Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Les capteurs de Mac Lloyd scrutent les performances des sportifs

Posté le par Xavier Lula dans Insolite

Capteurs, mathématiques et informatique : la société Mac Lloyd met sa technologie au service du sport de haut niveau. Le gain ne se compte pas qu'en centièmes ou en centimètres, mais aussi en prévention des blessures.

Qu’ils soient rugbymen, footballeurs ou basketteurs, les sportifs professionnels consentent maintenant à s’alourdir de quelques dizaines de grammes, dans l’espoir d’améliorer leurs performances individuelles et de préserver leur santé. Ils portent ainsi des capteurs qui mesurent leurs paramètres physiques – position, accélération… – et physiologiques – rythme cardiaque, fréquence respiratoire… – et qui les transmettent à des logiciels d’analyse. La microélectronique et l’informatique sont devenues des «assistants coachs» presque indispensables pour augmenter les chances d’aller chercher la victoire.

Mac Lloyd, start-up française comme son nom ne le suggère pas, est fournisseur de telles solutions depuis 2013, date de sa création. Par passion, et aussi par opportunisme. «Nous avons rencontré de manière fortuite un membre de l’encadrement de l’équipe de France de football, se rappelle Emmanuel de La Tour, directeur général et cofondateur de Mac Lloyd. Selon cette personne, beaucoup de choses restaient à accomplir. Grâce à son carnet d’adresses, nous avons pu discuter des besoins avec des professionnels. Notre approche, c’était l’analyse des données. Mais nous nous sommes aperçus qu’il y avait peu de données exploitables. D’où l’idée de concevoir un capteur qui produit ces données.»

GPS et accéléromètre

Ce concept avait émergé quelques années auparavant. «En Australie, les équipes de foot et de rugby ont commencé à s’équiper vers la fin des années 2000, précise Emmanuel de La Tour. Ce pays a été le berceau de ces technologies et, du reste, le leader mondial, Catapult, est australien.» Mac Lloyd, dont le procédé vise essentiellement les sports collectifs, s’est tournée d’abord vers le marché intérieur mais ses ambitions vont au-delà. «Nous équipons par exemple plus de la moitié des clubs du Top 14 (l’élite du championnat français de rugby, NDLR), enchaîne-t-il. Mais avec l’aide de notre dernière levée de fond d’un million d’euros, nous comptons nous développer à l’étranger.»

Le système de Mac Lloyd peut être loué 30 000 €/an ou acheté, entre 50 000 et 100 000 €. Il fonctionne sur la base d’un petit boîtier, d’un textile, d’une antenne mobile et d’un logiciel. «Le capteur ne pèse qu’une quarantaine de grammes et c’est le plus petit du marché, décrit Emmanuel de La Tour. Le confort, quand ce capteur est porté en match, est en effet un enjeu important. Ce boîtier, qui bénéficie d’une autonomie de 8 heures, renferme un récepteur GPS/Glonass et un accéléromètre à 9 axes. Les données du GPS et celles de l’accéléromètre sont croisées afin d’améliorer la précision de la localisation, de l’ordre de quelques dizaines de centimètres. De nombreuses autres informations sont déduites, comme la durée des appuis au sol, les déséquilibres… L’objectif est autant d’améliorer les performances que de prévenir les risques de blessure.»

Mille données par seconde et par joueur

Ce capteur, logé entre les épaules de l’athlète, se glisse dans un textile lui aussi high tech. «Celui-ci mesure les battements de cœur, l’état de stress, de fatigue… Plus tard, il pourra détecter la transpiration grâce à l’ajout de composants adaptés, de moins en moins chers, poursuit Emmanuel de La Tour. L’antenne réceptionne les données sur les bandes de fréquence libre 868 MHz, 2,4 et 5 GHz. Nous avons fourni un gros travail pour perfectionner la qualité de la transmission radio, quelque 1000 données par joueur étant récupérées toutes les secondes. Ces données, qui ont subi un premier traitement dans le capteur, sont ensuite analysées par notre logiciel Sport Tracking, assorti de plus de 150 algorithmes temps réel.» Ces algorithmes ont été concoctés par le cofondateur Pierre-Arnaud Coquelin, docteur en mathématiques appliquées.

Les entraîneurs ont ainsi la possibilité de surveiller la condition physique des joueurs et de superviser leurs performances. Et même davantage… «C’est aussi un moyen de manager et de motiver les sportifs» confie Emmanuel de La Tour. L’outil a convaincu les équipes françaises de triathlon et d’aviron, qui l’emploieront lors de leur préparation (l’utilisation est interdite en compétition) aux prochains Jeux Olympiques. Les aidera-t-il à récolter des médailles ?

Frédéric Monflier

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !