Logo ETI Quitter la lecture facile

Interview

TenCate développe une nappe pour protéger les glaciers de la fonte

Posté le par Matthieu Combe dans Matériaux, Biotech & chimie

TenCate Geosynthetics développe une nappe anti-fonte pour protéger les glaciers et les massifs contre les effets du réchauffement climatique. Nom de code ? TenCate Toptex GLS 340. Entretien.

L’entreprise TenCate Geosynthetics est spécialisée dans la vente de géotextiles pour les travaux publics, l’aménagement paysager, les centres de stockage des déchets et l’agriculture. Elle développe aussi une activité insolite : la vente de nappes pour protéger les glaciers. Des installateurs se chargent ensuite de vendre leurs prestations aux propriétaires de glaciers ou de domaines skiables. Entretien avec Nicolas Laidié, directeur du segment « non tissés » chez TenCate Geosynthetics pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Techniques de l’Ingénieur : À quoi sert la technologie TenCate Toptex GLS 340 ?

Nicolas Laidié : C’est une petite activité qui a tendance à fortement augmenter avec l’intérêt de protéger les glaciers et l’activité économique qui fait vivre les économies locales du tourisme et des loisirs d’hiver. Des glaciers ou massifs qui fondent peuvent menacer le tourisme d’hiver dans certaines régions. D’où l’intérêt de solutions comme notre nappe TenCate Toptex GLS 340.

©TenCate Geosynthetics

Cette activité existe depuis une quinzaine d’années, en particulier en Autriche sur de nombreux glaciers et massifs montagneux du Tyrol. Cette solution consiste à protéger les glaciers pour éviter leur fonte en été. La nappe est ainsi installée au printemps. Les bandes mesurent 70 mètres sur 5 mètres, pour 2 millimètres d’épaisseur. L’assemblage entre les différentes bandes se fait le plus souvent par soudage au chalumeau à gaz. À l’automne, la nappe est retirée. Les installateurs la gardent en attendant de la réinstaller à la prochaine saison. Elle est ainsi réutilisable entre 3 et 4 saisons.

Les travaux sont opérés à de hautes altitudes et il n’est pas possible de recouvrir toute la montagne. L’étendage de ces nappes va rester relativement limité, sur des zones exposées au soleil, soumises aux plus fortes fontes. Sur le glacier Presena en Italie, on est passé d’une couverture de 30 000 m² en 2008 à 100 000 m². C’est déjà une surface importante, mais cela reste une goutte d’eau par rapport à l’envergure de la zone qu’il faudrait couvrir en totalité.

©TenCate Geosynthetics

Quelles sont les propriétés de cette nappe ?

Au début des années 2000, nous avons mené une grande étude à l’Institut de métrologie et de géophysique de l’Université d’Innsbruck en Autriche pour montrer l’apport de cette solution. Comparée à 3 autres solutions qui consistent à ne rien faire, injecter de l’eau ou compacter la glace, la nappe réduisait la fonte des glaces de 60 %.

C’est une nappe non tissée composée de filaments continus en polypropylène entremêlés. Autrement dit, chaque fil ne s’arrête jamais dans toute la nappe et se retrouve ainsi entremêlé avec les autres dans l’épaisseur, de façon aléatoire. Pour obtenir ce mélange aléatoire, notre procédé brevet mélange les filaments avec des jets d’eau à haute pression.

Cette structure tridimensionnelle est très importante pour plusieurs raisons. Premièrement, elle permet d’avoir une grande perméabilité à l’air pour éviter que le vent en altitude se glisse en dessous ou frotte à la surface, entraînant un appel d’air qui ferait soulever ou s’envoler la nappe. La deuxième caractéristique est de laisser passer l’eau. Lorsqu’une nappe est appliquée sur une pente, la pluie doit pénétrer dans la structure du non tissé et suivre cette structure avec la pente. Cette perméabilité à l’eau est importante pour éviter qu’elle reste dans la structure, et éviter ainsi un contact prolongé entre l’eau et la neige, ce qui ferait faire fondre la neige.

Nous avons une nappe très perméable à l’eau et à l’air mais très résistante. Lorsqu’elle est exposée sur les pentes d’un glacier, elle ne va pas se dégrader rapidement car elle est résistante aux UV et a une bonne résistance mécanique. En plus, le produit est blanc et est donc très réfléchissant à la lumière. En fin de compte, nous avons une nappe réfléchissante et isolante qui engendre une température sous sa surface bien inférieure à celle au-dessus.

Comment s’assurer que l’impact environnemental est limité et que la nappe sera recyclée en fin de vie ?

Sur les glaciers, la faune et la flore ne sont pas très développées. Mais on s’intéresse à la dégradation potentielle du produit. Entre 3 et 5 ans, la nappe ne va pas relarguer de matières dans la nature. Elle est imputrescible et ne va pas se dégrader car elle est résistante aux UV. Le produit est posé et retiré. Le fait que l’installation soit à cycle court rassure sur le fait qu’il ne va pas rester dans la nature pendant des décennies.

La nappe est fabriquée en polypropylène, un plastique recyclable. À partir du moment où elle est récupérée, elle peut être recyclée. L’est-elle réellement ? Cela dépend des opérateurs jusqu’à la fin de la chaîne. Nous orientons nos clients vers une filière de recyclage si besoin, mais comme nous ne connaissons pas chaque site d’installation, nous ne pouvons pas aller derrière chaque propriétaire pour nous assurer du bon recyclage effectif. Cela dépend de la bonne conscience environnementale de chacun.

Crédit image de une : ©TenCate Geosynthetics

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !