Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Un mois dans l’espace #20

Posté le par Pierre Thouverez dans Espace

Que s'est-il passé au-dessus de nos têtes depuis un mois ? OneWeb s'est remis sur orbite, deux sondes de l'agence européenne se sont croisées au dessus de Vénus, et la Nasa commence ses expérimentations sur l'habitat martien.

OneWeb refait surface

L’opérateur britannique, que l’on croyait en faillite, renaît de ses cendres, et s’approche de la moitié de son objectif, en termes de satellites mis en orbites. En effet, après avoir lancé 34 nouveaux satellites il y a quelques jours via une fusée Soyouz opérée par Arianespace, OneWeb dispose aujourd’hui de 288 satellites en orbite basse.
Pour espérer commercialiser d’ici la fin de l’année 2022 un service d’internet par satellite, la constellation devra disposer d’au moins 648 satellites en orbite basse.

Pour rappel, OneWeb était au bord de la faillite en mars 2020, en pleine crise sanitaire. La firme ne doit sa survie qu’à la volonté britannique de donner une chance au projet, via l’injection de 500 millions de dollars. Depuis, le géant indien Bharti et le Français Eurelsat ont à leurs tours lourdement investi dans OneWeb.

Aujourd’hui, l’opérateur envisage de continuer à mettre en orbite les satellites de sa constellation, le plus rapidement possible, pour avoir une chance d’exister au milieu d’un secteur où la compétition est féroce, avec Starlink, la filiale de SpaceX, qui dispose déjà de 3000 satellites en orbite…

Deux sondes de l’ESA ont survolé Vénus en moins de 33 heures

Les sondes Solar Orbiter et BepiColombo ont toutes les deux frôlé Vénus les 9 et 10 août dernier, à tout de même près de 8800 kilomètres de distance pour Solar Orbiter, qui se dirige vers le soleil, et 550 km pour BepiColombo, qui se dirige vers Mercure.

Les images de la « rencontre » ne sont pas nombreuses , mais elles sont disponibles sur le site de l’ESA.

Vénus, vue depuis la sonde BepiColombo. ©ESA

La Nasa recherche quatre volontaires pour vivre dans une maison « martienne », imprimée en 3D

L’impression 3D pourrait s’avérer indispensable pour imaginer construire un habitat sur une autre planète. La Nasa s’apprête à tester un habitat entièrement construit en impression 3D, et cherche 4 volontaires pour l’habiter pendant une année complète. L’idée est de récolter de précieuses informations pour améliorer le concept, au fur et à mesure.

Icon, géant américain de l’impression 3D, est l’entreprise qui développe ces habitats :

Les quatre locataires de cet habitat auront des missions diverses : simulation de sortie spatiale, communication limitée avec l’extérieur, ressources limitées, pannes… comme l’explique la directrice scientifique du projet à la Nasa Grace Douglas, en évoquant la vie sur Mars : « Nous voulons comprendre comment les humains s’y comportent. Nous examinons des situations réalistes sur Mars. »

Ceci dit, les conditions requises par la Nasa pour postuler sont drastiques. Pour être éligible il vous faut à minima :

  • Être citoyen américain ;
  • Avoir un diplôme dans un domaine scientifique lié à l’ingénierie ou l’aviation ;
  • Avoir entre 30 et 55 ans ;
  • Ne pas être sujet au mal des transports.

Des profils d’astronautes, en somme. Pour postuler, c’est ici.

Le projet, qui doit débuter à l’automne 2022, offrira 157 mètres carrés d’espace vital aux quatre locataires du lieu. Reste à savoir si la colonisation de Mars relève plus de la vie que de la survie !

Par Pierre Thouverez

Image de Une : Bepi Colombo survolant Vénus ©ESA

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !