Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Pétrole, gaz fossile et charbon: les 6 plus importantes banques françaises investissent massivement dans les énergies non durables

Posté le par Pierre Thouverez dans Énergie

BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, BPCE, Crédit Mutuel-CIC et la Banque Postale ont investi 43 milliards d'euros dans les énergies fossiles (pétrole, gaz fossile et charbon) et seulement 12 milliards dans le solaire et l'éolien en 2016 et 2017 selon un rapport de l'ONG Oxfam révélé le 24 novembre 2018.

«Banques françaises, les fossiles raflent la mise». Tel est le titre du rapport d’Oxfam. Les 6 groupes bancaires concernés ont investi, sans aucun scrupule, 20,6 milliards dans les énergies sales en 2016 et 22, 4 milliards en 2017, soit une hausse de 1,8 milliards. Parallèlement 6,8 milliards dans le solaire et l’éolien en 2016 et 5 milliards en 2017. Soit une baisse de 1,8 milliards. Ces banques méprisent par conséquent de façon claire et nette l’environnement et ainsi la possibilité de l’épanouissement humain. Elles n’ont pas compris que la crise écologique est d’une ampleur gravissime. «La situation climatique exigerait d’elles qu’elles fassent au moins l’inverse» s’est indigné Alexandre Poidatz, porte-parole d’Oxfam France. Comment expliquer aux gilets jaunes qui faut qu’ils payent davantage d ‘écotaxes quand des groupes aux puissants moyens financiers se comportent comme des cancres irresponsables en imitant Donald Trump ?

«Trois ans après l’Accord de Paris pris lors de la COP21, les banques françaises continuent de financer massivement les énergies fossiles : sur 10 euros, 7 euros vont à ces énergies climaticides, et seulement 2 euros aux énergies renouvelables» explique avec pédagogie l’ONG. BNP Parisbas et Le Crédit Agricole sont les deux banques les plus irresponsables. Elles ont en effet investi respectivement 12,8  et 12,6 milliards dans les énergies sales. Suit la Société Générale avec 11,5 milliards. 76% des investissements du Crédit Agricole portent sur les énergies fossiles. «Le constat est accablant. Alors que les scientifiques s’accordent à dire qu’il est urgent d’agir, pour préserver le climat, de rester sous la barre fatidique des 1,5 °C de réchauffement climatique, les banques continuent de soutenir massivement les énergies qui produisent le plus de gaz à effet de serre, comme le charbon, le pétrole et le gaz.» Sans parler des autres conséquences très graves de la dépendance envers combustibles fossiles, y compris les conflits armés au Moyen-Orient ou en Ukraine. Ces groupes bancaires n’ont donc aucune éthique. Et la France entend donner des leçons d’écologie au monde entier.

«Il est urgent que les banques jouent leur rôle dans la transition énergétique. Pour cela, Oxfam France les appelle à publier un plan de sortie des énergies fossiles, à cesser de soutenir les entreprises qui développent de nouvelles activités charbonnières, et enfin à travers une réelle transparence, à divulguer une photographie des entreprises qu’elles financent. Mais l’impulsion doit aussi venir de l’Etat, qui peut renforcer l’ambition de la Loi sur la Transition énergétique qui impose aux banques d’évaluer les risques liés aux changements climatiques.» La pratique du pouvoir par Emmanuel Macron s’accompagne ainsi d’une régression de la prise en compte environnementale, et d’un climat de contestation sociale croissante.

La politique énergétique de l’Etat français suscite des inquiétudes au plus haut niveau. En effet Xavier Daval, vice-président du SER (Syndicat des Energies Renouvelables) a lancé un appel de détresse, également le 24 novembre 2018, dans le journal Le Monde: la France pourrait perdre l’énorme marché que représentent les énergies renouvelables. «La France ne peut pas, sous la pression technocratique des lobbies qui ont constitué l’épine dorsale de l’administration de l’énergie depuis près de 50 ans, repousser d’un revers de main l’opportunité que représente les EnR» estime cet expert. «En maintenant le choix du tout-nucléaire, la France compromettrait définitivement ses chances dans les énergies renouvelables»

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !