Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

La torréfaction transforme la biomasse non comestible en combustible vert

Posté le par La rédaction dans Environnement

Une firme espagnole a acheté à Thermya la licence du procédé Torspy qui, après torréfaction industrielle continue, transforme tout type de biomasse non comestible d’origine agricole ou forestière en un biocoal qui conserve 95 % de l'énergie contenue initialement dans la biomasse. Explications.

Une firme espagnole a acheté à Thermya la licence du procédé Torspy qui, après torréfaction industrielle continue, transforme tout type de biomasse non comestible d’origine agricole ou forestière en un biocoal qui conserve 95 % de l’énergie contenue initialement dans la biomasse.Société d’ingénierie leader dans la valorisation énergétique de la biomasse, Thermya a conclu un accord de concession de sa licence Torspyd à la société espagnole Idema, filiale du groupe Lantec. Selon les termes de ce contrat, Thermya, concède à Idema la licence et l’utilisation non exclusive de sa technologie novatrice de torréfaction de la biomasse. « Cet accord s’avère stratégique pour Thermya, puisqu’il marque l’entrée de notre technologie sur le marché européen » précise Hervé Chauvin, Directeur Général et cofondateur de la société Thermya.Conçu et développé par la société Thermya, le procédé Torspyd, permet de torréfier de manière continue et sur une échelle industrielle tout type de biomasse non comestible d’origine agricole ou forestière. S’apparentant à un long séchage irréversible, il repose sur un traitement thermique « doux » (≤240°C) afin de permettre l’élimination progressive de l’eau et la transformation définitive de la biomasse. Le principe de la technologie s’appuie sur la circulation en continu dans la colonne de torréfaction de deux flux à contre-courant. Sous l’effet du gaz neutre chaud, la biomasse est progressivement déshydratée puis dépolymérisée dans le réacteur.

Inerter la biomasse en la rendant friable et hydrophobe
A l’issue du processus de torréfaction, la biomasse s’est transformée en biocoal ou combustible vert, avec un degré d’humidité inférieur à 1%. Avec Torspyd, nous avons réussi à développer une technologie parfaitement adaptée aux multiples contraintes des industriels de la filière. « Cette technologie permet d’obtenir des niveaux de performance et des rendements inégalés à ce jour » souligne Jean-Sébastien Héry, Directeur Technique et cofondateur de Thermya.Le procédé Torspyd permet d’inerter la biomasse en la rendant friable et hydrophobe de manière totalement irréversible. Le biocoal peut donc être stocké de manière durable, même à l’extérieur. Parfaitement friable, il peut être facilement broyé, ou compacté en pellets à moindre coût. Surtout, le procédé de torréfaction Torspyd permet au biocoal de conserver 95 % de l’énergie contenue initialement dans la biomasse. Le marché du biocoal est immense. Mélangé à du charbon fossile, il peut être utilisé en co-combustion dans les centrales thermiques sans aucune modification des installations. Il peut également se substituer totalement au charbon avec un rendement calorifique équivalent tout en permettant des réductions d’émissions de CO2 fossile. « Thermya s’avère être aujourd’hui le seul fournisseur en Europe d’un procédé permettant, sur une échelle industrielle, de torréfier la biomasse de manière continue. Cet accord nous permet d’aborder le marché de la valorisation des résidus forestiers et agricoles avec une solution technologique innovante et opérationnelle » a expliqué Román Monasterio Larrinaga, Directeur Général du groupe Lantec. Marc CHABREUIL 

En savoir plus
De la biomasse au biocoal : le traitement thermique du procédé Torspyd met en œuvre 2 flux circulant à contre-courant : un flux gazeux et un flux de biomasse. Lors de sa progression du haut vers le bas de la colonne, la biomasse rencontre progressivement des gaz neutres dont la température est de plus en plus élevée. Lors de sa progression vers le bas, la particule de biomasse perd progressivement son eau. Les polymères contenus dans les hémicelluloses sont brisés laissant ainsi une petite partie des substances organiques partir dans le flux gazeux. Ces phénomènes se poursuivent jusqu’à ce que la particule atteigne la grille. Une fois sorti de la colonne, le flux gazeux est reconditionné afin d’être réinjecté en bas de colonne et d’amorcer une nouvelle boucle. Le produit torréfié obtenu en bas de la colonne est appelé « biocoal » ou combustible vert.

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !