Logo ETI Quitter la lecture facile

Favoriser l’innovation grâce à l’analyse des données

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

Table-ronde : Comment exploiter les big data à l'ère de l'IoT et de l'industrie 4.0

En septembre, un groupe de scientifiques et d’ingénieurs – des leaders dans le monde de la recherche et du développement – se sont réunis pour évoquer certains des enjeux auxquels ils sont confrontés pour commercialiser leurs produits plus rapidement, réduire leurs coûts, et à avoir un retour d’expérience plus rapide du marché.  Nous leur avons demandé de partager leurs expériences sur le fait de travailler avec des données pour favoriser l’innovation et leur point de vue sur le rôle de l’analyse dans la création de valeur pour leurs organisations.

Encourager une culture de l’innovation

Selon McKinsey[1], les entreprises qui excellent dans l’analyse des données en retirent des avantages significatifs. Dans le secteur de la fabrication, elles vont ainsi jusqu’à diviser par deux le coût de développement des produits. Pour nombre d’entreprises, tout l’enjeu consiste donc à exploiter les données qu’elles génèrent. Disposer des outils appropriés pour relier et analyser des jeux de données volumineux est un impératif. Toutefois, il n’est pas toujours évident d’instaurer un changement de culture en faveur de l’analyse des données.

Gary Finka est directeur senior chez GSK, où il dirige l’équipe de recherche biopharmaceutique. Il explique que pour certains, le passage à l’automatisation est loin d’être une démarche évidente. « Vous devez veiller à leur fournir les outils, la formation et l’assistance adéquats. » Lorsque les experts métier ont le sentiment de contribuer au développement de compétences vitales, « ils sont à même de créer de la valeur ajoutée. »

Dan Middleton, responsable de la fabrication numérique chez Rolls Royce Turbines, explique que la création d’une quantité si importante de données peut susciter une certaine appréhension, car il n’est pas toujours évident de savoir comment les exploiter, du moins au départ, mais dès lors que ces données sont reliées, vous pouvez commencer à en tirer des enseignements. Dans le cas de Rolls Royce Turbines, l’analyse des données a permis à l’entreprise d’obtenir un meilleur éclairage sur sa chaîne logistique et d’améliorer la collaboration.

Malcolm Moore de JMP souligne l’importance du rôle joué par les experts métier : « Certaines des promesses du battage médiatique autour des big data font naître un sentiment d’insécurité, car elles sous-entendent que les personnes inexpérimentées peuvent être aussi productives que les autres. L’analyse des données vient compléter vos connaissances, tout en vous aidant à tirer des enseignements plus rapidement. Rien ne peut se substituer à l’expertise métier. » Dotés des outils appropriés, les experts métier peuvent dégager des informations plus rapidement et être plus productifs avec les mêmes ressources.

S’assurer que la collecte des données stimule l’innovation

Pour nombre d’équipes de R&D, la charge de travail est plus importante que le temps disponible, les ressources s’amenuisent, et les résultats et délais peuvent être imprévisibles. Les plans d’expériences (DOE, Design of experiments) sont indispensables pour récolter rapidement les fruits de l’analyse des données. Ils aident les entreprises à prendre plus vite de meilleures décisions et à mieux anticiper les échéances clés d’un projet.

Tatjana Königsmann, chef d’équipe au sein du pôle de R&D d’Atotech, où elle travaille sur de nouveaux produits de traitement de surface, décrit les tensions qui naissent des contraintes de temps et de ressources lorsqu’il s’agit de fournir des résultats : « La pression est énorme. Il faut composer avec des délais très serrés et être capable de tirer un maximum d’enseignements en très peu de temps. » Les DOE jouent un rôle déterminant dans la capacité de son équipe à tenir son obligation de résultats.

Victor Guiller, ingénieur chimiste au pôle R&D de FUCHS Lubrifiant, observe déjà les premiers signes de réussite liés à l’utilisation des DOE. Pour Tatjana et Victor, les DOE profitent à tout le monde, car ils permettent d’extraire un maximum d’informations en un minimum de temps.

L’ensemble du groupe a reconnu qu’il était beaucoup plus efficace de mener une discussion dynamique, étayée par la science, que de présenter des résultats sur des diapositives statiques. Lorsque les données sont analysées de manière dynamique, l’entreprise peut prendre des décisions plus rapidement.

Exploiter les big data à l’ère de l’IoT et de l’industrie 4.0

Dans l’adoption d’une démarche analytique, la première étape cruciale consiste à déterminer le mode de collecte des données et la finalité de cette opération. Stan Higgins, officier de l’Ordre de l’Empire britannique, résume très bien la situation : « C’est aux experts métier d’expliquer comment les données doivent être manipulées, et non à la direction de demander comment elles doivent être traitées ». » Per Vase, consultant en gestion chez NNE, abonde dans ce sens : « Toutes les entreprises pour lesquelles nous travaillons utilisent activement les big data, mais lorsque nous leur demandons quelle valeur elles souhaitent créer, leur réponse n’est curieusement pas toujours très claire. »

Pour Malcolm Moore, tirer des enseignements des données est un processus continu. Per Vase ajoute : « On a tendance à attendre trop longtemps avant de commencer à analyser les données. Il faut le faire parallèlement à leur collecte. Dès que vous commencez l’analyse, vous recueillez des commentaires sur la manière de collecter, d’associer et de contextualiser les données. Vous créez de la valeur lorsque vous effectuez des analyses et prenez des décisions. »

Malgré les défis de taille et les pressions en interne exercées dans leurs différents secteurs d’activité, les membres du groupe ont tous admis que l’analyse des données, les plans d’expériences et la capacité à visualiser les résultats et à les communiquer de manière convaincante s’inscrivaient au cœur de la réussite de leurs entreprises respectives. En adoptant une approche basée sur les bonnes pratiques et les données, ils contribuent à favoriser l’innovation au sein de leurs structures.

>>Visionnez l’enregistrement de la table ronde ici  

[1] Rapport de McKinsey Global Institute : The Age of Analytics: Competing in a Data-driven World

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !