Logo ETI Quitter la lecture facile

Tu seras ingénieure ma fille !

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Parce que les filles boudent les filières scientifiques et techniques, parce que les stéréotypes ont la vie dure, les associations Pasc@line et Elles bougent ont lancé une campagne nationale de sensibilisation.

Pourquoi lorsque les filles se jugent très bonnes en mathématiques, seules 6 sur 10 choisissent de préparer un bac S, alors que dans le même cas, 8 garçons sur 10 optent pour cette même filière (source : Ministère de l’Education nationale, 2010) ? Pourquoi alors que 40 % des élèves dans les lycées sont des jeunes filles, seul 20 % d’entre elles s’orientent vers les métiers scientifiques et techniques (source : Mutationnelle 2010) ? « La faute aux stéréotypes ! », dénonce Jean-Louis Bernaudin, délégué général de l’association Pasc@line qui vise à promouvoir le métier d’ingénieur dans le domaine des technologies numériques.

À bas les stéréotypes

« Soi-disant que l’ingénieur est un métier plutôt masculin, que les études sont longues, que le rythme de travail est plus difficile qu’ailleurs…, sans oublier que les filles auraient des aptitudes et des intérêts différents de ceux des garçons. Tout cela est faux ! » Ces stéréotypes véhiculés notamment par la presse où domine le sexe fort, conditionnent aussi inconsciemment les prescripteurs tels que les enseignants et les parents. Les premiers allant jusqu’à consacrer plus de temps aux garçons (étude de l’OFCE sur la mixité à l’école, 2010). Les seconds ayant bien du mal à ne pas influencer le choix professionnel de leurs enfants.

Devenir ingénieure : allez les filles

Face à cette réalité, l’association Pasc@line et le réseau Elles bougent qui multiplie les initiatives pour inciter les jeunes filles à s’orienter vers les métiers de l’industrie ont lancé une campagne nationale d’information et de lutte contre les stéréotypes intitulée Tu seras ingénieure, ma fille. Ne laissons pas les stéréotypes prendre notre place. Au programme : des rencontres avec des professionnelles en région (Lyon, Nantes et Toulouse),  un site ressources Tu seras ingénieure contenant des vidéos, des dépliants d’information, un quizz, la diffusion de plaquettes métiers sur le numérique, l’énergie, les transports.

Moins de femmes ingénieures

« Nous souhaitons montrer aux jeunes étudiantes la multiplicité des parcours et la richesse des métiers d’ingénieurs (…) qui ne sont pas l’apanage des garçons », souligne Marie-Sophie Pawlak, présidente de Elles bougent . « Les entreprises ont besoin d’elles car l’apport des compétences féminines est une richesse et une plus-value pour l’environnement professionnel », précise Nelly Rouyrès de Pasc@line. La tâche est d’autant plus urgente que pour la première fois depuis plus de 20 ans, la proportion de femmes ingénieurs diminue : elles étaient  118 740 en 2008, elles sont 117 400 en 2009 et ne représentent plus que 17 % de l’ensemble des ingénieurs (source : Mutationnelle 2010). Ce recul se retrouve en particulier dans les STIC (Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication) alors même que ce secteur d’activité est fortement créateur d’emplois.

Par Corinne Dillenseger / Maviepro.fr

À lire aussi :

Femmes ingénieurs : la bataille n’est pas encore gagnée !

Elles bougent pour faire connaître les métiers d’ingénieurs

Sciences : aider les filles exposées aux discriminations

Claudie Haigneré : « Toute société s’enrichit de sa diversité »

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !