Logo ETI Quitter la lecture facile

Histoire insolite : Jack l’aiguilleur

Posté le par La rédaction dans Insolite

A la fin du XIX ème siècle, une petite gare d’Afrique du sud devint célèbre dans le monde entier grâce à l’un de ses aiguilleurs, prénommé Jack. Ses méthodes de travail n’étaient pourtant pas différentes de celles de ses collègues, mais Jack avait une particularité unique dans le métier : c’était un singe.

L’histoire commençe par un accident tragique, qui arriva à James « Jumper » Wide, un employé des chemins de fer du Cap. Il était aiguilleur dans la gare de Uitenhage, et son travail consistait à activer des leviers pour s’assurer que les trains se retrouvent sur les bons rails. Mais Wide avait une mauvaise habitude, à laquelle il devait son surnom : il s’amusait à sauter de wagon en wagon pour traverser les voies. Un jour, il rata son coup, et perdit ses deux jambes en passant sous un train.
Déterminé à retrouver son emploi, Wide se fabriqua lui-même des prothèses en bois pour tenir debout, ainsi qu’un petit trolley qui lui permettait de passer par la voie ferrée pour se déplacer entre la gare et son domicile. La compagnie des chemins de fer accepta qu’il reprenne son poste, mais Wide savait qu’il lui faudrait de l’aide pour pallier son handicap.

Un matin, alors qu’il visitait le marché de Uitenhage, la solution se présenta à lui sous la forme d’une scène improbable : un singe était en train de conduire un chariot à bœufs à travers les étals. Fortement impressionné, Wide plaida sa cause auprès du propriétaire pour racheter l’animal, un babouin du nom de Jack. Et c’est ainsi que commença la collaboration la plus incroyable de l’histoire des chemins de fer.

Au début, Jack ne faisait que pousser le trolley de son maître, mais très vite, celui-ci comprit que son compagnon simiesque était doté d’une intelligence hors du commun, et il l’entraina à activer les aiguillages. Quand un train arrivait, le conducteur donnait un certain nombre de coups de sifflet, et Jack savait quel levier il devait actionner en conséquence. Il avait même appris à apporter la clé du dépôt de charbon aux conducteurs qui avaient besoin de s’approvisionner. Sous la supervision de Wide, Jack devint l’aiguilleur en second de la gare d’Uitenhage, et il ne faisait jamais aucune erreur.

Cependant, en voyant un singe aux manettes, une usagère signala la situation aux autorités ferroviaires, qui licencièrent James Wide sur le champ. Mais à nouveau, celui-ci plaida tant et si bien que des inspecteurs de la compagnie furent envoyés pour attester des compétences de Jack. Ils demandèrent à un conducteur de train de donner différents signaux sonores, pour voir si le babouin était capable de faire les manœuvres correspondantes, et Jack passa tous les tests haut la main. Non seulement Wide récupéra son travail, mais en plus, son fidèle assistant devint le premier singe officiellement employé par les chemins de fer (selon certaines sources, il recevait 20 cents par jour et une demi bouteille de bière par semaine).
Jack devint une légende vivante, que même les dignitaires locaux venaient voir en action. Il accomplit sa tâche d’aiguilleur à la gare d’Uitenhage pendant 9 ans, avant de succomber à une tuberculose en 1890. Son crâne est aujourd’hui conservé à l’Albany Museum de Grahamstown, au Cap Oriental.

Plus d’infos :

Source : Blog Axolot

Et aussi dans les
ressources documentaires :

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !