Article

1 - L’INGÉNIERIE CONCOURANTE : POURQUOI ?

2 - L’INGÉNIERIE CONCOURANTE : COMMENT ?

3 - CONCLUSION : DE NOUVELLES PERSPECTIVES

Article de référence | Réf : C3050 v1

L’ingénierie concourante - Un nouveau professionnalisme

Auteur(s) : Christophe GOBIN

Relu et validé le 02 févr. 2015

Pour explorer cet article
Télécharger l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !

Sommaire

Présentation

Auteur(s)

  • Christophe GOBIN : Direction Recherche et Développement Bâtiment - Groupe GTM Construction

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

INTRODUCTION

« Le voyage de la découverte ne consiste pas à parcourir de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. »Proust

S’il est un point sur lequel la construction se distingue de l’industrie, c’est son évolution à moyen terme qui est diamétralement opposée à celle observée dans les milieux industriels.

En effet, l’acte de construction n’a pas cessé de se complexifier. Le nombre des intervenants s’accroît sans que la qualité globale du produit s’en trouve améliorée. Cette évolution, vécue aussi par le secteur secondaire, a reçu un nom : c’est la taylorisation. La spécialisation se traduit par des tâches et des rôles qui s’additionnent.

Là où se démarquent ces deux milieux c’est dans les réactions face à cette dérive. L’industrie y a répondu par une remise en cause profonde alors que la construction y voit une certaine spécificité voire même une dimension originale.

Ce qui est en cause ici c’est l’attitude face au besoin d’intégration. Le monde industriel, au prix il est vrai d’une révolution culturelle, pense y trouver les moyens de mieux servir le marché en étant plus proche des demandes. Les constructeurs prétendent y échapper sous couvert d’une production localisée marquée par son inscription dans un site. Certains parlent même du caractère vernaculaire du bâti.

La confrontation entre ces deux approches serait vaine si elle se bornait à une comparaison terme à terme, car il est sûr qu’un bâtiment n’est pas un produit en série.

Toutefois, l’acte de construction est-il si différent de celui de la création d’un objet manufacturé ? Cette interrogation a conduit certains vers une définition intéressante du « bâtiment » en tant qu’activité : il s’agit d’une production d’ouvrages à destination unique. Alors l’utilité de méthodes pratiquées dans l’industrie n’est plus incongrue. Gagner en efficacité, rationaliser, économiser relève d’une saine gestion. La spécificité du bâti réside non dans sa production mais dans son emploi.

L’intérêt d’une telle démarche est renforcé par les outils mis au point par la société industrielle. De façon à être plus réactive et plus flexible, c’est-à-dire capable de répondre à des demandes plus ponctuelles, l’industrie s’engage dans la pratique de l’ingénierie concourante. L’objet est d’intégrer dans un collectif les différents intervenants (figure 1) de manière à atteindre une véritable optimisation des ressources qui ne passe plus par une juxtaposition d’optima locaux mais par une véritable concertation.

Cet article a pour objectif d’approfondir ce rapprochement. Il se compose de deux parties :

  • la première situe les enjeux de l’ingénierie concourante et dénombre les raisons qui militent pour généraliser son emploi dans la construction ;

  • la seconde décrit de manière plus détaillée les apports de cette méthodologie de travail adaptée pour ce secteur économique.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 93% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/a-v1-c3050


Cet article fait partie de l’offre

Techniques du bâtiment : préparer la construction

(138 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 95% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Techniques du bâtiment : préparer la construction

(138 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Sommaire
Sommaire

BIBLIOGRAPHIE

  • (1) - MIDLER, JOUINI -   L’ingénierie concourante  -  . PUCA (1998).

  • (2) - ENR -   Enquête satisfaction annuelle  -  . DESIGN & BUILD (1998).

  • (3) - GOBIN (C.) -   Expression du CdCF bâtiment  -  . AFNOR/AFAV (1999).

  • (4) - GOBIN (C.) -   Procurement contractor view  -  . CIB (1998).

  • (5) - GOBIN (C.) -   L’approche fonctionnelle. 1 - Construction et Usage ; 2 - Gestion de projet  -  . ESTP (1996).

  • (6) - GOBIN (C.) -   La relation RCF (client fournisseur)  -  . SYCODES (1990).

  • (7) - GOBIN (C.) -   Les fonctions d’usage  -  ....

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 95% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Techniques du bâtiment : préparer la construction

(138 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS