Logo ETI Quitter la lecture facile

Les patelles ont vraiment la dent dure

Posté le par La rédaction dans Insolite

[AFP] Mieux que le fil des araignées! Les dents des patelles, ces mollusques courants accrochés aux rochers, pourraient constituer le matériau naturel le plus résistant qui soit, selon des chercheurs qui soulignent que cela ouvre des perspectives prometteuses pour l'industrie.

Appelées également berniques ou chapeaux chinois, ces gastéropodes comestibles possèdent une sorte de langue (la radula) très longue munie de petites dents (moins d’un millimètre) très solides, qui leur permettent de râcler les petites algues à la surface des rochers pour les manger.

« Jusqu’à présent nous pensions que le fil de l’araignée était le matériau biologique le plus performant en raison de sa grande résistance et de ses applications potentielles nombreuses allant des gilets pare-balles jusqu’aux ordinateurs », relève le professeur Asa Barber, de l’école d’ingénieurs de l’université de Portsmouth (sud de l’Angleterre).

« Mais nous avons découvert que les dents de patelles possèdent une résistance potentiellement plus grande », ajoute-t-il.

L’étude est publiée mercredi dans le journal britannique Royal Society Interface.

L’équipe d’Asa Barber a mis en évidence le fait que les dents des berniques contiennent des nanofibres d’un minéral très dur, le goethite. Le nom de cet oxyde de fer hydraté fait référence au philosophe allemand Goethe, passionné de minéralogie.

« Les structures fibreuses trouvées dans les dents des patelles pourraient être imitées et utilisées pour des technologies de pointe comme les voitures de course, les coques de bateaux, le fuselage des avions », estime Asa Barber.

« Les ingénieurs cherchent toujours à fabriquer des structures à la fois plus solides et plus légères », souligne-t-il.

En laboratoire, la résistance à la contrainte des dents de patelles a été estimée entre 3 et 6,5 gigapascal (GPa). Celle des fils d’araignée ne dépasse pas 1,1 GPa.

La force mécanique des dents de patelles est comparable à celle des fibres de carbone artificielles, utilisées notamment dans la fabrication des avions.

Petit conseil aux amateurs de patelles, qui peuvent aussi se déguster: il est recommandé de retirer la radula de la tête de ce fruit de mer avant de le cuire sans quoi il sera particulièrement dur et amer.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2015 Agence France-Presse. »

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !