Logo ETI Quitter la lecture facile

La Directrice d’Engie a réitéré sa croyance envers la révolution hydrogène lors de ses vœux à la presse

Posté le par Pierre Thouverez dans Énergie

Le groupe Engie a une identité gazière. D'inombrables emplois sont liés au gaz et nombreux sont les salariés du groupe qui ont peur de perdre leurs jobs ou de devoir être recyclés vers d’autres métiers.

La nouvelle stratégie pro-renouvelable du groupe suscite des inquiétudes. En réponse Isabelle Kocher a déclaré le 15 janvier 2018 depuis le Musée du quai Branly, être soucieuse de préserver un « équilibre » dans le cadre d’« un sens commun très fort ».

La dirigeante explique dans un entretien au Figaro que l’« on travaille par exemple à verdir la production de gaz. C’est très porteur pour nos salariés. Aujourd’hui, on parle beaucoup de l’éolien et du solaire. Je crois aussi à la révolution de l’hydrogène. »

Le verdissement de la production de gaz porte en effet principalement sur l’hydrogène obtenu par électrolyse solaire et éolienne (ou nucléaire). Selon l’Usine Nouvelle le biogaz ne serait pas une priorité du groupe français étant donné que sa production est très coûteuse.

L’hydrogène est un outil central pour préserver l’identité gazière de l’ex-GDF-Suez et réduire les peurs face à la transition énergétique fortement perturbante. Comme le dit le dicton, « gazier un jour, gazier toujours ». Mais Philippe Silberzahn, spécialiste des innovations de rupture, rappelle que de nombreuses entreprises, dont Kodak, se sont laissées entraîner par ce piège mortel de l’identité :

« La force de l’identité est également révélée par le fait que même lorsque Kodak aura admis l’inéluctable déclin de l’argentique, elle introduira un appareil numérique… utilisant un film! » souligne l’expert. L’Advantix sera un échec total et coûtera plus d’un demi-milliard de dollars à Kodak. « Comme souvent, l’entreprise faisant face à une rupture tente de forcer celle-ci pour qu’elle corresponde à son identité, plutôt qu’adapter l’identité à la rupture. »

Forcer la révolution hydrogène alors que la technologie, contrairement à celle des batteries, n’est pas encore vraiment au point, ni sur le plan de l’efficience, ni sur le plan économique, est pour le moins risquéCe qui n’enlève rien à la promesse de l’hydrogène dans le long-terme. Tout est possible, et les progrès technologiques permettront peut-être de beaucoup gagner en efficience dans les décennies à venir.

« Toujours convaincue par son histoire qu’une photo, c’est fait pour être imprimé, Kodak investira également énormément dans les imprimantes et les stands photos, sans grand résultat: aujourd’hui, très peu de photos sont imprimées, elles sont en majorité conservées et visionnées sous format numérique » ajoute Philippe Silberzahn.« Enfermée dans son identité d’imprimeur de photos, Kodak n’a pas pu admettre un tel bouleversement. »

Enfermé dans son identité gazière, le groupe Engie va-t-il rater la déferlante du stockage batterie et perdre beaucoup d’argent dans des projets hydrogène ? Cette stratégie hydrogène ne ressemble-t-elle pas à celle qui a conduit à la construction de la ligne Maginot et dont fait écho le think-tank américain RethinkX ?

Ou à l’inverse Engie parviendra-t-elle à réaliser la prophétie que Jules Verne a émise dans « L’île mystérieuse ? » Prenant alors un temps d’avance avec une filière qui, du moins sur le plan théorique, a énormément d’atouts ? L’hydrogène, on peut en effet le stocker à court, moyen et long terme. Comme les céréales dans les greniers lors de la révolution agricole du néolithique. Avec les batteries, on ne peut stocker que quelques heures, et au mieux quelques jours.

Même si, selon de nombreux experts, quelques heures de stockage batterie permettent d’envisager d’atteindre 80%, voire même 90% de photovoltaïque + éolien dans un mix électrique, la problématique du comblement des 10 à 20% restants, pour les  périodes  sans vent et peu d’ensoleillées durant plusieurs jours consécutifs, reste entière. En effet les back-ups hydroélectriques (lacs de barrage) ne sont pas possibles partout sur Terre et en outre le potentiel de la bioélectricité est limité.

Les systèmes électriques insulaires qui sont passés au solaire (et/ou éolien) + stockage batterie font appel à des back-ups thermiques classiques (comme par exemple les générateurs diesel) qui sont aujourd’hui, d’après Toshiba, 10 fois moins coûteux que les systèmes à base d’hydrogène. Utilisés que très ponctuellement, le bilan, tout autant sur le plan écologique que sur le plan de l’autonomie, reste satisfaisant. En outre les unités thermiques sont bien souvent déjà en place lors du passage au solaire, ce qui réduit le coût des investissements.

A ce stade la France n’a  pas encore atteint (loin s’en faut) 80% de solaire + éolien dans son mix électrique. La question posée semble donc un peu prématurée dans le contexte hexagonal.

Jean-Gabriel Marie

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez

Les derniers commentaires

  • Le Monde, 21 janvier 2018:
    « Isabelle Kocher ne sera pas présidente d’Engie (…) Isabelle Kocher engage l’ancien géant gazier dans une transition à marche rapide : elle transforme les instances dirigeantes, vend pour 15 milliards d’euros d’actifs et engage Engie à devenir d’abord un groupe de services énergétiques, tourné vers le numérique et les énergies renouvelables.
    Une orientation qui n’est pas toujours populaire en interne, notamment auprès des anciens de Gaz de France, qui lui reprochent d’abandonner les métiers du gaz, pourtant au cœur du modèle économique du groupe »
    http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/01/21/engie-isabelle-kocher-ne-sera-pas-presidente_5244919_1656968.html

  • Dans un autre article Philippe Silberzahn écrivait:
    « L’échec face à une rupture est une question de conflit de modèle d’affaire. EDF ne lancera jamais une batterie comme celle de Tesla car celle-ci remet en question la nécessité de son réseau de centrales de production d’électricité, c’est à dire l’identité même d’EDF »

    http://www.transition-energetique.org/2015/05/pourquoi-la-batterie-powerwall-de-tesla-est-vraiment-disruptive.html

  • 1) Les seuls excédents d’énergie renouvelable (énergie dite « fatale », convertis en H2 et stockés dans le réseau gaz, même à 6%, permettrait de réduire l’impact CO2 de plus de 1 M tonnes, soit 10% de l’objectif annoncés …
    2) Le rendement de la pile à combustible est certes équivalent à celui du moteur à combustion. Mais nous rediscuterons de son intérêt quand le baril atteindra à nouveau 150 $. ET pourquoi attendre pour réduire les impacts CO2 ??? Quand les solutions existent.

  • L’hydrogène est un vecteur de vecteur énergétique. Il faut un vecteur électrique pour électrolyser de l’eau. On obtient alors H2 et O2. L’hydrogène peut se stocker. Mais compte tenu de la faible énergie contenue dans un litre, il faut le comprimer à des valeurs élevées. Cette compression est adiabatique et nécessite à la fois un refroidissement et des réservoirs de grande épaisseur pour des pressions de 700 bars.
    Si l’hydrogène est introduit en faible proportion dans le gaz, il ne présente que peu d’intérêt.
    S’il est utilise à la place du carburant dans un moteur à explosion, il ne présente aussi que peu d’intérêt car ce moteur a le même rendement que nos moteurs actuels. Son intérêt majeur dans ce cas est que le gaz d’échappement n’est que de la vapeur d’eau. Si l’on repasse de l’hydrogène à de l’électricité via une pile à combustible on peut alors faire fonctionner un véhicule électrique sur des distances importantes et avec une recharge de courte durée. La question qui se pose alors est le coût de la pile à combustible, sa durée de vie, sa sécurité (l’hydrogène n’est pas un gaz inoffensif), sa fiabilité, etc. Car ce sont tous ces éléments qui conditionneront son économie et son succès éventuel ou son abandon.


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !