Logo ETI Quitter la lecture facile
cop22-marrakech1024

En ce moment

COP22 : quel rôle pour la science ?

Posté le par Iris Borel dans Environnement

L'Accord de Paris est né suite à la prise de conscience obtenue grâce aux différents rapports du GIEC. S'il s'agit d'un accord politique, la science devra accompagner sa mise en oeuvre. De nombreux enjeux scientifiques restent à surmonter.

Toutes les délégations présentes à la COP22 de Marrakech jusqu’au 18 novembre sont convaincues de la réalité du réchauffement climatique. Ce n’était pas le cas lors des toutes premières COP. « Cette prise de conscience a été obtenue grâce à la communauté scientifique », estime Thierry Lebel, hydrologue à l’IRD et contributeur au 5e rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

L’ Accord de Paris étant entré en vigueur le 4 novembre 2016, tout l’enjeu de la COP22 et des prochaines COP sera de s’assurer de sa mise en oeuvre. Et pour cela, il existe encore de nombreux enjeux scientifiques à surmonter. En tout premier lieu, les modèles climatiques dessinent pour la plupart des scénarios à l’échelle mondiale. « On a désormais besoin de scénarios régionaux, afin d’avoir une compréhension plus fine des impacts du changement climatique et pouvoir accompagner les politiques publiques », prévient Thierry Lebel. La communauté scientifique doit également diminuer les incertitudes liées à l’intégration de tous les engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre (INDC) à l’échelle mondiale. Il faudra pouvoir évaluer au plus vite quelle sera la réalité du réchauffement climatique à la fin du siècle pour pouvoir s’adapter au mieux.

Quoi qu’il advienne, le réchauffement climatique est déjà à l’oeuvre. La complexité du problème impose de construire une approche interdisciplinaire sur ses grands enjeux « socio-scientifiques ». Il s’agira notamment d’évaluer les migrations environnementales, les interactions environnement-santé et la sécurité alimentaire. Mais aussi de prévoir l’évolution des océans, de la biodiversité et de la désertification.

Enfin, derrière l’enjeu des 100 milliards de dollars en 2020 pour financer l’adaptation et l’atténuation dans les pays en développement, se trouve une question de fond : qui sont les pays les plus « vulnérables » au réchauffement climatique, à aider en priorité ? « Mesurer la vulnérabilité au changement climatique est un sujet qui divise les communautés des politiques et les chercheurs, car la vulnérabilité n’est pas quelque chose de mesurable, assure Thierry Lebel. Finalement, beaucoup de spécialistes disent qu’un indicateur de vulnérabilité pour des systèmes complexes n’existe pas ».

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Iris Borel


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !