Logo ETI Quitter la lecture facile
Revue-du-web-78-les-videos-les-plus-etonnantes-de-la-semaine

Le meilleur du net

Revue du web #79 : les vidéos les plus étonnantes d’avril 2015

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

Faire tourner des CD à trop grande vitesse et filmer avec une Phantom Flex, recristalliser un aldéhyde phénolique, la plus petite perceuse sans fil au monde... Voici les vidéos les plus étonnantes d'avril 2015.

Cette semaine dans la revue du Web :

  • Faire tourner des disques compacts à trop grande vitesse, et filmer avec une Phantom Flex ;

  • Recristallisation d’un aldéhyde phénolique ;

  • Un « petit train » magnétique d’une grande simplicité, et à peu de frais, acte II ;

  • Le gadget (inutile?) de la semaine : la plus petite perceuse sans fil au monde ;

  • Et en bonus : Sésame, ouvre-toi !

Faire tourner des disques compacts à trop grande vitesse, et filmer avec une Phantom Flex

Puisque les CD sont déjà – en partie – obsolètes, autant leur offrir une mort digne de leur rang, en remerciements pour services rendus. Les bourreaux en chef : les désormais incontournables « Slow-mo Guys », en compagnie desquels nous allons débuter cette soixante-dix-neuvième Revue du Web. Derrière ce nom de scène se cachent le réalisateur anglais Gavin Free et son ami Daniel Gruchy, deux compères rigolards prêts à se lancer dans toutes sortes d’expériences (impliquant souvent des destructions en tout genre) qu’ils ont pris la très bonne habitude de filmer, juste pour le plaisir de décomposer la scène au ralenti. Pour ce faire, ils ne se sont pas contentés de leur habituelle « Phantom Flex », l’incontournable caméra numérique très haute définition capable de filmer jusqu’à 18 000 images par seconde.

Cette fois-ci, place à la Phantom Flex v2511, la Rolls Royce des Phantom Flex permettant de filmer jusqu’à un million (!!!) d’images par seconde, lorsque la résolution est réglée au minimum. Avec ce nouveau joujou, les Slow-mo Guys se mettent en tête d’amener quelques bons vieux CD jusqu’à leur point de rupture – aux alentours de 23 000 tours par minute – en bricolant un tourne-disque monté sur le moteur… d’un aspirateur Dyson. Pas de quartier pour ces pauvres disques compacts, qui explosent les uns après les autres sous l’œil bienveillant de la Phantom Flex. Le résultat est bluffant, de la déformation à l’explosion.

Recristallisation d’un aldéhyde phénolique

Le 4-hydroxybenzaldéhyde est un aldéhyde phénolique, notamment présent chez certaines variétés d’orchidées, ou sous forme enzymatique dans les carottes. Bien qu’il n’en sache probablement rien, cela n’a pas empêché Christopher Lyon, un internaute éclairé, de s’intéresser à la recristallisation de cet aldéhyde. Partant d’une solution chaude, aqueuse et impure contenue dans une fiole Erlenmeyer, il plonge cette dernière dans un récipient contenant de l’eau glacée, le tout se trouvant sur un agitateur magnétique.

Le 4-hydroxybenzaldéhyde, soluble dans une solution « chaude », précipite partiellement en raison de la chute de la température dans l’Erlen. Le mouvement circulaire provoqué par l’agitateur magnétique ajoute, lui, une touche marbrée à la beauté de la chose.

Un « petit train » magnétique d’une grande simplicité, et à peu de frais, acte II

Peut-être vous souvenez-vous de l’astucieux « petit train » magnétique conçu avec très peu de moyens mais beaucoup de matière grise par un internaute japonais particulièrement dégourdi, dispositif fascinant dont nous vous parlions ici (//www.techniques-ingenieur.fr/actualite/web-thematique_89430/revue-du-web-72-les-videos-les-plus-etonnantes-de-la-semaine-article_290829/article_290829_3.html). Notre internaute, nostalgique des petits trains électriques de son enfance, a récidivé il y a un mois avec une nouvelle vidéo d’un circuit un peu plus élaboré, mais calqué sur le même principe. Quelques longs ressorts en cuivre pour figurer le circuit, une pile classique (LR6) et quelques aimants d’un alliage de néodyme fer bore placés à chaque pôle pour faire office de locomotive de fortune. Qu’elle se trouve au-dessus ou à l’intérieur du ressort, la petite locomotive se meut comme par magie.

Pour rappel, c’est l’interaction électromagnétique, par le biais de la force de Lorentz, qui permet au « petit train » de se mettre en branle. Une fois les ressorts bouts à bouts et le circuit refermé, tel un serpent qui se mange la queue, le petit véhicule entame sa course folle sans montrer le moindre signe de faiblesse. Le principe est évidemment le même pour deux petites piles-véhicules, qui rentrent alors dans une invraisemblable course-poursuite.

Le gadget (inutile?) de la semaine : la plus petite perceuse sans fil au monde

Cela fait plusieurs décennies que la miniaturisation est l’un des principaux moteurs de l’innovation technologique, rejoint depuis peu par LA révolution que représente l’impression tridimensionnelle. Notre gadget (inutile?) de la semaine se situe au carrefour de ces deux courants, puisque ce tout petit objet est sorti tout droit d’une imprimante 3D. Présentée volontiers comme la plus petite perceuse sans fil au monde, le minuscule outil conçu par Lance Abernethy est surtout en parfait état de fonctionnement.

Le Néo-Zélandais a commencé par dessiner l’enveloppe extérieure de sa perceuse portative à l’aide de Onshape 3D, un logiciel de conception assistée par ordinateur, en calquant le design sur sa propre perceuse. Un moteur miniature alimenté par une pile de prothèse auditive viennent remplir la coquille vert pomme, et permettent d’actionner la mèche… miniature, évidemment. L’impression n’aurait présenté aucune difficulté, mais c’est au moment de l’assemblage que les choses se sont compliquées, assemblage minutieux qui lui aurait pris trois heures, afin que tout rentre dans le boîtier de 17×7,5×13 millimètres, sans que les fils ne rompent.

Bonus : Sésame, ouvre-toi !

Pour conclure notre soixante-dix-neuvième Revue du Web, allons faire un tour au Brésil qui, avec ses fermes gigantesques, caracole en tête du classement des exportateurs mondiaux pour de nombreuses ressources. Une exploitation gigantesque implique… des kilomètres de clôtures, des déplacements en voiture, des points d’accès un peu partout… Un fermier brésilien, sûrement fatigué de devoir descendre encore et encore de sa voiture pour ouvrir la barrière de l’un de ses enclos, a eu une idée très astucieuse pour rester vissé sur son siège tout en s’autorisant le passage.

Une passerelle, un mouvement de balancier, et le tour est joué ! La voiture s’avance sur la passerelle qui, sous le poids du véhicule, libère la voie d’accès en soulevant la barrière. Bravo !

Par Rahman Moonzur

Et aussi dans les
ressources documentaires :

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !