Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

L’imprimante solaire 3D fonctionne au sable !

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

Markus Kayser est un designer industriel allemand. Etudiant du Royal College of Art de Londres, il a inventé la première imprimante solaire fonctionnant avec du sable. Il livre ici son expérience.

« En Août 2010, j’ai mis ma première machine solaire – le Sun-Cutter – dans le désert égyptien dans une valise. Il s’agissait d’une découpe laser semi-automatique de faible technicité à l’énergie solaire, qui utilise la puissance du soleil pour conduire et directement exploiter ses rayons à travers une lentille sphérique de verre à «laser» pour couper des composants 2D en utilisant un système de caméra guidée.

La Sun-Cutter produisait de fines plaques de contreplaqué avec une qualité esthétique curieuse, à la frontière entre le « fait à la machine » et le «fabriqué naturellement ». Cela était dû à la grossièreté de son mécanisme, et à la coupe par faisceau optique dont les variations dépendent largement de l’intensité solaire et donc des fluctuations météorologiques.

Dans les déserts du monde, deux éléments dominent : le soleil et le sable.

Le premier offre une source d’énergie quasiment infinie, tandis que le second assure une quantité presque illimitée de la silice sous forme de quartz . L’expérience du travail dans le désert avec le Sun-Cutter m’a conduit directement à l’idée d’une nouvelle machine qui pourrait réunir ces deux éléments.

Lorsque le sable riche en silice chauffe fortement jusqu’au point de fusion, puis refroidi, il se solidifie en verre. Ce processus de conversion d’une substance poudreuse en une forme solide par un procédé de chauffage est connu sous le nom de frittage. Il est devenu ces dernières années un élément clé pour le prototypage rapide comme l’impression 3D ou FSL (frittage sélectif par laser). 

Les imprimantes 3D utilisent la technologie laser pour créer des objets 3D très précis à partir d’une variété de plastiques en poudre, résines et métaux – les objets constituant ainsi des répliques physiques exactes des modèles 3D conçues par leur designer. En utilisant les rayons du soleil au lieu d’un laser et le sable à la place des résines, j’avais tous les ingrédients pour concevoir une nouvelle machine solaire et un processus de fabrication d’objets en verre exploitant les larges réserves de soleil et de sable disponibles dans le désert..

Ma première « machine solaire frittage à commande manuelle » a été testé en Février 2011 dans le désert marocain avec des résultats encourageants qui ont conduit à l’élaboration de la version actuelle axée sur ordinateur plus grand et entièrement automatisé Solar Sinter. Le Solar Sinter a été achevé à la mi-mai et plus tard ce mois j’ai pris cette machine expérimentale dans le désert du Sahara, près de Siwa, en Egypte, pour une période d’essai de deux semaines.

La machine et les résultats de ces premières expériences présentées ici représentent les premiers pas vers ce que j’envisage comme un nouvel outil à grand potentiel de production à l’énergie solaire. »

 

Sourcehttp://www.markuskayser.com/work/solarsinter/

Publié par Pierre Thouverez

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !