Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Données privées : RFID et réseaux sociaux mis à l’index

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

Les nouvelles technologies ne doivent pas fragiliser le droit à la protection des données personnelles rappelle la Commision européenne. En ligne de mire, la RFID, les réseaux sociaux et le ciblage comportemental.

La Commission européenne, en la personne de sa commissaire chargée de la société de l’information et des médias, a appeler, mardi 14 avril 2009, les Etats membres a plus de vigilance en matière de diffusion et d’utilisation des données personnelles collectées sur le Web. Viviane Reding, a indiqué dans une vidéo publiée sur son site Web (voir la vidéo) que si les nouvelles technologies offraient de nombreux avantages, elles ne devaient pas devenir intrusives. En d’autres termes, elle a rappelé « que les Européens devaient avoir le droit de contrôler la manière dont leurs données personnelles étaient utilisées. »Ce faisant, la commissaire européenne pointe du doigt trois technologies récentes. La première d’entre elle est incarnée par les réseaux sociaux. Si elle reconnaît le potentiel de cette nouvelle forme de communication, elle n’hésite pas à redire que « la protection de la vie privée doit être une priorité des éditeurs et des utilisateurs de tels sites. » En particulier pour les mineurs dont elle propose que le profil ne soit pas accessible aux moteurs de recherche. Une invitation en forme d’avertissement puisque la Commission européenne a déjà demandé aux réseaux sociaux d’être plus vigilants, en particulier pour les données concernant des mineurs. Or en l’absence de résultats, de nouvelles règles pourraient tomber.Autre pratique en ligne de mire : la publicité par ciblage comportemental. Sur ce point, Viviane Reding rappelle la règle qui prévaut désormais en Europe. Pas d’utilisation de données privées sans le consentement préalable de la personne.Enfin, dernier phénomène épinglé par la commissaire européenne : la transmission d’informations personnelles via les puces RFID intégrées à une carte ou à un produit. Les nouvelles perspectives qu’elles ouvrent ne seront atteintes déclare-t-elle que si elles sont utilisées par les consommateurs et non à leurs dépens. En d’autres termes, les usagers doivent être informés de la présence de ces puces et avoir la possibilité de les désactiver à tout moment. « L’Internet des objets ne fonctionnera que s’il est accepté par les gens, » ajoute-t-elle.Autant de sujets qui ne devraient de toute manière pas rester sans suite. La Commission étant renouvelée à la fin de cette année, il y a fort à parier qu’elle planche de nouveau sur les lois européennes encadrant la protection des données privées.

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !