrastructure disponible pour tous

La charge de la batterie est lente à 3kW, 220 V et 16 A. Le réseau de charge est ouvert à tous les véhicules électriques présents sur le marché. C’était une clause du contrat avec la Ville de Paris. Toutefois, « l’homologation de la Zoé pose actuellement problème » fait savoir Serge Amabile, Directeur Marketing & Commercial d’Autolib’, car « elle tire à 18 A en charge rapide ».

Un particulier voulant profiter de l’infrastructure d’Autolib’ pour recharger son véhicule, doit se procurer un pack auprès de la société. Il lui permettra de se brancher à certaines heures pour unedurée maximale de 2 heures et 15 minutes. Il est vendu à 180 euros pour une voiture et à 15 euros pour un deux roues.

D’autres clients sont aujourd’hui intéressés par ce genre de schémas et travaillent avec Bolloré pour développer des services semblables. Il s’agit par exemple de services d’autopartage pour les entreprises. Le premier exemple qui fait figure de vitrine marketing est celui de Mycar, élaboré par Bolloré pour les salariés du siège social d’Atos, géant mondial de services informatiques, à Bezons, en région parisienne. La flotte de la société se compose de 10 véhicules aux couleurs de l’entreprise qui ont accès à l’ensemble des bornes Autolib’ franciliennes. Environ 60 m2 de panneaux photovoltaïques sont installés sur le site de Bezons pour « compenser » la consommation énergétique de la flotte de véhicules. « L’expertise acquise nous permet d’être très confiants pour proposer à des entreprises comme Atos des démarches purement privatives », affirme Serge Amabile.

De nouvelles villes sont aussi intéressées par le système. Le prochain grand déploiement est d’ores et déjà prévu à Lyon et la commune de Villeurbanne. 130 voitures, 50 stations équipées de 250 bornes de charges devraient être opérationnelles dès le 10 octobre 2013. En 2014, ces chiffres devraient être portés à 250 véhicules et 100 stations. Viendra ensuite le tour de l’agglomération bordelaise d’ici fin 2013. Le système portera sur une centaine de véhicules, 40 à 50 stations dans Bordeaux et quelques communes voisines. Le concept pourrait même débarquer à Indianapolis aux Etats-Unis dès l’année prochaine. Alors que peu de personnes croyaient au succès du dispositif lors de son lancement, plus rien n’arrête Autolib’ !

Par Matthieu Combe

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !