Logo ETI Quitter la lecture facile

La réalité virtuelle décolle chez les industriels

Posté le par Pierre Thouverez dans Informatique et Numérique

Les premiers dispositifs de réalité virtuelle datent des années 50. Ils ont été conçus pour le cinéma, puis les jeux vidéos. Et petit à petit le monde de l’industrie s’y est intéressé.

Historiquement, la première application de réalité virtuelle pour l’industrie était un simulateur de vol. Encore en plein déploiement aujourd’hui, l’ajout de réalité virtuelle dans les processus métiers a accéléré son développement depuis la fin des années 2010 en France.

L’apparition de nouveaux outils, plus ergonomiques et moins chers a permis de créer un effet de levier significatif. La réalité virtuelle vient donc progressivement améliorer des pratiques existantes – maintenance, formation, prévention – avec de nouveaux outils. 

Et ce nouvel outil, pour le résumer en un mot, est immersif. Ce qui a deux grands avantages. 

Immersion en cours

D’abord, la réalité virtuelle utilisée en tant que média est d’une efficacité redoutable, pour tout ce qui concerne la formation, la prévention… Aussi, la réalité virtuelle offre la possibilité de prototyper virtuellement des objets, permettant des économies substantielles autant sur les interventions sur ces objets (la maintenance) que sur leur fabrication (prototypage, maquettes). De là découlent des applications pour de nombreux secteurs de l’industrie. 

Certains cas d’usages se prêtent parfaitement au contexte actuel de l’industrie. Prenons l’exemple de l’onboarding (ou processus d’intégration), qui n’est pas l’application la plus spectaculaire mais probablement une des plus efficaces en termes de gains de temps et de personnel. Cela consiste à intégrer rapidement de nouveaux salariés, des intérimaires par exemple, dans le fonctionnement d’une activité, industrielle par exemple. La réalité virtuelle permet de rapidement apporter à l’employé les informations de contexte – géographique, sécuritaire, réglementaire…- harmonisées, quelle que soit la situation (ou la mission) spécifique de la personne formée.

La formation, la prévention, la maintenance sont également des domaines dans lesquels l’usage de la réalité virtuel se révèle bénéfique à court terme. 

Des prévisions de croissance très élevées

D’ailleurs, les prévisions de croissance du marché de la réalité virtuelle sont impressionnantes. L’année dernière, l’institut IDC estimait que la réalité virtuelle et la réalité augmentée constituaient un marché de 27 milliards de dollars. On estime que ce marché atteindra 100 milliards de dollars dans cinq à dix ans. Une fourchette de temps volontairement large, puisqu’elle dépend principalement de l’adoption des technologies de réalité virtuelle par le grand public.

Mais au-delà, cette étude révèle la montée en puissance de la réalité augmentée. Il s’agit là d’un marché dont le déploiement ne fait que commencer, mais beaucoup d’industriels l’apprécient plus que sa cousine virtuelle.

Réalité virtuelle VS réalité augmentée ?

La réalité augmentée permet d’imaginer des applications dans l’industrie permettant des gains – sécurité, productivité, fiabilité… – très importants. Le problème, c’est qu’aujourd’hui ces applications ne sont pas encore suffisamment accessibles financièrement, ni assez développées technologiquement pour pouvoir être déployées massivement. Contrairement à beaucoup d’applications de réalité virtuelle.

Cependant, plusieurs grands groupes industriels – Dassault, Airbus, Renault, Naval Group… – ont investi massivement dans des concepts de réalité augmentée, et une étude récente réalisée par le cabinet Capgemini laissait entendre que 54% des industriels préfèrent investir dans la réalité augmentée plus que virtuelle.

Alors bien sûr, la réalité augmentée utilise de la réalité virtuelle, mais il sera intéressant de voir à quelles vitesses respectives les réalités virtuelle et augmentée vont être adoptées par l’ensemble de l’industrie. 

L’autre inconnue demeure l’évolution – à la baisse – du coût des dispositifs de réalité augmentée. La technologie, limitante actuellement, va s’améliorer rapidement. Mais qu’en sera t-il du prix des technologies développées ?

P.T

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !