Logo ETI Quitter la lecture facile

Une dalle LCD peut en cacher une autre

Posté le par Frédéric Monflier dans Innovations sectorielles

Repéré au CES de Las Vegas, l'écran TV Dual Cell de la marque Hisense emploie deux dalles LCD, au lieu d'une seule, afin de renforcer le contraste de l'image. Il devrait être vendu en Europe l'an prochain.

Le salon CES, qui s’est achevé il y a quelques jours à Las Vegas, a donné à voir un florilège des technologies en vogue ou à venir sur le marché des téléviseurs à écran plat : OLED, 8K, microLED… A cette liste s’ajoute désormais le sigle Dual Cell, du fait de l’industriel chinois Hisense, quatrième producteur mondial de TV. Un écran Dual Cell est équipé de deux dalles LCD superposées, technique qui procurerait de bien meilleurs contrastes que ce dont est capable usuellement un affichage à cristaux liquides. Et ce n’est pas un prototype. «Il sera vendu en Chine dès cette année, sous la dénomination commerciale ULED XD, confirme Damien Neymarc, responsable marketing de Hisense en France. La commercialisation en Europe est prévue en 2020.»

Vu de l’extérieur, cet écran de 65 pouces ressemble à beaucoup d’autres : il arbore une dalle LCD en ultra haute définition (3840×2160 pixels), désormais assez classique. Il emploie également des «boîtes quantiques» qui enrichissent la reproduction des couleurs et se répandent dans les téléviseurs haut de gamme. La différence vient de l’incorporation d’un second panneau à cristaux liquides, situé entre le rétroéclairage (constitué de plusieurs centaines de LEDs tapissant le dos de l’écran) et la dalle en ultra haute définition qui affiche l’image finale.

Cette dalle invisible, de définition Full HD (1920×1080 pixels), agit comme un masque dynamique dont les 2 millions de zones indépendantes bloquent ou laissent passer la lumière du rétroéclairage, selon l’intensité lumineuse souhaitée dans l’image.

Un contraste de 200 000:1

Cette astuce corrigerait la principale lacune des écrans LED/LCD, comparés aux écrans OLED dont les pixels sont auto-émissifs : à cause de la lumière du rétroéclairage qui filtre même quand les pixels sont éteints, les noirs ne sont jamais pleinement noirs, ce qui nuit in fine au contraste. Grâce à la dalle LCD supplémentaire à l’oeuvre dans Dual Cell, «la luminosité d’un pixel noir (donc éteint) n’est que de 0,0018 candéla par mètre-carré (cd/m²)», selon Damien Neymarc. Certes, une dalle OLED produit un niveau de noir si infime qu’il n’est pas mesurable. Mais le téléviseur ULED XD profite quant à lui d’une forte luminosité annoncée à 2900 cd/m², ce qui reste hors d’atteinte de l’OLED, et par conséquent d’un contraste de 200 000:1 (rapport entre le niveau de blanc maximal et le niveau de noir maximal), a priori excellent.

Ce procédé de fabrication engendre naturellement un surcoût, sur lequel Hisense ne livre pas d’information. Au moins connaît-on la surconsommation électrique, «de l’ordre de 15%», estime Damien Neymarc. En ce qui concerne son prix, le téléviseur ULED XD se positionnera sur un segment haut de gamme. La technologie Dual Cell trouvera-elle sa place entre le LCD, démocratisé, et l’OLED, aujourd’hui «premium» mais de plus en plus abordable ? Ou n’a-t-elle aucun avenir ? Réponse dans quelques années dans nos salons.

Pour aller plus loin

Posté le par Frédéric Monflier


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !