Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Solaire: les appels d’offres annuels passent à 2,45 GW !

Posté le par Matthieu Combe dans Énergie

Nicolas Hulot vient d'annoncer qu'il portait le volume des appels d'offres solaires annuels à 2,45 gigawatts. Soit une hausse de 1 gigawatt. Une bonne nouvelle pour le développement de la filière française en vue d'atteindre les objectifs pour 2023.

Fin septembre 2017, le parc solaire atteignait une capacité installée de 7,2 gigawatts (GW). C’est 71 % des objectifs fixés à la filière pour 2018 (10,2 GW). Cet objectif ne sera clairement pas atteint. En effet, sur les 12 derniers mois, le parc n’a progressé que de 574 mégawatts. Pour 2023, les objectifs sont encore plus éloignés. Publiée en 2016, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) veut atteindre une capacité solaire installée entre 18,2 et 20,2 GW pour fin 2023. Dans six ans, Il faudra donc avoir installé entre 11 et 13 GW de nouvelles capacités. Soit autour de 2 GW par an, ce qui signifie qu’il faut changer d’échelle.

Accélérer le développement solaire

Plusieurs appels d’offres ont été lancés fin 2016 pour développer les installations solaires au sol comme sur bâtiments. Ces appels d’offres pluriannuels portent sur des volumes de 1,45 GW par an sur une durée de trois ans. Déjà 1,3 GW ont été attribués. Mais cela reste insuffisant pour rattraper le retard. Nicolas Hulot a donc décidé de porter le volume des futurs appels d’offres à 2,45 GW par an. Avec 1,7 GW réservés aux installations au sol et 0,75 GW pour le solaire sur bâtiments.

«L’augmentation des volumes prendra effet progressivement, dès les prochaines périodes des appels d’offres, qui auront lieu en mars pour les installations sur bâtiment et en juin pour les centrales au sol», précise le ministère de la transition écologique et solidaire. Des mesures ont notamment été prises pour réduire les délais de réalisation des installations. Mais aussi pour augmenter les taux de réalisation des projets lauréats. Car tous les projets n’aboutissent pas. Par ailleurs, un plan pour accélérer le développement des énergies renouvelable devrait être annoncé en 2018.

Des énergies renouvelables compétitives

Mais ce n’est pas la seule nouveauté. Nicolas Hulot lance aussi un appel d’offres bi-technologique expérimental jusqu’en septembre 2018. Il mettra en concurrence la compétitivité des filières photovoltaïque et éolien terrestre pour un volume total de 200 MW. La puissance individuelle des projets doit être comprise entre 5 et 18 MW. «Le soutien aux projets prendra la forme d’un complément de rémunération et la sélection se fera uniquement sur la base d’un critère de compétitivité économique», avance le Ministère.

Les prix demandés par les lauréats des appels d’offres solaires continuent de chuter. Les derniers projets au sol vendent leur électricité à 63,9 euros par mégawattheure (€/MWh). Soit 9 % de moins que lors du dernier appel d’offres, quatre mois plus tôt. Pour les plus gros projets au sol (entre 5 et 17 MWc), le prix tombait même à 55,5 €/MWh. Une baisse similaire est observée sur les projets sur bâtiments. Les derniers lauréats proposaient un prix moyen de 93,4 €/MWh. Il atteignait 88 €/MWh pour les projets sur grands bâtiments. Une baisse de 10 %.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !