Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Bientôt des Français sur Mars

Posté le par La rédaction dans Innovations sectorielles

Des Français font partie des personnes sélectionnées pour être les premiers colons sur Mars

Coloniser Mars. Tel est l’audacieux projet de la société Mars One. Pour y arriver, l’entreprise néerlandaise doit œuvrer sur deux fronts. Le premier est évidemment technique avec la construction de l’engin qui emmènera les humains sur la planète rouge, ainsi que la mise en place des outils sur place tels que les habitats, les serres et du matériel pour fabriquer de l’eau ou de l’oxygène… Mais tout ceci resterait du seul ordre de l’exploit technique s’il n’y avait les colons. Mais y a t-il des gens assez fous pour être prêts à s’engager dans un voyage sans retour ? Car Mars One n’en fait pas un secret. Ceux qui partiront ne reviendront pas.

Aussi stupéfiant que cela puisse paraitre, ce projet de colonisation martien a séduit près de 200 000 personnes. Issues de 140 nationalités différentes, elles ont toutes répondu oui à l’appel de l’espace. Mais seules 24 d’entre elles seront retenues. Pour les sélectionner, Mars One s’intéresse à leurs capacités physiques bien sûr, psychologiques mais aussi à leur réelle motivation.  « Le défi avec 200.000 inscrits est de séparer ceux que nous pensons être capables, mentalement et physiquement, de devenir les ambassadeurs humains sur Mars, de ceux qui prennent la mission moins au sérieux »  précise Bas Lansdorp, cofondateur et PDG de Mars One.

A l’issue d’une première phase de test, il reste en lice plus d’un millier de candidats, dont vingt-deux français. Parmi eux, Florence Porcel, parfaitement lucide sur le défi qu’elle souhaite relever : « On va quand même quitter la Terre définitivement, ce qui n’a jamais été fait. Il faudra vivre en milieu clos jusqu’à notre mort, entouré de quelques dizaines de personnes. C’est un voyage sans retour, on y va pour s’installer ». Cette férue d’espace explique qu’elle se « […] sent un peu à l’étroit sur Terre depuis toujours ». Sur sa page de présentation, elle cite même Tsiolkovski : « la Terre est le berceau de l’humanité, mais on ne passe pas toute sa vie dans un berceau ».

Avant de quitter définitivement le berceau, elle devra encore se soumettre à plusieurs phases de tests pour peut-être réaliser son rêve et devenir une des premières femmes à fouler le sol de Mars. Un premier vol à vide est programmé en 2018 avant le vrai départ prévu en 2025. 

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !