Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

En Suisse la route solaire de Jospin constitue une sérieuse rivale de celle de Royal

Posté le par Xavier Lula dans Énergie

Tirer profit du solaire standard, performant et bon marché, et en même temps des surfaces routières serait-il possible ? L'ingénieur suisse Laurent Jospin pense avoir trouvé la solution: il suffit de mettre les cellules photovoltaïques au-dessus des voitures, et non pas en-dessous. Juste du bon sens.

Jospin n’a a priori aucun lien avec l’ancien premier ministre socialiste français. Et encore moins avec l’ex-ministre de l’écologie Ségolène Royal. Cet ingénieur suisse basé à La Chaux-de-Fonds, une ville du canton de Neuchâtel, a déclaré le 11 septembre 2018 à la Radio Télévion Suisse (RTS) que le concept de solaire routier constitue une « illusion ». Et ceci que ce soit dans ses versions américaine (« Freeking roadway »), hollandaise, française (« Wattway ») ou encore chinoise (« Pavenergy »). Ségolène Royal voulait en faire installer 1000 kilomètres sur l' »autoroute du soleil » en France. Mais même avec le faible trafic d’une route rurale située devant un collège de Vendée à Bellevigny, elle n’a tenu la route que 18 mois. Elle a dû être retirée.

Jospin propose un projet pilote près de Fully, une commune suisse du canton du Valais située dans le district de Martigny. Couvrir d’une toiture solaire une autoroute sur 1,6 kilomètre de long et près de 44 mètres de large. Une surface de 70.000 mètres-carrés pour un investissement de 44,5 M€ (50 millions de francs suisses), soit 635 euros le mètre carré, raccordement compris. Contre 5 M€ pour 2800 mètres-carrés dans le cas de la route solaire normande de Ségolène Royal, soit 1785 €/m2 (sans compter le coût du raccordement par Enedis).

autoroute

Contrairement aux projets initiés et fortement promus par Ségolène Royal dans les médias français le projet suisse est 100% privé, il ne fait pas du tout appel à de l’argent public. Y compris pour le projet pilote. Couvrir les autoroutes avec une toiture solaire permet de réduire le niveau de bruit de 5 à 8 décibels. Cette perspective est très appréciée par les riverains qui souffrent de la pollution sonore. Cette toiture pourrait également retenir une partie de la pollution en particules fines qui pourraient venir adhérer à la surface inférieure de la toiture. En France la Vallée de Chamonix en souffre.

La production de l’autoroute solaire suisse sera de 19 GWh par an selon l’estimation réalisée par l’équipe de Jospin. Cette estimation est facile à faire étant donné qu’il s’agit de solaire standard. Elle est très solide. Cela correspond à 271 kWh par mètre-carré et par an. La route solaire Wattway normande a de son côté produit 53 kWh par mètre carré et par an en 2017, soit 5 fois mois. La route solaire de Boulogne (Paris) n’aurait de son côté produit que 25 kWh par mètre-carré et par an.

Un kWh 900 fois moins coûteux que celui de la route solaire de Bellevigny en Vendée

Par conséquent la route solaire normande correspond à un investissement d’un montant trois fois plus élevé pour une production annuelle 5 fois (voire même 10 fois) plus faible. Un facteur 3 x 5 = 15 de différence, ce qui a un impact direct au niveau du coût de production du kWh obtenu. Si l’on intègre le fait que la durée de vie de la route solaire sera plus courte que le solaire standard pour des raisons physiques de base, cela creuse encore l’écart. La route solaire de Bellevigny en Vendée n’a duré que 18 mois.  Une centrale solaire standard dure 30 ans. D’où un facteur 20 de différence. Le facteur global intégrant l’ensemble des paramètres devient monstrueux: 15 x 20 = 300. A noter que la route solaire de Bellevigny (de taille modeste) a coûté environ trois fois plus cher au mètre carré que celle de Normandie, pour des raisons d’échelle. Le facteur global de différence est ainsi en réalité de 900. Est-il permis d’émettre des doutes concernant l’intérêt pédagogique d’un tel projet ? La densité de puissance des panneaux Wattway est particulièrement faible. Probablement pour éviter la surchauffe. Une toiture photovoltaïque est à l’inverse correctement ventilée, ce qui est rafraîchissant.

Sur le plan paysager la toiture solaire autoroutière cache les véhicules.  Vue depuis les montagnes avoisinantes elle apparaît tel un long ruban bleuté, qui ressemble à un fleuve. Ou à un serpent, selon l’architecte suédois Måns Tham qui en 2016 avait rencontré à ce sujet Maud Fontenoy, vice-présidente de la région PACA. Ce concept avait séduit une association de riverains du projet de rocade marseillaise dite « L2 », association qui avait d’ailleurs écrit à l’état sur ce thème. Sans obtenir de réponse. La Suisse, elle, va probablement passer à l’action: la société Servipier fondée par Jospin a obtenu un premier feu vert de l’Office fédéral des routes (OFROU). Et les collectivités locales sont favorables au projet.

Si le projet-pilote (un seul suffit pour tester le concept, inutile d’en faire une centaine) s’avérait concluant, ce ne sont pas moins de 40% du kilométrage des autoroutes suisses qui pourraient bénéficier de ce système selon les études menées par l’équipe de Jospin. Soit 750 kilomètres, en évitant les secteurs trop sinueux.  Sachant qu’un kilomètre d’autoroute suisse permet de produire environ 12 GWh par an, le potentiel est appréciable: 9 TWh par an. Soit l’équivalent de ce que produisent deux réacteurs nucléaires.

Le concept est très prometteur pour les pays froids (pays scandinaves, Russie, Canada etc.) car il élimine l’enneigement. La neige perchée sur un toit fond plus vite qu’au sol et d’ailleurs la circulation automobile dans un pseudo-tunnel chauffe l’air, ce qui contribue à accélérer la fonte. La structure prévue par Jospin est capable de porter la neige suisse. Il suffira d’attendre qu’elle fonde, nul besoin de l’enlever. Plus besoin de saler ou de chauffer les autoroutes. Le concept est également très prometteur aussi pour les pays à très fort ensoleillement car le rayonnement solaire abîme les routes et écourte leur durée de vie. D’où d’importantes économies en perspective pour le Brésil, l’Inde, les pays du Moyen-Orient et du Maghreb.

Jospin montre qu’il est possible de faire à la fois du solaire performant, de ne pas gaspiller les terres agricoles et d’économiser les besoins en matériaux routiers. En même temps.  De quoi mettre sans dessus-dessous les vendeurs de bitume. C’est «un projet auquel nous pensons depuis longtemps, Solar Linear Canopy» a déclaré la société française Vertsun SAS spécialisée dans le photovoltaïque, basée à Chasseneuil du Poitou et fondée par le polytechnicien David Dornbusch, président de l’association Cleantuesday. «C’est plus qu’une alternative» au concept promu par Ségolène Royal. «C’est la solution sérieuse» estime Vertsun. Jospin rappelle que «d’autres gens se sont posés la même question. Au Japon, aux Etats-Unis et même en Suisse. L’EPFL avait eu un projet il y a quelques années de cela qui portait le nom Tunhelios (…) Maintenant je pense qu’on a une chance réelle d’y arriver, alors que nos prédécesseurs prenaient les choses vraiment par le mauvais bout du point de vue de l’ingénieur.»

«On a vu des images assez impressionnantes de route solaire en Chine, avec des voitures qui roulent sur des panneaux, vous vous voulez placer les panneaux au-dessus des voitures, pourquoi avez-vous choisi une option plutôt que l’autre ?» interroge le journaliste de RTS. «Le problème est que la surface, le revêtement, est l’endroit où il se passe tout: du point de vue de la sécurité, du point de vue du trafic…» a répondu Jospin. «C’est quasiment impossible d’obtenir les performances du bitume et terme de sécurité de freinage, de traction, de résistance à l’usure, etc., et de produire de l’énergie. En plus la route elle bouge, vous ne le remarquez pas, en fonction de l’humidité du terrain, des températures. Et l’électricité supporte très mal ces mouvements. C’est selon moi une illusion de pouvoir utiliser le sol même» tranche l’ingénieur.  «Cela fait longtemps que des gens en parlent, il y a eu un projet qui a levé beaucoup d’argent aux Etats-Unis et que vous retrouvez sur Youtube il s’appelle « solar freeking roadways », allez voir la vidéo. Si vous faîtes une petite recherche il y a un ingénieur américain, collègue à nous, qui a expliqué dans le détail pourquoi cela n’est pas possible et pourquoi cela n’est pas durable. Vous pouvez toujours mettre en route quelque chose, mais ce n’est pas durable. Notre solution à nous est durable sur le plan de la production d’énergie et on a des avantages annexes comme la réduction du service hivernal et la réduction du bruit pour le voisinage

Ségolène Royal aurait-elle peur que le ciel lui tombe sur la tête ?
Contrairement à ce qu’annonçait le 1er avril 2018 le site Actu.fr, la station spatiale chinoise ne va pas « tomber sur la route solaire de Tourouvre en Normandie ». C’est au final une autoroute solaire suisse qui arrive. Selon un proverbe de la confédération suisse « un petit homme peut jeter une grande ombre ».

Laurent Jospin est membre-fondateur du Parti Vert’libéral suisse.

Jean Gabriel Marie
Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula

Les derniers commentaires

  • Cela ne reste-il pas toujours moins opportun qu’en toiture de supermarché ou sur le parking qu’il faudra d’ailleurs déneiger, en « parasols » orientables avec suntrack. Quid de l’intérêt à incliner les panneaux au sud ? Donc non standard selon le cap de l’autoroute ! Pour réduire l’empreinte carbone, faire tous les pylones et poutres en bois ? Quid des fondations en béton !

  • Complément d’information: Une « route solaire » a été installée sur un parking au LUXEMBOURG.
    «Je ne vois pas beaucoup d’avantages» confie la scientifique Susanne Siebentritt, chercheuse au laboratoire photovoltaïque de l’Université du Luxembourg. «Ces cellules solaires produisent moins d’électricité que si nous les placions sur une façade ou sur le terrain. J’ai de sérieux doutes aussi sur la durabilité». «la source d’énergie la moins polluante est certainement l’économie d’énergie. Et c’est autant une question de mode de vie personnel que de processus industriels que nous utilisons.»
    http://paperjam.lu/news/belvaux-possede-la-premiere-route-solaire-du-pays

    Face aux critiques d’élus («trop chère et le rendement pas idéal»), le média luxembourgeois »Le Quotidien » a fait écho des propos du responsable du développement international de Wattway. Ce dernier a déclaré le 13 septembre 2018:
    « avant de parler de routes ou d’autoroutes entières, nous avons encore quelques étapes à franchir. Nous ne sommes pas encore au point pour produire massivement de l’énergie ».
    http://www.lequotidien.lu/luxembourg/une-route-solaire-en-bonne-place-a-sanem/

    Le magazine Sciences et Avenir a publié ceci le 15 octobre 2015:
    « RUPTURE. Et si on tenait là une de ces « innovations de rupture » apte à faire changer d’ère énergétique l’humanité toute entière? (…) « A l’Ines, nous avons procédé à des tests sur une route « martyre » passant de véhicules de plus en plus lourd, allant de plus en plus rapidement pour finir par tester des freinages violents »


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !