Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

RT 2012 en vigueur, la RBR 2020 déjà en construction

Posté le par Matthieu Combe dans Matériaux, Biotech & chimie

La nouvelle règlementation thermique (RT 2012)  entrera en vigueur le 1er janvier 2013. Elle impose à toute construction neuve une consommation d’énergie primaire moyenne inférieure à 50 kWh/m²/an contre 150 kWh/m²/an environ avec la RT 2005. Elle met l’accent sur la performance à atteindre, plutôt que sur les moyens à mettre en œuvre, laissant une grande marge de manœuvre aux architectes pour y parvenir.

Contrairement à la RT 2012 qui ne s’intéresse principalement qu’à la baisse de la consommation énergétique, la prochaine réglementation ne sera pas simplement thermique. Provisoirement nommée RBR 2020 pour « Réglementation Bâtiment Responsable 2020 », elle donnera aux énergies renouvelables et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre une place prépondérante.

« Deux postes nouveaux vont apparaître : celui de la production d’énergie d’une part et celui de la prise en compte de l’empreinte environnementale du bâtiment d’autre part », projette Philippe Pelletier, avocat et président du Plan bâtiment durable et responsable du plan de performance thermique des bâtiments voulu par François Hollande. En plus de la consommation par mètre carré, le poids carbone par mètre carré sera aussi pris en compte. Entre autres, cette réglementation devrait s’intéresser au cycle de vie des matériaux, du bâtiment et aux conditions de fabrications des équipements.

L’aspect thermique ne devrait pas tellement évoluer « Les bases que pose la règlementation thermique 2012 pour nourrir la réglementation future suffisent sur le plan thermique de l’isolation pour guider la construction future de ces bâtiments », confie Philippe Pelletier.

Place aux énergies renouvelables !

Le premier défi du groupe de travail sera de définir les énergies renouvelables à privilégier et de retenir une logique pour l’atteinte des objectifs. Va-t-on s’enfermer dans une logique où chaque bâtiment produit son énergie en proportion de la consommation d’énergie qu’il consomme ou davantage dans une approche  mutualisée et territorialisée ?

Autrement dit, un bâtiment à énergie zéro est-il un bâtiment qui produit réellement plus d’énergie qu’il n’en consomme ou bien est-ce un bâtiment pour lequel l’équilibre se fait au sein d’un quartier, d’un lotissement ou d’une ville ? Le choix n’est pas encore fait. « Probablement un bâtiment pourra être à énergie positive s’il justifie être dans un univers géographique qui produit de l’énergie de façon suffisante pour que l’équilibre de la consommation soit assurée », estime pour sa part Philippe Pelletier.  Une autre question se pose : l’énergie renouvelable produite sera-t-elle consacrée à l’auto-consommation ou sera-t-elle entièrement réinjectée dans le réseau national ? Cela reste à définir.

Cette réglementation devrait également  davantage prendre en compte le bien-être des habitants des bâtiments. « La qualité de l’air intérieur devra être mieux traitée, l’isolation phonique du logement ou du local professionnel également », affirme Philippe Pelletier.

Les incertitudes restent encore grandes mais les travaux prennent forme. La date de 2020 n’est pas non plus arrêtée. Selon l’avocat, cette réglementation thermique peut très bien encore être anticipée d’un ou deux ans.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

 

 

Découvrez les formations Techniques de l’Ingénieur relatives à cette thématique :
 

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !