Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Le compteur Linky généralisé à partir de 2013

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Le ministre de l'Energie Eric Besson a annoncé officiellement, le 28 septembre 2011, l'installation dans les foyers français de 35 millions de nouveaux compteurs électriques « communicants » Linky et cela à compter de 2013. En attendant, Linky continue de susciter polémiques et interrogations...

Le compteur communicant est conçu pour remonter les index des compteurs vers les fournisseurs d’énergie : charge à eux ensuite de restituer cette information à leurs clients. Certes le nouveau compteur permet d’afficher cet index mais rappelons, d’une part, qu’une fois sur deux le compteur est invisible car placé dans un coffret en limite de propriété, et que, d’autre part, son affichage ne diffère que très peu de celui des compteurs électroniques actuels.

Le débat autour du déploiement du compteur Linky tourne autour de son faible potentiel à générer des économies d’énergie pour le consommateur. On sait que la surveillance de la consommation au jour le jour peut effectivement amener l’usager à limiter de lui-même sa consommation. Mais, ça, on peut déjà le faire avec un vieux compteur électro-mécanique : il suffit pour cela de relever son compteur chaque jour à heure fixe. Sauf que ce n’est pas particulièrement pratique et que peu résistent à la corvée de descendre à la cave chaque jour à la même heure ou de grimper sur son escabeau ou encore de sortir par tous les temps et de se battre avec la porte  du compteur juste pour relever sa consommation quotidienne !

Le compteur Linky, intelligent autant que communicant, offre donc l’avantage de pouvoir rendre cette consommation consultable à distance : sur un site Internet par exemple ou sur un joli boitier (l’esthétique est avant tout affaire de goût) posé dans un endroit bien visible du logement. Mais pas gratuitement. EDF Bleu Ciel vient de proposer à une partie des 250 000 abonnés équipés de Linky à Lyon ou en Touraine l’expérimentation de ce service, sur Internet uniquement, contre… une modeste contribution mensuelle de l’ordre de 3,50 €. Pour ce prix, on a le droit à une visualisation de sa consommation journalière, de son budget et des émissions de CO2 dont on est directement responsable par sa consommation.

Donc, pour alléger (peut-être) sa facture, il faut commencer par l’alourdir. C’est le paradoxe autour duquel tourne depuis un moment les équipes marketing des fournisseurs d’énergie. Le Parisien s’est livré à un calcul plein d’enseignement. On sait que l’équipement du compteur lui-même coûtera le double de ce qui était d’abord annoncé, soit 8 millions d’euros (au lieu de 4), financés, directement ou indirectement,  en grande partie par l’usager à hauteur de 240 € en moyenne sur sa facture, répartis heureusement sur une dizaine d’années à raison de 1 à 2 € par mois (donc 12 à 24 € pour un an). EDF propose son service Internet contre 3,50 € par mois, soit 42 € sur l’année. 42 + 12  = 54 €  ou 42 + 24 = 66 €, voilà donc ce qu’il faudra débourser pour pouvoir commencer à faire des économies.

D’autre part, la facture moyenne étant de 400 € annuels par foyer, si on compte entre 10 et 15 % d’économie d’électricité, on peut au maximum diminuer sa facture de 50 €, toujours en moyenne. Autrement dit, pour économiser 50 €, il faut en dépenser jusqu’à 16 de plus. Ou dit autrement ce service n’intéressera que les clients ayant une facture au moins double du coût du service, soit environ un quart des clients.

Le ministère de l’énergie affirme que ce nouveau compteur est totalement gratuit pour les abonnés, et que ce nouveau service est complémentaire, mais facultatif. Mais Jean-Marc Proust, le responsable de la communication de la FNCCR, la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies, a quant à lui précisé : « EDF a admis que Linky coûterait bien au consommateur entre 1 et 2 € par mois pendant dix ans, soit entre 120 et 240 € au total. »

De son côté, le secrétaire d’Etat à la Consommation, Frédéric Lefebvre, interrogé par Canal + a déclaré : « Je n’aime pas si les compteurs intelligents ne rapportent pas au consommateur. C’est l’objectif de ces compteurs. »

Ce qui sera le cas si l’on ne peut s’offrir le service payant que propose EDF, ce qui est de toute façon le cas des foyers en situation de précarité énergétique (et/ou si l’on n’est pas équipé d’Internet, ce qui est encore le cas, il ne faut pas l’oublier, d’une partie de la population).  Les services qu’offriront les fournisseurs en complément du compteur Linky risquent donc d’être réservés à une élite…

 

Claudine / blog EcoCO2

 

À lire aussi :

Vers un réseau électrique intelligent international

Les compteurs de gaz vont être plus intelligents

Malte, une île branchée… au compteur intelligent

Attention, Google s’intéresse au comptage intelligent !

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !