Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Les compagnies pétrolières font fi de l’Accord de Paris

Posté le par Matthieu Combe dans Énergie

Malgré l'Accord de Paris, les compagnies pétrolières continuent d'investir dans des projets qui vont à l'encontre des objectifs fixés. Selon Carbon Tracker, elles projettent d'investir 50 milliards de dollars dans des projets exploitant des énergies fossiles d'ici 2030. Des projets incompatibles avec les objectifs fixés par l'Accord de Paris.

Un nouveau rapport du think thank Carbon Tracker dévoile que les principales majors pétrolières ont consenti 50 milliards de dollars d’investissements dans 18 projets qui risquent une forte dévalorisation de leurs actifs dans un monde bas carbone. Dans un scénario de réchauffement à 1,6°C d’ici 2100 (au regard du scénario de l’AIE pour rester en dessous des 2°C), seuls les projets pétroliers avec un prix du baril sous les 40 dollars seront rentables, estime l’étude. Mauvaise nouvelle : les projets identifiés nécessitent un prix du baril plus élevé, d’au moins 60 dollars pour être rentables. Parmi les projets les plus risqués, notons le projet Aspen sur l’exploitation de sables bitumineux, porté par ExxonMobil au Canada. Il requiert un baril à plus de 80 dollars pour un rendement de 15%.

Des majors pétrolières qui risquent gros

En fondant leurs décisions sur un monde à 2,7°C, Carbon Tracker alerte sur le fait que les grandes compagnies pétrolières risquent de perdre 2200 milliards de dollars d’ici 2030. « Les investisseurs devraient remettre en question les dépenses des entreprises pour la production de nouveaux combustibles fossiles, estime Andrew Grant, analyse chez Carbon Tracker et auteur du rapport. La meilleure façon de préserver à la fois la valeur pour les actionnaires et de s’aligner sur les objectifs climatiques sera de se concentrer sur des projets à faible coût qui dégageront les meilleurs rendements. »

De toutes les majors pétrolières, ExxonMobil est celle qui court le plus grand risque de dévalorisation de ses actifs. Plus de 90% de ses investissements prévus sur la période 2019-2030 concernent de nouveaux projets incompatibles avec l’accord de Paris. C’est le cas de 70% des projets pour Shell, 67% pour Total, 60% pour Chevron, 57% pour BP et 55% pour Eni. Carbon Tracker estime que d’ici 2030 la valeur du portefeuille d’investissements de Shell, Total, Chevron, BP et Eni risque de diminuer de moitié si elles continuent d’agir contre les objectifs de l’accord de Paris.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !