Logo ETI Quitter la lecture facile

La gestion des déchets dans l’ère de l’économie circulaire

Posté le par Matthieu Combe dans Environnement

La Confédération des Métiers de l’Environnement (CME), FEDEREC, et la FNADE signent le contrat de filière « Transformation et Valorisation des déchets », qui veut engager les entreprises de la collecte, du recyclage et de la valorisation des déchets dans la transition vers l’économie circulaire.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte et la feuille de route pour l’économie circulaire portent de nombreux objectifs pour réduire et mieux valoriser les déchets. En particulier, il faudra réduire de moitié les déchets non inertes mis en décharge chaque année d’ici 2025. Pour « engager une profonde mutation vers le recyclage » et détourner annuellement 8 millions de tonnes des décharges françaises, les entreprises de gestion des déchets estiment qu’il faudra investir 4,5 milliards d’euros d’ici 2025 autour de six axes prioritaires.

Mieux recycler et valoriser les déchets

Le contrat de filière « Transformation et valorisation des déchets » 2019-2022 entend développer l’incorporation de matières recyclées dans les produits neufs. Les engagements volontaires énoncés sur les plastiques sont insuffisants et doivent être étendus aux autres matériaux. La filière compte « adapter au plus juste la qualité des matières de recyclage aux attentes réelles des utilisateurs et à améliorer durablement la compétitivité économique des matières premières de recyclage par rapport aux matières vierges via l’expérimentation d’un mécanisme économique incitatif ».

Afin de valoriser des matériaux non recyclables tels que les mousses et certains plastiques, la filière mise sur le développement de la valorisation énergétique. En particulier, les professionnels parient sur les combustibles solides de récupération (CSR). La filière peine encore à émerger en France, en raison de coûts élevés.

Mieux penser les produits

Réduire les déchets mis en décharge passe par l’amélioration de l’éco-conception des produits. Pour y parvenir, fabricants, recycleurs et équipes de marketing devront davantage travailler ensemble afin d’anticiper la fin de vie des produits. Objectif : « réduire drastiquement les quantités de produits manufacturés non recyclables mis sur le marché » pour ne pas reproduire les erreurs du PET opaque.

La « modernisation des centres de tri » rime avec « robotisation ». Les professionnels espèrent créer une filière reconnue de robots de tri intelligents. Ils souhaitent aussi accroître leur présence sur les marchés internationaux. Dans cette perspective, une promotion de PME va être accompagnée via l’accélérateur de la BPI, ainsi que via Stratexio pour créer un vrai leadership de la filière « transformation et valorisation des déchets ». Enfin, la filière compte accompagner les travailleurs dans la mutation profonde des métiers et des besoins en compétences accrues, notamment dans le numérique. Le comité stratégique de filière créé par la signature du contrat est présidé par Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !