Logo ETI Quitter la lecture facile

Quand l’application de la Théorie des Contraintes double la productivité

Posté le par La rédaction dans Environnement

En appliquant les principes de la Théorie des Contraintes, en réorganisant l’activité mais aussi en obtenant l’engagement des 1 000 collaborateurs du site, le Technicentre TGV de la SNCF à Bischheim est parvenu à diviser par deux la durée d’immobilisation d'une rame TGV pour rénovation et à réduire considérablement les coûts. Explications. 

Situé dans la banlieue de Strasbourg, le Technicentre de Bischheim est le plus ancien centre de maintenance TGV de la SNCF. Comptant plus de 1000 salariés, il a pour mission d’assurer l’entretien lourd des rames TGV Sud/Est et Atlantique. Il assure aussi la réparation de pièces complètes comme les bogies (châssis situés sous la voiture où sont fixés les essieux) ou les portes automatiques. En 2006, le Technicentre de Bischheim se trouve en première ligne pour le lancement du TGV Est. Il a pour mission de réaliser la transformation des rames aux couleurs du nouveau design Christian Lacroix. Afin de respecter les délais, la direction du Technicentre décide de lancer un programme d’amélioration de sa performance industrielle inspiré de l’industrie automobile et baptisé Bischheim à Grande Vitesse (BGV). En 2007, à mi chemin de l’objectif de performance fixé, elle a fait appel à Marris Consulting, société de conseil en management focalisée sur les activités industrielles, pour accélérer la démarche et assurer de manière pérenne son déploiement uniforme dans tous les ateliers de l’usine.

Un gain de plus de 30 jours sur le délai d’immobilisation

En appliquant les principes de la Théorie des Contraintes (TOC ou Theory Of Constraints), Marris Consulting a aidé la direction du Technicentre à fixer un objectif global commun, en cohérence avec l’attente de son client : réduire le temps d’immobilisation des rames pour rénovation. La première étape a consisté à reconstituer dans le détail le parcours d’une rame et du flux logistique des pièces détachées neuves ou réparées afin d’en identifier les goulots d’étranglement. Avec l’assistance de Marris Consulting, le site à mis en place des cellules de management spécialisées sur les méthodes et sur l’ordonnancement, et les a doté de procédures, de modes de travail et d’outils nouveaux. Ainsi, le Technicentre a pu améliorer considérablement l’organisation et l’enchainement des opérations, ainsi que le passage de relais entre les différents ateliers. Impliqués dans la réalisation du projet commun, Bischheim à Grande Vitesse, les chefs d’ateliers ont pu coordonner leurs efforts et ajuster le rythme de travail. Par exemple, des pièces démontées de la rame sont aujourd’hui traitées au fil de l’eau, et non plus en un lot unique une fois l’opération de démontage totalement achevée. Ces ajustements ont permis de passer de plus de 70 jours par rame à 38 jours, alors même que les travaux à effectuer sur une rame augmentaient de 25 000 heures à 37 000 heures pour les nouvelles rames TGV Atlantique.

Mobiliser et communiquer

Pour Bruno Maggioli, Directeur Industriel du Technicentre de Bischheim et Chef du projet Bischheim à Grande Vitesse, la réussite d’un tel projet s’appuie sur une démarche volontaire de tous, la capacité à mettre toutes les énergies au service d’un objectif global fédérateur, ainsi qu’une bonne communication à tous les niveaux. Durant toute l’année 2008, les consultants de Marris Consulting ont été présents dans les ateliers aux côtés des chefs d’équipes, pour les aider à diffuser les messages et à mobiliser leurs équipes. En parallèle, une opération importante de rénovation des locaux industriels a été conduite, afin de fournir aux salariés des conditions de travail favorables à l’obtention de la performance recherchée. Enfin les moyens dédiés à une communication adaptée avec tous les salariés ont permis à chacun de s’approprier la démarche et de s’engager dans un processus d’amélioration de la productivité devenue naturelle, continue et durable.

Une démarche pérenne et reproductible

A l’échelle nationale, le projet Bischheim Grande Vitesse fait aujourd’hui figure de bon exemple à suivre. Deux ans après sa mise en œuvre, les améliorations de productivité sont toujours au rendez-vous. La communication continue de jouer un rôle essentiel pour faire appel à la bonne volonté de tous et permettre à chacun de mesurer le chemin qui a déjà été parcouru, notamment grâce à des albums photos qui présentent l’avant et l’après de chaque avancée. Pendant trois ans, le Technicentre de Bischheim a bénéficié d’un accompagnement régulier par les consultants de Marris Consulting, pour l’aider à s’approprier pleinement la démarche puis à l’étendre à d’autres activités. La direction du Technicentre réfléchit déjà à l’adaptation du projet Bischheim à Grande Vitesse aux nouveaux défis qu’elle doit relever. En effet l’arrivée des rames TGV à deux niveaux, et le besoin de son client SNCF de réduire encore la durée d’indisponibilité des rames, conduira à réaliser les maintenances au fil de l’eau quelque que soit le modèle et non plus par séries du même modèle.
 
M.C

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !