Logo ETI Quitter la lecture facile

Trump rejoue l’Age d’or du pétrole

Posté le par La rédaction dans Énergie

Donald Trump a donné avant l’été son plan d’action en matière d’énergie. De quoi donner des sueurs froides aux partisans de la transition énergétique. Exploitation tous azimuts des hydrocarbures, construction de pipelines, le président des Etats-Unis veut faire de son pays l’El Dorado des hydrocarbures, et devenir le premier exportateur mondial.

Le pic pétrolier à l’envers

Donald Trump théorise sa politique par la révolution des hydrocarbures de schiste qui ont « montré que la théorie du pic pétrolier, qui imposait des mesures draconiennes et une modification de notre mode de vie, était une fake news. Notre pays est béni d’une abondance extraordinaire d’énergie. Nous avons près de 100 ans de gaz naturel et plus de 250 ans de charbon propre et beau », s’est enflammé le milliardaire au Department of Energy (DoE). Donald Trump a annoncé l’ouverture de la quasi-totalité (94%) des zones fédérales en mer à l’exploitation d’hydrocarbures. Le Président semble miser sur une augmentation de la production pour maintenir des prix bas de l’énergie, favorisant ainsi les industries énergivores, tout en augmentant les exportations. Sans oublier l’argument de l’indépendance énergétique, toujours présent dans la rhétorique trumpienne.

Annonces chocs

Donald Trump a profité de l’occasion pour annoncer quelques mesures chocs, mais attendues, telles que la suppression de toutes les barrières administratives et environnementales imposées aux mines de charbon. Un accord d’exportation de houille serait actuellement en négociation avec l’Ukraine selon le Président. De contrat, il en serait également question avec la Corée du sud à qui le président américain souhaiterait vendre son gaz naturel cette fois-ci. Pour cela, les États-Unis qui avaient déjà commencé à dévier de leur stratégie historique (pas d’exportation de pétrole et gaz brut) accélère la dynamique en autorisant le terminal de liquéfaction de Lake Charles LNG en Louisiane à exporter davantage. Enfin, Donald Trump a annoncé la construction d’un grand pipeline vers le Mexique, qui « passerait juste sous le mur », s’est amusé le Président de la première puissance mondiale. Reste à savoir si le Mexique, également producteur de pétrole, appréciera la boutade, et le projet…

Pari historique

Contraste saisissant que les discours à quelques jours d’intervalle des présidents français et américain. Alors qu’Emmanuel Macron annonce qu’aucun permis d’exploration d’hydrocarbures ne sera attribué en France, Donald Trump ouvre grand le domaine fédéral et confirme sa sortie de l’Accord de Paris. Il compte de fait devenir un producteur majeur d’énergies fossiles dont les autres veulent s’émanciper. Un mot enfin sur le nucléaire, en réalité le premier point aborder par Trump, et qui va faire l’objet d’une revue complète « pour trouver de nouvelles manières de revitaliser cette ressource énergétique cruciale et propre », a promis le Président. En effet, les centrales nucléaires américaines n’ont jamais été dans une situation aussi critiques. Plusieurs ont dû fermer leurs portes faute de rentabilité en raison de la concurrence impitoyable du… gaz de schiste ! Les centrales à gaz étant devenues bien plus compétitives que l’atome. Bref un véritable casse-tête en perspective.

Par Romain Chicheportiche

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !