Logo ETI Quitter la lecture facile
recrutement1024

En chiffres

Recrutements de cadres : des niveaux inégalés entre 2017 et 2019

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

« Les recrutements de cadres vont atteindre des niveaux inégalés entre 2017 et 2019, selon Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec. Dans un contexte économique caractérisé par une croissance soutenue et une solide confiance des entreprises, le nombre d’embauches devrait s’établir à près de 215 000 en 2017. Il dépasserait le seuil des 225 000 en 2018 et des 236 000 en 2019. En outre, les difficultés rencontrées par les recruteurs devraient s’intensifier les conduisant à se tourner davantage vers les débutants et des profils plus expérimentés.»

L’Association pour l’emploi des cadres a élaboré un modèle économétrique qui permet de déterminer des prévisions de recrutements de cadres à un horizon de 3 ans. Celui-ci met en évidence la relation étroite existant entre les recrutements de cadres, les investissements, la croissance et les départs à la retraite de cadres en poste. Le scénario retenu par l’Apec, dans le cadre de ce modèle est celui d’une « croissance soutenue ».

cap-apec1

Les conditions d’une reprise économique soutenue semblent enfin réunies après plusieurs années d’une croissance française atone ou au mieux bridée. En effet, dans la lignée d’un dernier trimestre 2016 bien orienté, elle devrait s’accélérer avec une hausse prévue du PIB de 1,6 % sur l’ensemble de l’année 2017. Cette performance se rééditerait en 2018 et s’amplifierait jusqu’en 2019 pour atteindre +1,8 %.

cap-apec-2

L’amélioration serait liée à différents facteurs au premier rang desquels, on retrouve l’investissement des entreprises. Portés par des perspectives d’activités bien orientées, ainsi que par le faible coût du capital et la progression du taux d’utilisation des capacités de production, les agents économiques devraient intensifier leurs dépenses d’investissement. Ceci malgré la fin de la mesure fiscale de suramortissement effective en avril 2017. Dans le même temps, l’investissement des ménages en biens immobiliers devrait se montrer dynamique, favorisé par des facteurs temporaires tels que l’assouplissement du prêt à taux zéro, la loi Pinel, et les taux d’intérêt bas.

Au total, la Formation Brute de Capital Fixe pourrait progresser de +2,3 % en 2017. Cette hausse gagnerait en intensité en 2018 (+2,9 %) et en 2019 (+3,3 %). Le secteur de la construction devrait également retrouver des couleurs, au même titre que l’industrie manufacturière, avec des carnets de commandes fournis.

La croissance française pourrait également s’appuyer sur une contribution positive du commerce extérieur. En effet, le millésime 2016 a été marqué par des contre-performances à l’exportation liées, d’une part à des événements exceptionnels (baisse de l’attractivité touristique, mauvaises récoltes, défaillance dans les chaînes de production d’Airbus) et d’autre part, à la faiblesse de la demande extérieure adressée à la France. En 2017, les entreprises exportatrices devraient tirer profit de la bonne tenue du commerce mondial et profiter de contrats d’envergure signés dans l’aéronautique. Mais surtout, les gains de compétitivité engrangés grâce au CICE et au Pacte de Responsabilité et de Solidarité pourraient leur permettre de reconquérir des parts de marché.

Seul bémol : la progression des dépenses de consommation des ménages pourrait se tasser. En cause, la baisse de leur pouvoir d’achat liée à la remontée des prix de l’énergie. Phénomène qui pourrait se traduire par la constitution d’une épargne de précaution.

Les créations nettes d’emplois devraient s’intensifier : 203 000 emplois salariés marchands seraient créés en 2017, selon l’Insee. Elles contribueraient à faire reculer le taux de chômage, dans un contexte où la progression de la population active devrait être moins soutenue. Néanmoins, la trajectoire de réduction du chômage pourrait s’avérer lente : le taux de chômage au sens du BIT s’établirait à 9,4 % (y compris DOM) à fin 2017, soit – 0,6 point sur un an (fin 2016, le taux de chômage des cadres calculé par l’Insee au sens du BIT s’élevait à 3,5%).

Les cadres pourraient tirer bénéfice de cette croissance soutenue. La part des cadres en poste au moment de leur départ à la retraite pourrait, dans cette configuration, se consolider et s’établir à 53 % en 2019.

cap-apec-3

Si ces prévisions font l’objet d’un consensus fort de la part de différents instituts de conjoncture, il n’en demeure pas moins que l’ensemble des observateurs fait mention d’aléas importants :

Au niveau national : ceux-ci concernent la capacité de rebond des exportations françaises toujours potentiellement affectées par le déficit chronique de compétitivité du tissu productif français ainsi que par l’évolution de la consommation des ménages.  Au niveau international : l’impact à venir du Brexit, la situation géopolitique tendue au Moyen-Orient, les tentations isolationniste et protectionniste de l’administration Trump ou encore les menaces terroristes extrêmes sur le sol européen pourraient contrarier l’enchaînement vertueux qui se profile.

Enfin, selon le baromètre trimestriel de l’Apec, la confiance des entreprises est largement de mise. Elles sont ainsi 58% à avoir l’intention de recruter au moins un cadre au cours du 3ème trimestre 2017. Cette proportion est en hausse de 6 points par rapport à la même période il y a un an. Autre point fort de cet indicateur : si la proportion d’entreprises ayant recruté au deuxième trimestre 2017 est stable par rapport à 2016, c’est à un niveau élevé. Enfin, ces perspectives favorables devraient profiter à tous les profils de cadres, les entreprises se montrant notamment plus ouvertes aux embauches de jeunes diplômés et de cadres très expérimentés qu’il y a un an. (cf. Baromètre No 60 –3e trimestre 2017)

cap-apec-4

En 2017, le nombre de recrutements de cadres augmenterait de 5 % et approcherait du seuil des 215 000. Cette prévision est proche de la médiane de prévision établie à partir de la dernière enquête annuelle de l’Apec menée auprès des entreprises fin 2016. Si ce chemin de croissance et d’investissement se confirmait, le volume de recrutements de cadres atteindrait en 2019 un niveau inégalé : il s’établirait à près de 237 000, après un peu plus de 225 000 en 2018.

cap-apec5

Source : Apec

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !