Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Des panneaux publicitaires dans l’espace

Posté le par Léna HESPEL dans Espace

La fusée Falcon 9 de SpaceX va lancer en 2022 un petit satellite publicitaire mis au point par l’entreprise Geometric Energy Corporation. Entreprises et artistes pourront acheter des pixels de l’écran de ce satellite.

La start-up canadienne Geometric Energy Corporation (GEC) a annoncé cet été, dans un entretien donné au Business Insider,  s’être associée à SpaceX pour mettre en orbite un satellite publicitaire, dont l’achat des pixels est ouvert à tous. La mission, baptisée DOGE-1, va lancer un petit satellite (un CubeSat) en covoiturage vers la Lune l’année prochaine.

Cette annonce a très rapidement suscité la controverse, notamment sur les réseaux sociaux, obligeant la société GEC à répondre aux critiques. La pollution lumineuse du ciel est devenue un sujet sensible depuis le déploiement de constellations de satellites ces dernières années comme Starlink, une constellation déployée par SpaceX et très visible depuis la Terre. Et cette course à l’espace ne semble pas prête de s’arrêter, faisant craindre aux scientifiques et astronomes amateurs une pollution lumineuse toujours accrue. Pas étonnant donc que des projets de publicité spatiale soulèvent les passions. Mais, contrairement à d’autres projets de publicité spatiale, eux intrusifs, comme celui porté par la société russe StartRocket (qui souhaite mettre en place des publicités dans l’espace, visibles depuis la Terre sans télescope ou jumelles), les publicités émises par le satellite de GEC ne seront pas visibles depuis le sol. « L’invisibilité de tout ce que Geometric fait dans l’espace est une priorité à 100 % […] ! C’est la raison pour laquelle ce projet repose sur des publicités spatiales disruptives et non intrusives » explique dans un tweet Samuel Reid, co-fondateur et directeur général de GEC.

Une publicité dans l’espace retransmise sur YouTube et Twitch

Si les publicités ne seront pas visibles depuis le sol, comment ça marche ? Le satellite mis en orbite comportera un écran d’affichage pixelisé et une perche à selfie avec une caméra qui enregistrera la vidéo diffusée, permettant de retransmettre en direct les images sur YouTube ou Twitch. Les clients pourront louer du temps sur le petit écran pour diffuser les logos de leur entreprise ou des annonces commerciales. Des artistes pourront également louer l’espace pour promouvoir leur art numérique.

Ouvert à tous, l’achat des pixels se fera en cryptomonnaie. Si l’entreprise a annoncé que les paiements pourront se faire via l’Ethereum, la deuxième plus importante monnaie cryptographique décentralisée après le Bitcoin, elle espère pouvoir accepter dans le futur les paiements en Dogecoin, une cryptomonnaie créée au départ comme une blague et aujourd’hui plébiscitée, notamment par Elon Musk. Cinq jetons seront nécessaires pour faire apparaître des publicités sur le CubeSat : Beta, Rho, Gamma, Kappa, XI. Le jeton Beta détermine la coordonnée X (l’abscisse, tel qu’affiché sur l’écran) et Rhoe la coordonnée Y (l’ordonnée), Gamma détermine la luminosité de l’écran, Kappa la couleur, et Xi détermine le temps d’affichage de la publicité. Le GEC n’a pour l’instant pas communiqué la fourchette de prix de cet encart de publicité spatial.

Pour aller plus loin

Posté le par Léna HESPEL

Les derniers commentaires


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !