Logo ETI Quitter la lecture facile

L’Etat à la rescousse d’EDF

Posté le par Pierre Thouverez dans Énergie

EDF a tenu vendredi dernier un conseil d’administration lors duquel a été officialisée une augmentation de capital de 4 milliards d’euros, dont 3 milliards assumés par l’Etat en tant qu’actionnaire de référence (85%). La décision sur le projet Hinkley Point est quant à elle retardée.

Cette augmentation de capital doit permettre à l’électricien de faire face au mur d’investissements qui l’attend : le rachat de la branche réacteur d’Areva, le grand carénage du parc nucléaire français (entre 55 et 100 milliards d’euros), le déploiement des compteurs communicants Linky (5 à 7 mds €), sans oublier le très controversé projet EPR de Hinkley Point en Grande-Bretagne.

Hinkley retardé, pas enterré

C’est le dossier qui empoisonne la gestion de Jean-Bernard Lévy, le pdg d’EDF. Ce projet de construction de deux réacteurs EPR en Grande-Bretagne, évalué à 23 mds €, est ardemment défendu par Jean-Bernard Lévy et le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, nettement moins au sein de l’entreprise.

En mars dernier, Thomas Piquemal, ancien directeur exécutif en charge de la Direction financière, a claqué la porte de l’entreprise pour montrer son désaccord et le risque que ce projet pourrait faire peser sur les finances du groupe. Le pdg d’EDF a annoncé ce matin au micro d’une radio nationale le report de la décision finale d’investissement pour interroger le comité central d’entreprise (CCE) sur cette question. Et Jean-Bernard Lévy d’ajouter que le CCE va « se réunir dans les jours, dans les semaines qui viennent pour rendre sa décision sur ce projet mûr et très rentable dont les coûts sont parfaitement maîtrisés ». Un argumentaire qui laisse pour le moins dubitatif une partie des ingénieurs d’EDF qui craignent que l’EPR anglais ne soit une nouvelle tête de série en raison des importantes modifications exigées par l’autorité de sûreté nucléaire outre-Manche.

A l’instar des autres électriciens européens, EDF pâtit d’un environnement économique dégradé par la baisse des prix de gros de l’électricité. La Bourse de Paris a mal réagi à l’annonce de l’augmentation de capital, l’action d’EDF perdant plus de 7 points ce lundi à l’ouverture de la session.

Par Romain Chicheportiche 

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !