Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Le stockage de l’information sera moléculaire

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

La miniaturisation des composants atteindra prochainement ses limites, alors pour continuer à repousser les performances de stockage, les scientifiques se tournent depuis un petit moment vers le nano-magnétisme.

Grâce aux avancées de la recherche fondamentale autour du magnétisme, le stockage de l’information progresse à pas de géants depuis ses débuts. Saviez-vous que depuis ses débuts en 1956 (RAMAC pour Ramdom Access Method of Accounting and Control, produit par IBM), le disque dur a connu une augmentation annuelle de ses capacités de 45 % ?

La principale raison provient de la miniaturisation des matériaux magnétiques qui a atteint le nanomètre (nm) associée à une plus grande densité de stockage. Selon la loi de Moore, le « nombre de transistors des microprocesseurs sur une puce de silicium double tous les deux ans. » Une prédiction relativement juste puisque « entre 1971 et 2001, la densité des transistors a doublé chaque 1,96 année. »

Mais, les chercheurs savent pertinemment que cette loi a une limite qu’ils ne vont pas tarder à franchir. Car en s’approchant de l’atome, le transfert d’électrons devient aléatoire.

Désormais ce sont donc les approches chimiques, moléculaires qui sont en développement car les nano-particules magnétiques promettent bien des changements dans le domaine informatique. Le projet de disque dur moléculaire entrepris par l’équipe mené par Jean-François Lutz, directeur de recherche CNRS à l’institut Charles Sadron en est un bon exemple.

Comme l’affirme ce dernier, il s’inspire ici de l’ADN : « Nous développons une technique qui permet de coder de l’information sur un polymère. Au fur et à mesure, nous provoquons sa croissance en accrochant, une par une, des molécules choisies dans un petit panel qui constitue un alphabet. Nous revisitons un concept que la nature a perfectionné pendant des milliards d’années : celui de l’ADN, qui permet de coder le génome avec seulement quatre « lettres » moléculaires de base ».

Les promesses sont certaines. Avec ce procédé, les données de l’Internet pourraient être stockées dans un espace comparable celui d’une petite armoire.    

Par Sébastien Tribot

Sources :

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !