Logo ETI Quitter la lecture facile

News de science

Conserver 500 To de données sur un CD grâce au stockage 5D

Posté le par Léna HESPEL dans Matériaux, Biotech & chimie

Une équipe de chercheurs anglais a mis au point une nouvelle technique de stockage 5D pour conserver de manière rapide et économe en énergie de grandes quantités de données.

Stocker de très grandes quantités de données sur un support fiable pendant plusieurs milliards d’années est désormais possible. Le stockage optique de données 5D, également connu sous le nom de cristal à mémoires de Superman (en référence aux cristaux de mémoires utilisés dans les films Superman), a connu des avancées majeures ces dernières années.

Fin octobre, une équipe de scientifiques de l’université de Southampton a publié ses dernières recherches. Les chercheurs ont développé une méthode permettant de stocker 500 téraoctets de données sur un volume en verre à peine plus gros qu’un CD. Ce stockage de données est plus de 10 000 fois plus dense que la technologie de stockage sur disque Blu-Ray.

Une écriture laser plus rapide et meilleure

Le stockage de données 5D consiste à inscrire des informations sur une surface en verre nanostructuré à l’aide d’un laser. On utilise la désignation « 5D » parce que, en plus des trois dimensions spatiales habituelles utilisées pour stocker les données, les nanostructures créées dans le verre contiennent des informations sur l’intensité et la polarisation du rayon laser.

Le principe du stockage de données optiques 5D dans des matériaux transparents avait déjà été démontré. Mais l’écriture de données était trop lente et avec une densité peu élevée, rendant les applications réelles difficiles. Pour surmonter cet obstacle, les chercheurs ont utilisé un laser femtoseconde, un type de laser qui produit des impulsions ultra-courtes d’une durée de l’ordre de quelques femtosecondes, avec un taux de répétition élevé. Mais plutôt que d’utiliser ce laser pour écrire directement dans le verre, les scientifiques ont exploité la lumière pour produire un phénomène optique connu sous le nom d’amplification en champ proche. Cette technique a minimisé les dommages thermiques qui ont été problématiques pour d’autres approches utilisant des lasers à taux de répétition élevé.

Conserver des archives nationales sur le long terme

Cette approche permet d’augmenter considérablement la capacité de stockage (500 téraoctets de données sur un CD), mais ce n’est pas son seul avantage. Cette méthode de stockage serait fiable pendant plusieurs milliards d’années. Et le stockage 5D peut potentiellement résister à des chaleurs allant jusqu’à 1 000 degrés Celsius.

Si la vitesse d’écriture a été augmentée, l’inscription de 500 To de données nécessite tout de même 60 jours. Un délai qui semble acceptable pour la conservation d’informations très longue durée, mais qui ne permettra pas de le généraliser à n’importe quel type de données. « Nous pensons que le stockage de données 5D dans du verre pourrait être utile pour le stockage de données à long terme pour les archives nationales, les musées, les bibliothèques ou les organisations privées », précise Yuhao Lei, chercheur à l’Université de Southampton au Royaume-Uni qui a participé à l’étude, sur le site internet de la revue scientifique Optica. « Avec le système actuel, nous avons la capacité de préserver des téraoctets de données, qui pourraient être utilisés, par exemple, pour préserver des informations de l’ADN d’une personne », renchérit Peter G. Kazansky, chef de l’équipe de chercheurs.

Comme certains réglages des machines sont encore manuels, l’équipe estime qu’elle pourra encore améliorer le processus en passant à l’automatisation.

Pour aller plus loin

Posté le par Léna HESPEL


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !