Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Démoclès : améliorer le recyclage dans le bâtiment

Posté le par Xavier Lula dans Matériaux, Biotech & chimie

Le projet Démoclès, coordonné par l’éco-organisme Récylum et lancé en novembre 2014, vient de livrer ses premières conclusions. Il démontre qu'il est possible de passer d'un taux de recyclage de 35 % à 80 % d'ici 2020 pour les déchets des chantiers de démolition ou de réhabilitation. Cela grâce à une plus grande implication des maîtres d’ouvrage et un meilleur conditionnement des déchets.

L’ensemble des déchets issus du second oeuvre, c’est-à-dire non structurels au bâtiment, représentent 10 millions de tonnes chaque année. Actuellement, 90 % de ces déchets sont collectés en mélange, le plus souvent en benne. Cela constitue un véritable frein à leur recyclage, tout en entraînant des coûts supplémentaires de manutention et des risques sanitaires. En effet, les différents matériaux peuvent être contaminés par le mercure des lampes fluorescentes, ou par la poussière de plâtre, ce qui les rend impropre au recyclage. Selon l’ADEME, lorsque déchets sont collectés en mélange dans une benne, les taux de valorisation ne dépassent pas 35 % pour les déchets inertes et 15 % pour les déchets non dangereux. En adaptant la gestion de ces déchets, le projet Démoclès estime qu’il est possible d’en recycler jusqu’à 80 %, « sans surcoût ».

Le projet Démoclès, à travers un retour d’expériences de 18 mois sur 19 chantiers, propose de collecter les déchets séparément dans des contenants adaptés. « Ces contenants, plus petits que les bennes, sont plus maniables et transportables depuis le poste de travail des opérateurs jusqu’à l’aire d’évacuation des déchets », insiste le rapport du projet.

Repenser la gestion des déchets

Récylum a intégré dans le projet une quarante d’acteurs représentant l’ensemble de la chaîne, de la maîtrise d’ouvrage jusqu’aux industriels utilisant la matière recyclée. Et il en ressort que le frein pour améliorer le recyclage n’est pas réellement technique. Le faible taux de valorisation est à rechercher du côté du manque d’implication des maîtres d’ouvrage, puis de l’ensemble des autres acteurs, le long de la chaîne. « Une majorité [des maîtres d’ouvrage] ne se sent pas concernée par la gestion des déchets issus de leurs chantiers », relève le rapport de l’étude, alors qu’ils sont le premier maillon de la chaîne pour assurer une collecte performante.

L’ensemble de la logistique doit donc être repensée pour que l’ensemble des acteurs prennent leurs responsabilités. La maîtrise d’ouvrage doit définir un réel pilotage de la gestion des déchets et exiger la traçabilité des déchets pour la maîtrise d’oeuvre. « Les entreprises de travaux doivent connaître les filières de valorisation et les gestionnaires de déchets doivent proposer des services adaptés aux caractéristiques de chaque chantier et aux objectifs de valorisation des déchets », proposent les experts de Démoclès. Les auteurs recommandent également d’intégrer cette question à la formation initiale, notamment des architectes. Cela permettra d’atteindre les objectifs ambitieux de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Le texte vise à valoriser sous forme de matière 70 % du secteur du bâtiment et des travaux publics en 2020.

Qu’est-ce qui est recyclable ou valorisable ?

Les déchets du second oeuvre sont constitués à 48 % de déchets inertes (briques, carrelage…), 47 % de déchets non dangereux (plâtre, revêtements de sols, isolants…) et 3 % de déchets dangereux (lampes, bois traités, équipements électriques…). Sur 24 catégories de déchets identifiées sur les chantiers, 15 peuvent bénéficier d’un recyclage. Sur ces 15 catégories, 10 doivent faire l’objet d’une collecte séparée en pied de chantier pour permettre une « valorisation optimale ». Il s’agit notamment des équipements électriques, des lampes et tubes fluorescents, des moquette, des ouvrants, du plâtre, du polystyrène, du PVC rigide et souple et du verre plat. Les autres catégories, incluant par exemple les tapisseries et tissus murales, la laine minérale ou encore le polyuréthane, ne sont pas valorisables et pourront continuer à être collectées en mélange.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula

Les derniers commentaires

  • On aime vraiement le travail du professeur Marc Dubois de l´Université Clermont Auvergne sur les matériaux fluorés pour le stockage de l’énergie électrique. Le professeur a étudié de nouvelles méthodes de synthèse sous fluor pour l’obtention de matériaux d’électrode à forte potentialité pour le stockage de l’énergie électrochimique. http://iccf.univ-bpclermont.fr/spip.php?article35


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !