Logo ETI Quitter la lecture facile

L’Actu de l’innovation

CO2 : Plus il y en a, mieux c’est !

Posté le par La rédaction dans Environnement

Procédant à l'oxycombustion, la première centrale thermique à capture de CO2  d'Espagne a été mise en place afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le premier centre de capture de CO2 d’Espagne a été mis en marche le 16 avril à El Bierzo (León). Cette centrale thermique qui peut fonctionner soit au charbon, soit à la biomasse, est une usine pilote de taille industrielle faisant partie du Centre de Développement des Techniques de Capture de CO2.

La fondation Ciuden

Le financement (128,4 millions d’euros), la construction et la mise en route de ce centre pionnier en Espagne ont été possibles grâce à la Fondation Ville de l’Energie ( « Ciuden » pour sa contraction en espagnol). Depuis sa création en 2006, dans laquelle s’est impliqué personnellement le chef du gouvernement et natif de la région José Luis Zapatero, cette fondation a eu pour objectif de dynamiser le développement économique et social de la région d’El Bierzo, notamment au travers de projets et activités en relation avec l’énergie et l’environnement. L’inauguration de la centrale thermique à capture de CO2 est donc la concrétisation de cette action, qui vise à doter l’Espagne d’outils de pointe dans la recherche pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 

Pourquoi continuer à développer les centrales thermiques ? 

Les centrales thermiques produisent de l’électricité via la combustion de carburants fossiles comme le charbon, le pétrole ou le gaz naturel. Réputées polluantes et grandes productrices de CO2, elles représentent pourtant une part non négligeable du bouquet énergétique espagnol. Dans la lutte contre le changement climatique et les émissions de CO2, il existe de nombreuses options technologiquement valides. Conjointement au développement des énergies renouvelables, une des stratégies consiste ainsi à repenser et modifier les installations thermiques existantes pour les rendre moins polluantes.

C’est le pari de la fondation Ciuden avec sa centrale à charbon et biomasse qui permet de produire des fumées hautement concentrées en CO2, ce qui est paradoxalement un progrès car cela facilite la capture du CO2 en vue de son futur stockage.

 

L’oxycombustion et la capture de CO2

Dans une centrale thermique conventionnelle, le comburant utilisé est l’air. Dans ce cas, dans les gaz produits par la combustion on retrouve bien sûr le CO2, mais également des oxydes d’azote et de la vapeur d’eau (entre autres). Pour séparer ou « capturer » le CO2 faiblement concentré, il faut effectuer des traitements physico-chimiques pour l’instant peu rentables. La solution retenue pour la centrale thermique d’El Bierzo consiste à utiliser comme comburant de l’oxygène pur à la place de l’air, réalisant ainsi une oxycombustion : « les gaz d’échappements » obtenus sont alors composés à 90 % de CO2, ce qui permet de l’isoler facilement et à moindre coût.

L’oxycombustion est difficile à démarrer, à maintenir en régime continu, et elle requiert une alimentation en combustible particulière et performante. La singularité de la centrale à capture de CO2 espagnole réside dans le fait qu’elle peut s’adapter à de nombreux types de carburants et procédés d’oxycombustion. Elle est en effet capable de brûler des anthracites, du charbon bitumineux, de la coke, ou encore de la biomasse, en utilisant la technique dite de charbon pulvérisé (PC en anglais) ou bien la combustion sur lit fluidisé (CFB en anglais). La capture de CO2 après oxycombustion CFB est d’ailleurs une première mondiale.

Enjeux futurs

Comment obtenir de l’oxygène pur en consommant un minimum d’énergie ? Où stocker le CO2 purifié ? Pour résoudre ces questions et selon le calendrier établi par la fondation Ciuden, il faudra encore une dizaine d’années de recherche et de développements pour atteindre un procédé commercialement viable. Peut-être que la conversion du CO2 pour la production de biocarburant de troisième génération est une des solutions qui, à terme, rendront l’ensemble du cycle performant et écologique.

 

Sources : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66666.htm

 

Déja paru :

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !