Logo ETI Quitter la lecture facile

Hydrogène de France assemblera des piles à combustible géantes à Bordeaux

Posté le par Matthieu Combe dans Énergie

Hydrogène de France vient de signer un contrat de transfert de technologie avec le fabricant de piles à combustibles canadien Ballard Power Systems. Il vise à assembler près de Bordeaux des piles à combustibles de plus de 1 MW pour de grandes infrastructures de stockage d’électricité via le vecteur hydrogène. Une première mondiale.

Hydrogène de France (HDF) annonce « la première usine au monde de fabrication en série de piles à combustible de forte puissance », supérieure à 1 MW. Cette usine innovante de 8 000 m2 devrait être mise en service près de Bordeaux, sur un site qui reste à définir, en 2022. Développée sous la marque HDF Industry, elle aura une capacité de production annuelle de 50 MW pendant ses 5 premières années. Ensuite, elle montera progressivement en capacité pour produire « plusieurs centaines de mégawatts », prévient l’entreprise. Le coût initial d’investissement s’élève à 15 millions d’euros. La plus grande partie concerne le contrat de transfert de technologie avec la société canadienne Ballard Power Systems.

Une première expérience réussie

Les piles à combustible (PAC) qui seront assemblées dans l’usine utiliseront la technologie dite de membrane à échange de proton. Plus précisément, elles renfermeront les stacks (cœur de piles) fournies par Ballard Power Systems développées pour des transports lourds (bus, camions et trains). Cette société a déjà construit sur mesure pour HDF le prototype de PAC de 1 MW du projet ClearGen. Dans ce cadre, la PAC a été installée au cœur de la raffinerie du Lamantin en Martinique pour transformer en électricité le sous-produit hydrogène.

L’assemblage des piles à combustibles de grande capacité n’est pas encore industrialisé dans le monde. Ballard Power Systems produit l’intégralité des membranes (STAC) de ses PAC à Vancouver, au Canada. Le contrat signé avec HDF prévoit la fourniture de ces membranes à l’usine d’HDF. Les piles à combustibles assemblées par unité de 1,5 MW seront compactées dans un container. L’usine créera une « centaine d’emploi en région Nouvelle Aquitaine » et elle « concentrera 70% de la valeur ajoutée en France », promet la société. En industrialisant cet assemblage, HDF vise la réduction des coûts, l’amélioration de leur fiabilité et de leur maintenance.

Stocker les énergies renouvelables intermittentes sous forme d’hydrogène

Avec ses piles à combustibles produites dans l’usine française, HDF vise le marché des grandes installations utilisant l’hydrogène pour stocker l’électricité provenant d’énergies renouvelables dont la production est intermittente, notamment l’éolien et le solaire. « HDF apporte la solution industrielle qui manquait pour développer le stockage massif d’énergie renouvelable, prévient Damien Havard, président et fondateur de HDF. Nos perspectives commerciales sont formidables : c’est la fin de l’intermittence des énergies renouvelables ! ».

En attendant la construction de l’usine dès 2020 et sa mise en service pour 2022, HDF se positionne déjà sur le marché naissant du stockage massif d’électricité sous forme d’hydrogène. C’est le cas, en Guyane, avec un parc solaire doté d’un stockage d’hydrogène dans lequel s’implique l’industriel français. Le nom du projet : CEOG, pour « Centrale Électrique de l’Ouest Guyanais », visant à alimenter en électricité 10 000 foyers à un prix compétitif sur l’île.

HDF commercialise à plus grande échelle sa solution sous la marque de centrales « Renewstable ». Ces dernières captent l’électricité d’origine renouvelable intermittente pour la stocker sous forme d’hydrogène et dans des batteries. La promesse de la société : « produire une électricité stable, 24h/24, pilotable comme une centrale thermique et à un prix compétitif ». Une dizaine de projets Renewstable seraient déjà en phase de développement avancé dans plusieurs pays. De quoi assurer les premiers clients pour l’usine de Bordeaux.

Pour aller plus loin

Posté le par Matthieu Combe


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !