Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

225 000 emplois pour la filière électrique d’ici 2015 ?

Posté le par La rédaction dans Environnement

Le secteur de la production et de la distribution d'énergie doit opérer de profondes mutations pour relever les défis qui sont les siens...

Les entreprises qui évoluent dans les secteurs liés à la production ou à la distribution d’énergie sont très nombreuses, et avec des spectres d’activités larges. Cette filière, mal connue, représente plus de 400 000 emplois. Les défis des entreprises qui constituent cette filière vont être nombreux dans les années qui arrivent.

 

Il ne faut pas oublier que durant de nombreuses années, dans le secteur de l’énergie, les choix de politiques industrielles de la France ont très largement favorisé la filière nucléaire depuis de nombreuses années. Mais ce n’est pas tout. En effet, il est incontestable que la France accuse un retard certain dans le domaine des énergies renouvelables, que ce soit dans la production à proprement dite mais aussi et surtout dans l’innovation et le développement de technologies permettant de les produire. Si la France rattrape partiellement son retard en matière de production d’énergies renouvelables, il n’en est rien dans le domaine des équipements permettant de produire ces énergies.

Alors que la production d’énergies renouvelables en France augmente fortement, les biens d’équipements dans ce secteur doivent être importés. Les filières du solaire photovoltaïque et des pompes à chaleur sont les principaux contributeurs à ce déficit. Le secteur de l’éolien est dominé par des entreprises danoises, allemandes et espagnoles qui subissent une forte concurrence chinoise. Le domaine du solaire est largement dominé par les entreprises allemandes, là encore menacées par les entreprises chinoises. Dans ces secteurs la bataille fait rage pour le leadership et la France ne fait pas partie des compétiteurs. Au niveau du secteur du photovoltaïque, cela est encore pus vrai depuis l’annonce du moratoire, début 2011.Les estimations sur les cinq années à venir, en ce qui concerne la filière, sont plutôt positives. En effet, ce sont 225 000 emplois qui devraient être créés entre 2010 et 2015, dans les domaines d’activités suivants :

  • Conception / études (R&D)

  • Chargé d’affaires / Technico commercial

  • Production / fabrication

  • Essais / tests de qualification

  • Maintenance

Etant donné l’aspect transversal évident des activités qui constituent ce secteur, le Comité de filière a décidé de diviser ce secteur en sept sous-secteurs, pour analyser les problématiques de manière plus cohérente. Voici ces sept sous-secteurs : 

 

 

La filière « Construction électrique, électromagnétique et réseaux » constitue une filière globalement centrée sur les différentes technologies liées à l’électricité, à travers sa production, son transport, sa distribution, son stockage, son utilisation et sa transformation. Les sociétés actuelles, complètement dépendantes de l’électricité, le savent : sécuriser l’approvisionnement en électricité est vital. Il suffit de voir les chaos provoqués par les récents black out survenus aux Etats-Unis pour s’en convaincre.

Aujourd’hui, l’ « énergie électrique » fait bien entendu partie intégrante des réflexions dans le Grenelle de l’environnement en termes de maîtrise de l’énergie et de réduction des émissions de CO2. L’Energie électrique, dans le cadre de la croissance verte, constitue un enjeu majeur du siècle à venir. Un certain nombre de technologies sont mises en avant pour réduire notre dépendance au pétrole et pour s’attaquer aux problèmes liés au CO2. 

Les métiers d’avenir

L’électricien est un métier d’avenir, il s’en trouve renforcé désormais par les nouveaux besoins résultant de la croissance verte. Après, certains secteurs ont des mutations à préparer. Notamment, dans le cas des métiers de la filière « Construction électrique, électromécanique et réseaux », le profil type de l’électricien évolue à travers une sensibilisation aux problèmes de l’Eco-conception et du recyclage, à travers également une initiation à l’économie verte et enfin par la maîtrise des TICs. Cependant, ce nouveau profil d’emploi vert n’a de sens qui si les compétences du cœur de métier restent inchangées, voire renforcées dans certains cas.

Toujours selon le comité de filière, les trois défis majeurs à relever par la filière « Construction électrique, électromécanique et réseaux », déclinée suivant un certain nombre de secteurs activités, sont les suivants :

  • Le soutien à l’émergence de nouveaux métiers ou activités ;

  • L’accompagnement de mutations que devront connaître les métiers de certains secteurs ;

  • L’orientation et la qualification de main d’œuvre vers les secteurs bénéficiant de gisements d’emplois du fait notamment des dispositions du Grenelle de l’environnement. 

Par Pierre THOUVEREZ

 

Sources : developpement-durable.gouv.fr, BCG

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !