Logo ETI Quitter la lecture facile

Une grande quantité d’eau se cache dans des réservoirs sous-marins naturels

Posté le par La rédaction dans Environnement

L’exploitation de cette eau peu salée pourrait aider les régions déficitaires en eau.

Le sous-sol sous-marin abriterait 500 000 km3 d’eau très peu salée. Une quantité d’eau exploitable bien plus vaste qu’on ne le pensait. Publiée dans Nature, l’étude menée pour quantifier ces réserves a été menée par une équipe internationale de chercheurs australiens, néerlandais, américains et anglais. Tous ont épluché la littérature scientifique, plus particulièrement les données concernant les forages pétroliers. Leurs calculs révèlent la présence d’aquifères répartis sur la globalité de la surface terrestre.

Ces réservoirs sous-marins se présentent sous la forme de roches ou de sédiments suffisamment poreux pour capter et retenir des nappes d’eau. Plusieurs phénomènes contribuent à la formation de ces réserves d’eau sous-marines. Lors des périodes glaciaires, le niveau des mers s’est abaissé, dégageant des plateaux continentaux à  l’intérieur desquels l’eau de pluie a pu s’infiltrer. Deuxièmement, ces nappes d’eau s’écoulent les unes vers les autres. Les auteurs de l’étude précisent que ces décharges peuvent s’effectuer sur de longues distances, jusqu’à 100 kilomètres. Enfin, la fonte des glaces pourrait aussi contribuer à la présence d’eau douce.

Cette eau est salée, mais bien moins que l’eau de mer. Elle pourrait facilement alimenter des usines de dessalement avec un rendement plus grand qu’une usine traitant de l‘eau de mer. Les scientifiques prennent toutefois des précautions quand au chiffrage de la quantité d’eau potentiellement existante, précisant que leur évaluation souffre d’un manque de données et reste donc très incertaine.

La découverte de ces réserves suscite l’espoir de contrer les pénuries d’eau frappant certaines régions. Une réponse temporaire certes, mais une réponse quand même à une crise de l’eau qui ne fait que commencer.

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !