Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Renouvelables : des objectifs durs à atteindre en 2018 !

Posté le par Xavier Lula dans Énergie

Fin 2016, la puissance totale du parc d'électricité renouvelable s’élève à 45,84 gigawatts pour une production de 94,7 TWh, en hausse de 6,5 % par rapport à 2015. Elles couvrent 19,6% de la consommation française. Soit 0,9% de plus qu'en 2015. Parviendra-t-on à atteindre les objectifs au point de passage de 2018 ?

En 2016, l’éolien a connu une croissance sans précédent, selon le Panorama de l’électricité renouvelable 2016, publié notamment par RTE et le Syndicat des énergies renouvelables. 1.345 mégawatts (MW) ont été raccordés sur l’année, soit 35% de plus qu’en 2015 (999 MW). A la fin de l’année, le parc éolien français atteint 11,67 GW. Malgré cette performance, les éoliennes n’ont produit que 20,7 térawattheures (TWh) sur l’année, contre 21,1 TWh en 2015. En cause : un vent assez faible entre le deuxième et le quatrième trimestre qui a engendré un facteur de charge éolien de 21,7 %, contre 24,5% en 2015. L’éolien a tout de même permis de couvrir 4,3 % de la consommation électrique française.

La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit d’atteindre 15 gigawatts (GW) d’éolien fin 2018. Pour respecter cet objectif, la croissance annuelle du parc devrait être portée à 1.665 MW par an, une croissance jamais atteinte. Soit une hausse de 24% par rapport à 2016.

Lire aussi : Quels objectifs pour la programmation pluriannuelle de l’énergie?

Le solaire : une croissance en demi-teinte

Pour le solaire, la croissance est moins radieuse. Seulement 576 MW ont été raccordés sur l’année, contre 895 MW en 2015. Soit une baisse de 36% des nouvelles installations raccordées. Le parc solaire photovoltaïque atteint ainsi 6,67 GW. L’objectif de la PPE est d’avoir un parc de 10,2 GW en 2018. Pour atteindre ce niveau, la croissance annuelle devrait frôler les 1.765 MW, soit trois fois plus qu’en 2016. Mais ce niveau est proche du record de 2011 où 1.690 MW avaient été installés.

S’il y a eu peu de vent en 2016, il y a en revanche eu pas mal de soleil. La production photovoltaïque a ainsi bondi de 11% pour atteindre 8,3 TWh. Ce qui a permis de couvrir 1,7% de la consommation électrique française.

Et les bioénergies et les barrages ?

Les bioénergies électriques ont gagné 215 MW pour atteindre 1.918 MW, soit une hausse de 12,6 %. 881 MW fonctionnent avec des déchets ménagers comme combusible, 390 MW avec du biogaz, 591 MW avec le bois-énergie et autres biocombustibles renouvelables et 57 MW avec des déchets de papeterie.

La production renouvelable de la filière – hors électricité produite par des déchets ménagers – s’élève à 6,5 TWh sur l’année, en hausse de 7,4 %. En incluant la part non renouvelable, la production atteint 8,5 TWh. Soit de quoi couvrir 1,4% de la consommation électrique française. Les objectifs de la PPE pour 2018 sont peu ambitieux concernant le développement du bois-énergie : avec ses 591 MW, la filière dépasse déjà les 540 MW prévus pour 2018 et est à 75 % du scénario bas 2023 (790 MW).

Enfin, le parc hydraulique a gagné 51 MW en 2016, pour atteindre 25,48 GW. La production a été de 59,2 TWh, soit 9% de plus qu’en 2015, grâce à des conditions météorologiques favorables au printemps. Cela a permis à la production hydraulique renouvelable de couvrir 12,2 % de la consommation électrique. En termes de puissance, les objectifs de la PPE 2018 sont déjà atteints (25,3 GW). Néanmoins, il faudra encore gagner 1,8 TWh pour atteindre l’objectif en termes de quantité d’hydroélectricité produite.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !