Présentation

Article

1 - BASES DE L'OXYDATION

2 - OXYDANTS

  • 2.1 - Permanganate de sodium ou potassium
  • 2.2 - Peroxyde d'hydrogène – réactif de Fenton
  • 2.3 - Percarbonate de sodium
  • 2.4 - Persulfate de sodium
  • 2.5 - Ozone

3 - MILIEUX GÉOLOGIQUES ET LEURS SPÉCIFICITÉS

4 - EXPÉRIMENTATION À L'ÉCHELLE DU LABORATOIRE

  • 4.1 - Évaluation de l'efficacité des oxydants
  • 4.2 - Mesure de la demande naturelle en oxydant
  • 4.3 - Extrapolation et limites des données acquises au laboratoire

5 - EXPÉRIMENTATION À L'ÉCHELLE DU PILOTE

  • 5.1 - Pilote pour la décontamination de nappes
  • 5.2 - Pilote pour la décontamination de sols
  • 5.3 - Hygiène et sécurité

6 - MISE EN ŒUVRE À L'ÉCHELLE DU TERRAIN

7 - CONCLUSION

Article de référence | Réf : J3983 v1

Mise en œuvre à l'échelle du terrain
Traitement des sols et nappes par oxydation chimique in situ

Auteur(s) : Marie-Odile SIMONNOT, Véronique CROZE

Date de publication : 10 sept. 2012

Pour explorer cet article
Télécharger l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !

Sommaire

Présentation

Version en anglais En anglais

RÉSUMÉ

La dépollution des sols et nappes par oxydation chimique in situ consiste à injecter dans le milieu contaminé un oxydant destiné à dégrader le polluant ciblé en composés moins toxiques, si possible jusqu’à la minéralisation. Cette méthode s’adresse à des polluants organiques. Après avoir rappelé les bases de l’oxydation, cet article présente les principaux oxydants et leur mise en œuvre depuis l’échelle du laboratoire à celle du site, en prenant en compte les aspects hygiène et sécurité.

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

ABSTRACT

–Soil and groundwater clean-up by in situ chemical oxidation (ISCO) consists in injecting an oxidant into the contaminated medium. This oxidant aims at degrading the target pollutant into less toxic compounds, if possible up to mineralization. This method is devoted to organic pollutants. After recalling the fundamentals of oxidation, this article presents the conventional oxidants and their implementation from the lab scale to the site scale, taking into account safety aspects.

Auteur(s)

  • Marie-Odile SIMONNOT : Professeur en Génie des procédés à l'université de Lorraine (Nancy)

  • Véronique CROZE : Chef du Département travaux de dépollution – ICF Environnement (Gennevilliers)

INTRODUCTION

L'oxydation chimique in situ est une technique physico-chimique de dépollution des eaux souterraines et des sols contaminés par des composés organiques [J 3 981]. Elle consiste à injecter dans la nappe ou le sol des réactifs oxydants, liquides, solides ou gazeux, afin qu'ils réagissent avec les polluants au niveau du panache et/ou de la zone source. Le point déterminant est le contact entre le réactif oxydant et les polluants visés, sachant que les polluants sont partagés entre la phase aqueuse, la matrice poreuse et éventuellement une phase liquide non aqueuse (NAPL). L'oxydation s'adresse à des polluants relativement légers comme les composés chlorés volatils, le benzène, le toluène, les xylènes et à des composés de masse molaire plus élevée, comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques. L'objectif du traitement est de dégrader les polluants en substances moins toxiques ou plus rapidement biodégradables, voire dans le cas d'une oxydation complète, en dioxyde de carbone, eau et éventuellement halogènes.

Cette technique, bien adaptée et maîtrisée pour le traitement des nappes, se développe de plus en plus pour la zone non saturée du sol.

Les oxydants les plus utilisés sont le permanganate de potassium ou de sodium, le peroxyde d'hydrogène combiné au fer (II) (réactif de Fenton), le persulfate de sodium, le percarbonate de sodium et l'ozone. Le choix de l'oxydant dépend des polluants et des caractéristiques du site à traiter. Les oxydants usuels étant solubles dans l'eau, la dégradation s'opère principalement en phase aqueuse, ce qui favorise la dissolution des phases libres. La principale condition de réussite du traitement est d'arriver à privilégier le contact entre oxydant et polluant pendant une durée suffisante pour que la réaction soit possible.

La sélection de cette technique et son application nécessitent au préalable, de caractériser le site à traiter et d'effectuer des tests au laboratoire. Les tests en laboratoire sont destinés à sélectionner l'oxydant le plus approprié et à déterminer les quantités à mettre en œuvre. Si les résultats sont positifs à cette échelle, c'est-à-dire si l'on parvient à dégrader les polluants avec des doses raisonnables d'oxydant, la faisabilité est testée à l'échelle pilote, afin d'obtenir des données pour le dimensionnement, mettre en place le suivi, définir les conditions d'hygiène et sécurité et prévoir les coûts de traitement. On pourra ensuite mettre en œuvre le traitement sur site. L'oxydation in situ peut être combinée à des traitements de finition, notamment des traitements par biodégradation.

Il existe un grand nombre d'ouvrages sur l'oxydation chimique in situ  . Le présent dossier a pour objectif de rappeler les bases de l'oxydation chimique, de donner les caractéristiques des principaux oxydants et de décrire les différentes étapes du traitement, du laboratoire au site.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 93% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/a-v1-j3983


Cet article fait partie de l’offre

Environnement

(500 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Lecture en cours
Présentation
Version en anglais En anglais

6. Mise en œuvre à l'échelle du terrain

6.1 Nappes

La mise en œuvre d'un traitement à grande échelle, est essentiellement, après avoir acquis les paramètres de dimensionnement, un problème d'organisation pour l'injection de grandes quantités de liquides et la détermination du facteur de dilution et du volume à injecter. C'est un compromis entre choisir d'injecter des concentrations élevées et de faibles volumes et donc de traiter des zones relativement limitées ou bien d'injecter des concentrations plus faibles, et à partir d'un même puits, atteindre de plus grandes distances. La porosité et la capacité d'emmagasinement de l'aquifère, ainsi que le niveau des concentrations sont des éléments de décision. L'injection grandeur nature implique également la détermination du temps nécessaire, pour atteindre l'objectif. Si l'effet de l'injection semble immédiat dans un puits, la réaction chimique s'effectue au niveau de l'eau et l'abaissement brutal de la concentration en polluant dans l'eau induit un déséquilibre entre eau et matrice, temporaire. Les concentrations en polluants dans l'eau peuvent être plus importantes après une injection que celles du niveau de départ. C'est ce qui s'appelle dans la pratique un effet « rebond ». La durée du retour à des concentrations stabilisées et représentatives de l'aquifère prend plusieurs mois. La décision de réinjecter en est donc différée d'autant.

L'oxydation chimique est efficace, rapide, mais le temps de suivi est long. Dans la pratique, généralement plusieurs campagnes d'injections sont nécessaires pour atteindre les objectifs.

Exemple de réalisation

dans le cadre de la cessation d'activité d'un site de tricotage textile, une pollution par solvants chlorés a été mise en évidence. Le perchloroéthylène était utilisé comme dégraissant de la laine. Trente puits ont été mis en place afin de délimiter et caractériser le panache. Deux puits ont été installés et crépinés 5 m plus bas que l'ensemble des puits. Ils ont permis de mettre en évidence que la pollution de la nappe par les COVH était limitée à sa partie superficielle (5 m d'épaisseur) ; en deçà, les concentrations étaient divisées par 20. La zone la plus impactée représentait une surface d'environ 1 800 m2. Les concentrations y étaient comprises entre 9 000 et 21 000 g · L–1....

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 93% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Environnement

(500 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Lecture en cours
Mise en œuvre à l'échelle du terrain
Sommaire
Sommaire

BIBLIOGRAPHIE

  • (1) - ITRC -   Technical and regulatory guidance for in situ chemical oxidation of contaminated soil and groundwater (Guide technique et réglementaire pour l'oxydation chimique in situ des sols et nappes contaminés).  -  2nd ed., ISCO-2, DC, Interstate Technology and Regulatory Council, in situ Chemical Oxidation Team, Washington DC (2005) http://www.itrcweb.org

  • (2) - HULING (S.G.), PIVETZ (B.E.) -   In situ chemical oxidation (Oxydation chimique in situ).  -  US EPA Engineering issue, EPA/600/R-06/072, Office of Research and Development National Risk Management Research Laboratory, Cincinnati (2006).

  • (3) - TOUZE (S.), IGNIATIDIS (I.), SAADA (A.), GABORIAU (H.) -   État de l'art sur la technologie de dépollution des sols et des eaux souterraines par oxydation in situ.  -  BRGM/RP 54096-FR (2005).

  • (4) - SIEGRIST (R.L.), CRIMI (M.), SIMPKIN (Th.J.) (Eds) -   In situ chemical oxidation for groundwater remediation (Oxydation chimique in situ pour la décontamination des aquifères).  -  Springer, 678 p. (2011).

  • (5) - SIEGRIST (R.L.), URYNOWICZ (M.A.), WEST (O.R.), CRIMI (M.), LOWE (K.S.) -   Principles and practices...

1 Sites Internet

Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie, rubrique sites et sols pollués http://www2.ademe.fr/

Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie, sites et sols pollués/techniques de traitement des eaux souterraines/oxydation chimique/exemples http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1=96=3=22841#theme4

Base de données sur les sites et sols pollués ou potentiellement pollués appelant une action des pouvoirs publics, à titre préventif ou curatif http://basol.environnement.gouv.fr/

BRGM portail sites et sols pollués https://www.brgm.fr/fr/actualite/actualite/brgm-diffuse-donnees-nationales-sites-sols-pollues

BRGM rapport sur l'oxydation à télécharger http://www.brgm.fr/Rapport?code=RP-54096-FR.pdf

...

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 95% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Environnement

(500 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS