Logo ETI Quitter la lecture facile

Expédition 7e continent en quête de nanoplastiques en Méditerranée

Posté le par Matthieu Combe dans Matériaux, Biotech & chimie

L'ONG Expédition 7e Continent vient d'achever une nouvelle mission scientifique en mer Méditerranée. Objectif : étudier la présence et les impacts des micro et nanoplastiques dans la mer et dans l'air.

L’expédition 7e continent a navigué en mer Méditerranée sur son voilier à la recherche de micro et nanoplastiques entre le 20 septembre et le 15 octobre 2019. À bord, quatre marins et quatre scientifiques pour échantillonner cette pollution à peine visible, et invisible. Alexandra Ter Halle, directrice scientifique de l’association et chercheuse au CNRS rappelle que l’on parle de microplastiques grands comme « des miettes de pain » et que « les nanoplastiques sont 1 million de fois plus petits que les microplastiques ».

Avec une équipe pluridisciplinaire, composée de chimistes, biologistes, océanographes, spécialistes de l’atmosphère et de la mécanique des fluides, la mission a pour but d’étudier la répartition des micro et nanoplastiques dans la mer et évaluer leur présence dans l’air. Elle permet de travailler à la fois sur la biologie, la physique et la chimie de la pollution plastique.

Des plastiques qui changent de structure

Alexandra Ter Halle pense que les nanoplastiques changent de structure et de comportement en se dégradant. « Il faut comprendre les nouvelles structures et étudier la façon dont elles interviennent avec le milieu naturel », prévient-elle.

En parallèle, Jean-François Ghiglione, chercheur au laboratoire d’Océanographie Microbienne de Banyuls-sur-Mer, étudie la vie sur ces micro et nanoplastiques. Dès qu’un plastique arrive en mer, une vie variée y installe domicile. « Nous identifions les espèces en analysant leur ADN et cherchons à comprendre pourquoi elles se développent dessus et ce qu’elles y font », explique le chercheur.

Des nanoplastiques partout ?

Yann Ourmières est océanographe à l’Institut Méditerranéen d’Océanologie (MIO). Il rappelle que les particules nanométriques sont transportées par des courants sur des centaines, voire des milliers de kilomètres. « Pour connaître les zones d’accumulation, il faut s’intéresser aux courants », résume-t-il. C’est la raison pour laquelle, les prélèvements se sont déroulés dans des zones différentes, avec des masses d’eau présentes depuis plus ou moins longtemps en mer Méditerranée. « Nous avons prélevé des échantillons dans des zones froides, chaudes, plus ou moins anciennes, afin de trouver des zones de concentration en nanoplastiques ».

Afin d’avoir le plus d’informations possibles, l’équipe a déployé une CTD-Rosette entre la surface et 150 mètres de profondeur. Ce préleveur d’eau multi-instrumenté permet de mesurer les caractéristiques de l’eau (salinité, profondeur et température) et de prélever des échantillons d’eau pour analyser les nanoplastiques. Grâce à ces différentes informations, l’équipe modélisera la distribution verticale des plastiques dans la colonne d’eau pour mieux comprendre les paramètres qui contrôlent cette dynamique.

Des nanoplastiques dans les nuages ?

Enfin, la mission a échantillonné la phase atmosphérique. « Nous avons dû développer un prototype sans matériaux plastiques, car tous les instruments existants sont en plastique, explique Boris Eyheraguibel, chercheur à l’Institut de Chimie de Clermont-Ferrand. Une pompe aspire l’air à débit important et le fait passer à travers une cuve remplie d’eau qui va piéger les particules ».

Boris Eyheraguibel poursuit : « l’objectif est de collecter l’air au-dessus de la colonne d’eau pour travailler sur les transferts des microplastiques de l’eau dans l’air ». Et Jean-François Ghiglione complète : « il est important de savoir si des bactéries s’attachent aux plastiques qui vont dans l’air pour mieux comprendre ce que nous respirons ». Les premiers résultats de cette mission sont attendus pour 2020.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !