Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Urban Aero met du vol vertical pour tous les usages

Posté le par Sophie Hoguin dans Entreprises et marchés

La société israélienne Urban Aeronautics développe des véhicules à rotor interne, avec ou sans pilote, pour tous types d’usage : du drone ambulance au taxi volant. Allié depuis 2016 à Safran Helicopter Engine, l’entreprise prévoit une commercialisation vers 2020.

Fondée il y a une vingtaine d’années, Urban Aeronautics* travaille sur les rotors carénés pour véhicules à décollage et atterrissage verticaux. Sa gamme de rotors brevetés baptisés FancraftTM est notamment devenue le support à deux projets phares : un drone ambulance du nom de Cormorant et une voiture volante, le CityHawk. Depuis septembre 2016, l’entreprise israélienne travaille avec Safran Helicopter Engines (ex-Turbomeca) pour disposer de moteurs plus puissants et travailler sur de nouveaux moteurs à propulsion distribuée. Pour Urban Aeronautics, entrer en partenariat avec un industriel aéronautique de premier-plan comme Safran avait pour but de franchir le stade du prototype pour atteindre celui de la production, estimait ainsi Rafi Yoeli, son fondateur et PDG, lors de la signature du partenariat.

Un drone ambulance tout terrain

En 2009-2010, le premier prototype commence ses essais en vol. Il s’appelle alors AirMule, et sera ensuite rebaptisé Cormorant. Son premier vol en complète autonomie est effectué fin 2015. Avec ses 6m de long pour 3,5 de large, le Cormorant affiche 1t à vide sur la balance. Il est capable de transporter 500kg de charge utile et dispose d’une autonomie en vol de 90 minutes avec une vitesse jusqu’à 180 km/h.

Equipé désormais du moteur Arriel 2N de chez Safran, il décolle et atterrit à la verticale grâce à quatre rotors carénés. Son gros avantage sur des hélicoptères : il est tout terrain ! Sans pales à sauvegarder, il peut plus facilement se poser entre des immeubles, en montagne et il a été testé pour affronter tout type de temps et intempéries comme des vents jusqu’à 75km/h. A présent Urban Aero espère une commercialisation pour 2020.

Urban Aero développe son propre système de commandes de vol électriques, ses propres rotors et l’enveloppe de l’engin. Conçu à l’origine dans un contexte militaire, les technologies développées sont maintenant le support à des projets strictement civils de voitures ou taxis volants.

Un taxi volant électrique

Avec l’engouement actuel pour les taxis volants, Urban Aero est sorti de sa cible militaire pour concevoir un véhicule dédié aux applications civiles, le CityHawk qui peut disposer jusqu’à 5 places assises (4 passagers et un pilote). Basé sur le châssis et les rotors du Cormorant, ce véhicule présente plusieurs avantages sur les hélicoptères en milieu urbain : 25 % moins encombrant qu’un hélicoptère comparable, capable d’atterrir sur des emplacements plus divers et plus petits, nuisances sonores inférieures. Pour l’instant alimenté au kérosène, il est étudié pour accueillir à l’avenir un carburant à hydrogène ou un moteur électrique. Il pourrait voler avec des vents jusqu’à 65km/h, même par grand froid.

Pour le moment les motorisations électriques ne permettent pas de présenter un véhicule capable d’une autonomie suffisante requise pour obtenir les certifications et les agréments de vol en Europe ou au Etats-Unis, mais Rafi Yoeli est confiant pour les 5-8 ans à venir.

En route pour les certifications

Depuis mai 2017, Urban Aeronautics a conclu un partenariat avec un consultant canadien spécialiste des certifications aéronautiques afin de pouvoir prétendre à une certification complète de la FAA (fédération aéronautique américaine) pour ses rotors FanCraftTM. Des dossiers qui sont en bonne voie et qui permettront d’ouvrir réellement le marché au Cormorant puis au CityHawk.

*La société se compose de deux filiales à 100 % : Tactical Robotics Ltd., qui développe un drone  pour des missions de transport militaire, et Metro Skyways Ltd. qui travaille sur des projets d’engins à vol vertical  pour des applications civiles de transports de personnes.

Sophie Hoguin

Pour aller plus loin

Dans les ressources documentaires

Posté le par Sophie Hoguin


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !