Logo ETI Quitter la lecture facile

Le meilleur du net

Revue du Web #83 : les vidéos les plus étonnantes d’août 2015

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

Le retour de la bille de nickel incandescente, un système de projection d'hologrammes artisanal et facile à réaliser, un monstre à la démarche burlesque conçu de toutes pièces par Izzy Swan... Voici quelques unes des vidéos les plus étonnantes d'août 2015.

Cette semaine dans la revue du Web :

  • Le retour de la bille de nickel incandescente ;

  • Un système de projection d’hologrammes artisanal et facile à réaliser ;

  • Un monstre à la démarche burlesque conçu de toutes pièces par Izzy Swan ;

  • Le chargeur futuriste de la Tesla Model S ;

  • Le gadget (inutile ?) de la semaine : « the random user », un doigt et une souris lâchés sur internet ;

  • Et en bonus : des images exceptionnelles de la Lune transitant devant la Terre.

Le retour de la bille de nickel incandescente

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais Matthew Neuland est devenu en très peu de temps une sensation sur youtube, chaque vidéo postée sur sa chaîne (nommée « carsandwater ») générant systématiquement plusieurs millions de vues. Cet Américain de la région des Grands Lacs s’est rendu célèbre avec un concept d’une simplicité enfantine : mettre en contact une bille de nickel rendue incandescente avec… tout et n’importe quoi. Vous vous souvenez probablement de sa première vidéo, où la sempiternelle bille de nickel incandescente était plongée dans une tasse remplie d’eau, offrant l’une des meilleures illustrations de l’effet Leidenfrost qu’il nous ait été donné de voir jusque là, vidéo que nous vous présentions déjà ici.

Matthew Neuland, malin, appelle régulièrement les internautes à participer en lui soumettant des idées d’objets qu’il pourrait jeter en pâture à son invincible bille de nickel. Cette fois-ci, c’est de la mousse florale synthétique, servant à fixer aisément les fleurs et à donner la forme souhaitée aux compositions florales tout en maintenant les fleurs hydratées, qui va faire les frais de l’appétit vorace du monstre incandescent. La mousse change de couleur sous le coup de chaud mais résiste admirablement, se consumant doucement, presque comme une cigarette, avant de prendre l’apparence d’un vulgaire morceau de charbon.

Un système de projection d’hologrammes artisanal et facile à réaliser

Dans l’imaginaire collectif, les hologrammes ont longtemps rimé avec cinéma d’anticipation, voire de science fiction. Un internaute plutôt dégourdi propose pourtant une solution gratuite en DIY (« Do It Yourself », le fameux credo du fait-maison), à partir du moment où vous êtes déjà en possession d’un smartphone.

La partie bricolage ne réclame pas de talents particuliers, puisqu’il suffit de se munir d’une traditionnelle pochette CD – ou de n’importe quel morceau de plastique rigide et transparent – et d’y découper quatre trapèzes isocèles aux dimensions bien précises. Fixés ensemble, même grossièrement, les quatre trapèzes viennent alors former un prisme en « tronc de pyramide », dont le volume formera un terrain de jeu idéal pour les hologrammes. Une fois le prisme artisanal posé à plat sur le smartphone, la plus petite des deux bases face à l’écran, on lance une vidéo spécialement conçue pour ce dispositif, puis… place à la magie !

Un exemple parmi d’autres du type de vidéos nécessaires :

Un monstre à la démarche burlesque conçu de toutes pièces par Izzy Swan

Izzy Swan est un touche-à-tout iconoclaste. Membre à part entière de la grande famille du DIY, il n’a pas son pareil lorsqu’il s’agit de bidouiller des engins étranges, mais qui fonctionnent. Le péché mignon de notre bidouilleur américain ? Se servir d’une perceuse comme élément central de ses inventions, le plus souvent pour motoriser ses créations (d’une tondeuse à gazon à… une mini-moto).

Son dernier forfait est une machine fascinante à l’allure monstrueuse, hommage assumé et revendiqué à l’œuvre de l’artiste cinétique Théo Jansen, dont l’un des gigantesques myriapodes tubulaires était présenté à Paris il y a peu. Qui d’autre que son inventeur pour parader, fier comme Artaban, sur cette grosse bestiole dont la démarche chaloupée semble être un mélange contre-nature de celle du fameux robot Big Dog de la Boston Dynamics et de l’indépassable démarche burlesque et cambrée d’Aldo Maccione. Trônant à l’arrière de l’engin, la perceuse sans fil ajoute une touche personnelle à l’ensemble.

Le chargeur futuriste de la Tesla Model S

Elon Musk nous avait prévenu, à la fin de l’année dernière, dans un tweet qui n’avait pourtant rien de sibyllin. Et du tweet à la réalité, il n’y a qu’un pas : Tesla Motors vient de présenter un prototype de chargeur pour ses véhicules électriques, chargeur pour le moins surprenant puisqu’il a non seulement l’apparence d’un serpent robotique, mais il se fraie également son petit bonhomme de chemin de manière autonome, jusqu’au connecteur d’une des voitures de la marque américaine, ici un Model S.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que dans un avenir supposé – très – proche, les heureux possesseurs de la berline haut de gamme et 100 % électrique de Tesla Motors pourront recharger les batteries de leur véhicule en restant assis confortablement dans leur voiture, la borne et son appendice phallique à tête chercheuse se chargeant du bon déroulement de la recharge. Il est à noter que le Model S affiche jusqu’à 528 kilomètres d’autonomie (données constructeur), et qu’il faut près de 40 minutes pour effectuer une recharge à 80 % complète, à l’une des nombreuses bornes de rechargement ultra-rapides « SuperCharger ».

Le gadget (inutile ?) de la semaine : « the random user », un doigt et une souris lâchés sur internet

Nombreuses sont les entreprises qui ont à cœur de comprendre les différents comportements d’un individu lambda surfant sur la toile, comportements qui, une fois décryptés, peuvent être monétisés. Notre gadget (inutile?) de la semaine vient brouiller les pistes, puisque « the random user » fait un peu ce qu’il veut sur internet, c’est-à-dire… n’importe quoi. Composé d’une souris old school (les plus technophiles d’entre vous auront reconnus la souris de nos bons vieux Mac LC) et d’un doigt mécanique venant appuyer frénétiquement et aléatoirement sur le bouton unique de cette dernière, cet utilisateur lambda ressemble forcément à l’un de vos amis. Vous savez de qui je parle.

Bonus : des images exceptionnelles de la Lune transitant devant la Terre

En bonus de cette quatre-vingt-troisième Revue du Web, profitons du petit cadeau que la NASA nous a fait il y a quelques semaines, avec ces superbes images de la Lune passant devant la Terre, compilée en une courte vidéo par l’agence spatiale américaine. Ces images sont exceptionnelles, puisqu’elles montrent notre satellite naturel sous un angle rarement observé, offrant pour l’occasion sa face dite « cachée » à l’œil averti de DSCOVR (« Deep Space Climate Observatory », observatoire du climat depuis l’espace lointain), satellite scientifique lancé par la NASA en début d’année, orbitant à 1,5 millions de kilomètres au-dessus de nos têtes, en direction du Soleil. Bien que la vidéo soit très brève, ce passage de la Lune dure en réalité près de cinq heures…

Par Rahman Moonzur

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !