Logo ETI Quitter la lecture facile

Passer au 100% renouvelable aux USA est possible (The Solution Project)

Posté le par La rédaction dans Énergie

« C’est techniquement et économiquement fiable. Cela nécessite simplement de dépasser les barrières politiques »

Il y a pléthore de rapports scientifiques qui démontrent  par A + B que passer à 100% d’énergies renouvelables est possible, pour tous les types d’usage de l’énergie : transport, chauffage, applications électriques etc.  Même si la réalité sur le terrain est plus difficile que ne le suggèrent ces documents, en particulier dans certains pays attachés aux anciennes formes de production d’énergie, ils sont néanmoins très utiles pour se projeter vers ce qui est techniquement et économiquement possible.

Et aussi pour assainir les débats dans le domaine énergétique, a fortiori dans les pays qui se sont fixés d’ambitieux objectifs en matière de réduction de la part des centrales thermiques traductionnelles. Comme par exemple en France, où le président s’est engagé à réduire la part du nucléaire de 75% aujourd’hui à 50% en 2025.

The Solution Project, basé sur une littérature scientifique publiée dans des revues peer review, est une initiative qui s’inscrit dans cette perspective. Lancée depuis la Californie,  soutenue par des scientifiques et par des spécialistes des questions économiques, le projet associe également des personnalités du monde artistique, comme par exemple Justin Winters de la Fondation Leonardo Di Caprio ou encore l’acteur Mark Ruffalo. Ils sont susceptibles de sensibiliser le grand de public à ces enjeux.

Wind Water Sun 

 The Solution Project est basé sur une synergie entre les énergies du vent, de l’eau et du soleil. L’approche WWS, « Wind Water Sun », permet de tirer profit de la complémentarité naturelle de l’éolien et du solaire, ainsi que de la flexibilité offerte par les technologies énergétiques reposant sur l’eau, en premier lieu l’hydroélectricité et la géothermie.

L’initiateur de cette dynamique est Marc Jacobson, directeur scientifique à l’Université Stanford, spécialiste des énergies d’avenir et des évaluations environnementales et sanitaires multicritères des différentes filières énergétiques. Il estime qu’aux USA toutes « les nouvelles centrales électrique autorisées devraient être renouvelables. » Et que si chaque nouvelle voiture vendue aujourd’hui était électrique alors dans 15 ans l’intégralité du parc automobile américaine serait électrique.

L’étude WWS montre que  le passage du mix énergétique américain actuel à un mix WWS 100% renouvelable permettrait de réduire de 37,3% la demande énergétique, sans réduction du niveau de confort. Ce système énergétique est bien plus efficace que l’actuel, notamment du fait du rendement bien plus élevé des voitures électriques comparativement à leur équivalent thermique. 

Le site internet de l’initiative – http://thesolutionsproject.org – montre de manière pédagogique, pour chacun des 50 états américains, comment passer au 100% renouvelable. Pour la Californie, par exemple, le mix énergétique est composé de 55% de solaire et de 35% d’éolien. Le reste étant assuré par les autres ENR, dont l’hydroélectricité et la géothermie. Le plan prévoit de miser principalement sur les grandes centrales solaires au sol et les installations commerciales, ceci parce qu’elles sont plus économiques que les petites installations PV sur toitures individuelles.

Un coût inférieur à celui des systèmes à base d’énergies fossiles

Les projections de coûts WWS pour 2030 sont de 70 dollars par MWh, contre 120 à 160 dollars pour les centrales thermiques classiques, et ceci sans tenir compte des externalités, dont le prix du carbone. C’est donc possible technique et économiquement. Les responsables du projet appellent les politiques américains à mettre en place un cadre permettant sa réalisation.

Selon l’une des études scientifiques dont fait écho The Solution Project, la quantité d’énergie fossile utilisée pour l’extraction minière de l’uranium et son raffinage est aux USA 25 fois supérieure à l’énergie utilisée pour l’obtention des éoliennes, par unité d’énergie électrique délivrée. Le potentiel du solaire, de l’éolien et des autres énergies renouvelables étant largement suffisant pour répondre à l’intégralité des besoins énergétiques américains, le nucléaire, dont le bilan environnemental et sanitaire multicritère fait partie des plus médiocres parmi toutes les filières énergétiques aujourd’hui disponibles, est considéré comme une option non nécessaire.

Des éoliennes maritimes qui protègent les littoraux contre les tempêtes

Pour Mark Jacobson, les parcs éoliens en mer offrent un intérêt encore peu connu : celui de réduire les dégâts causés par les tempêtes sur les écosystèmes littoraux. Le chercheur vient de publier le 26 févier 2014 un papier sur le sujet dans la revue de référence Nature Climate Change. Les éoliennes freinent en effet le vent et cassent la houle. Au lieu d’installer des épis, des digues et autres enrochements pour protéger les dunes et les secteurs vulnérables aux inondations,  ces installations éco-énergétiques feraient d’une pierre deux coups. 

 The Solution Project a notamment été présenté en février 2014 à l’occasion du meeting annuel de l’AAAS, l’American Association for the Advancement of Science. 

Par Olivier Daniélo

En savoir plus :
> L’étude Taming hurricanes with arrays of offshore wind turbines
> Le site de “The Solution Project”

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !