Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Naïo Technologies robotise le désherbage !

Posté le par Xavier Lula dans Innovations sectorielles

Retenez ce nom : Naïo Technologies est la start-up qui robotise le désherbage. Après avoir fait briller son robot Oz chez les petits maraîchers, elle vient de lancer son robot Dino pour les maraîchers plus importants. Elle développe actuellement Ted et Dino pour le désherbage des vignes.

Le robot autonome Oz équipe déjà plus de 50 maraîchers. Il permet de désherber un hectare par jour, grâce à une autonomie comprise entre 3 et 10 heures. Il équipe principalement les petits maraîchers dont la production est diversifiée. Le tout nouveau robot enjambeur Dino s’applique au maraîchage industriel spécialisé. Il désherbe jusqu’à 4 hectares par jour, avec une autonomie comprise entre 8 et 10 heures. 10 commandes sont déjà passées pour 2017. « Nos robots ont une large plage d’autonomie, qui dépend notamment du pack batterie dont ils sont équipés et du type de sol sur lesquels ils évoluent », confie  Julien Laffont, responsable du développement à l’international de Naïo Technologies. Côté prix, Oz est vendu entre 21.000 et 25.000 euros. Pour Dino, il faudra en débourser entre 75.000 et 100.000.

Naïo Technologies développe actuellement deux robots particuliers pour désherber les vignes. Ils seront lancés dès 2018. « On a senti une attente importante des viticulteurs pour avoir des alternatives aux herbicides chimiques, explique Julien Laffont. C’est pourquoi on s’est attaché à développer deux solutions pour les vignes ».  Il y a d’un côté Ted pour les vignes larges. Doté d’une autonomie jusqu’à 10h, il peut désherber jusqu’à 6 hectares par jour. Pour les vignes étroites, Bob peut s’occuper de 3 hectares par jour. Son autonomie pourrait atteindre 8 heure. Le prix de ces deux robots n’est pas encore fixé.

Bannir les herbicides

Les clients sont principalement des agriculteurs en bio ou des agriculteurs conventionnels cherchant à réduire les herbicides chimiques. «Nos solutions permettent de réduire la pénibilité du désherbage et de gagner du temps », explique Julien Laffont. Le temps de retour sur investissement dépend évidemment de la quantité d’intrants utilisés au départ et de la taille de l’exploitation. Chaque agriculteur peut le calculer facilement en fonction de ses dépenses.

En Dordogne, l’exploitation des énisson utilise le robot Oz sur ses deux hectares de pivoines. L’établissement est ainsi passé de trois applications d’herbicides en plein par année à un passage localisé. Oz serait amorti en 5 ans dans ce cas précis. « Ce client a réussi une baisse de l’utilisation des herbicides de 94%, se félicite le salarié de l’entreprise. Les traitements ne se font plus que là où le robot a du mal à aller ». «Notre objectif est biensûr d’atteindre une baisse de 100% avec les futurs développements », complète-t-il.

Des robots made in France

Si le moteur est construit en Italie, l’ensemble des autres fournisseurs sont basés dans la région Occitanie. L’assemblage du robot est fait par Naïo Technologies à Toulouse. La start-up fournit ses robots en Europe. Notamment, en Suisse, au Danemark, en Belgique, en Angleterre et en Irlande.

Matthieu Combe, journaliste du webzine Natura-sciences.com

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula

Les derniers commentaires


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !