Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Le changement climatique vu par les pétroliers et gaziers

Posté le par La rédaction dans Énergie

Le 16 octobre, dans une déclaration commune, 10 grandes compagnies pétrolières et gazières affirment « promouvoir l'obtention d'un accord efficace pour lutter contre le changement climatique » pour « contenir le réchauffement global à 2°C ». Mais l'ONG britannique InfluenceMap dénonce le décalage entre leurs grandes déclarations et leurs actions de lobbying dans l'ombre.

Dans leur déclaration commune, 10 grandes compagnies pétrolières et gazières – Total, BP, Eni, Shell, Saudi Aramco, Statoil, Repsol, Reliance, Pemex et BG Group -, regroupées depuis 2014 au sein de l’Oil and Gas Climate Initiative (OGCI) affirment avoir diminué leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) d’environ 20 % au cours des 10 dernières années. « Nous avons également réalisé des investissements significatifs dans le gaz naturel, le captage et le stockage de CO2 (CSC) et les énergies renouvelables, ainsi que dans la R&D pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et l’innovation », défendent-ils.

Ils s’engagent à renforcer leurs actions et investissements pour réduire l’intensité en GES du mix énergétique mondial. Pour ce faire, ils visent notamment l’amélioration de l’efficacité énergétique de leurs opérations et carburants, veulent augmenter la part du gaz naturel par rapport au charbon, déployer la technologie CSC et favoriser les énergies renouvelables.

Les pétroliers et gaziers auraient donc pris conscience de l’importance du réchauffement climatique et décidé d’adapter leurs process. Malheureusement, derrière ces beaux discours, l’association britannique InfluenceMap dénonce un double discours. Cette association s’est employée à recenser, analyser et noter l’influence – positive ou négative – sur les politiques climatiques des cent plus grandes multinationales et de trente associations patronales. L’objectif était de montrer l’écart entre les déclarations officielles et leurs lobbying en coulisse.

Elle en conclut que 45 % de ces 100 plus grandes entreprises mondiales font obstruction aux législations permettant de lutter contre le changement climatique. Et 95 % d’entre elles sont membres d’associations professionnelles faisant obstruction aux politiques climatiques, dont, au niveau européen, Business Europe, CEFIC (chimie) ou ACEA (automobile). Les mieux notés récoltent un B, les pires un F.

Le double discours des pétroliers et gaziers

Le classement d’InfluenceMap est sans appel. Parmi les 10 compagnies ayant signé cette déclaration commune, Shell et Eni récoltent un D, Total un E+, BP un E et Reliance un F. Les autres groupes n’ont pas été considérés.

Le 16 octobre, InfluenceMap a également publié le rapport « Les supermajors du pétrole et l’obstruction aux réglementations climatiques ». En analysant 10 000 données (déclarations publiques, consultations publiques…) portant sur 3 réformes politiques clés – la taxe carbone, le marché carbone et la régulation des émissions de gaz à effet de serre -, l’ONG montre l’opposition systématique entre les déclarations de ces entreprises et les activités de lobbying des associations professionnelles qu’elles financent.

Si l’on s’intéresse au géant pétrolier français, Total a un engagement « actif et largement négatif » sur les politiques climatiques, selon InfluenceMap L’association remarque de « fréquentes contradictions dans le message ». Bien que Total s’affiche comme activement engagé dans la lutte contre le changement climatique, « il a milité contre une réduction drastique des émissions lors de la consultation des objectifs européens pour 2030 ». D’un côté, il « a pris part à des initiatives soutenant la transition énergétique et la suppression des subventions aux énergies fossiles ». De l’autre, « il semble ausi soutenir l’utilisation future de toutes les sources d’énergie et sa campagne publicitaire 2014-2015  présentait le pétrole comme une « énergie meilleure » ». 

Les entreprises pétrolières et gazières « semblent avoir transféré leur opposition directe aux législations climatiques à certaines associations professionnelles clés », note Dylan Tanner, directeur exécutif d’InfluenceMap dans un communiqué de l’ONG. « Les investisseurs et décideurs doivent être conscients que ces puissantes organisations professionnelles des secteurs de l’énergie et de la chimie sont financées par, et agissent sur instruction de, leurs membres clés et devraient donc être considérés comme des extensions des activités et positions de leurs entreprises membres », souligne-t-il.

Pour limiter le réchauffement climatique à 2°C en 2100, les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estiment qu’il faudrait laisser  les deux tiers des réserves en énergies fossiles enfouies dans le sous-sol. Si les entreprises pétrolières et gazières communiquent beaucoup sur leurs engagements, aucune n’est prête à se retirer entièrement de l’extraction des hydrocarbures. Limiter l’exploitation des gisements pour limiter le réchauffement climatique? Cela n’est pas à leur programme.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction

Les derniers commentaires

  • si tout le monde peut penser de la même¨façon c’est serait facile mais c’est si qui n’est pas le cas,l’idée serait d’abord de faire comprendre aux compagnies d’extractions d’hydrocarbures le risque encouru par notre environnement de ce fait puis voir avec elles quelles sont les mesures préventives qu’elles doivent adoptées en amont comme en aval de leurs activités lesquelles devrait être accompagnées des Audits & survey ce qui devrait avoir des sanctions lourdes tant pour les états tant pour ces compagnies en plus de ça réduire la consommation d’hydrocarbure en proposant d’autres moyens non polluants à la place de cette source d’énergie.les géants pétroliers finance pas mal des projets surtout en leur avantage mais le contraire je ne pense pas mais il faut partager les responsabilités

  • Lisez le livre de Mathieu Auzanneau : L’or noir
    La grande ‘histoire du pétrole
    Vous verrez que ces dernières depuis le 19e siècle ne tiennent compte que de leur investissement. Les gouvernements, les personnes, les terres sont des problèmes à contourner. ed La découverte

  • « Si les entreprises pétrolières et gazières communiquent beaucoup sur leurs engagements, aucune n’est prête à se retirer entièrement de l’extraction des hydrocarbures. Limiter l’exploitation des gisements pour limiter le réchauffement climatique? Cela n’est pas à leur programme. »
    Posons-nous la question suivante: pourquoi ces entreprises cherchent-elles du pétrole? Parce qu’il y a une demande. Et la demande, c’est qui? C’est nous.
    Vous voulez mettre ces entreprises à genoux? C’est simple, il « suffit » d’arrêter de consommer et de se limiter au vital: eau, nourriture et chaleur. Et de mettre tout le reste à la poubelle.
    Mais ne nous leurrons pas. Personne ne veut ni ne peut se limiter au vital. C’est tellement agréable de prendre des vacances au soleil, de prendre sa voiture pour aller au parc d’attractions, etc. Et donc de maintenir une demande en pétrole élevée. Et en augmentation.


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !