Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Les perfluoroalkylées (PFAS) passent dans le lait maternel

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

En contaminant la mère, les produits chimiques peuvent aussi atteindre les bébés allaités. Les jeunes mamans doivent donc redoubler de vigilance face à ce qu’elles mangent.

Philippe Grandjean, expert en santé environnemental à la Harvard T.H. Chan School of public health ne cache pas son inquiétude. L’étude qu’il a menée sur une cohorte de 81 enfants nés sur les îles Féroé entre 1997 et 2000 montre une contamination aux produits chimiques directement liée au fait que les mères allaitent leur bébé. Un paradoxe car l’allaitement au sein est censée être la meilleure alimentation pour un bébé. Pourtant, d’après ses travaux, les enfants nourris exclusivement au sein présentent un taux de substances perfluoroalkylées (PFAS) supérieur de 20 à 30% par rapport aux autres enfants. Ce taux anormalement élevé est causé par ces mêmes substances qui sont présentes dans le corps de la mère et migrent dans le lait en se fixant sur ses protéines. En nourrissant leur enfant au sein, les mères transmettent aussi les PFAS. Or, si l’impact des ces produits chimiques sur des bébés reste inconnu, ils sont suspectés de provoquer des perturbations endocriniennes et de favoriser l’apparition de cancers chez les adultes.
La problématique des substances chimiques contaminant les jeunes enfants par le biais du lait maternel est malheureusement connue. Notamment chez les mères surexposées, que cela soit par leur métier ou par leurs habitudes alimentaires par exemple. C’est pour cela que l’on conseille aux femmes enceintes et mamans allaitantes de limiter leur consommation de poisson pour se protéger des métaux lourds comme le mercure, d’éviter les dentifrices et eaux trop fluorées et bien sûr d’être vigilantes sur la consommation de médicaments.
La bonne nouvelle concernant cette étude est que le taux de PFAS revient à la « normal » dès la fin de l’allaitement, la contamination n’étant que ponctuelle. Enfin, les bienfaits d’un allaitement au sein restent nettement supérieurs aux dangers représentés par les PFAS.

Par Audrey Loubens

Et aussi dans les
ressources documentaires :

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !