Logo ETI Quitter la lecture facile
neva-big

L’Actu de l’innovation

Neva Aerospace : des drones qui portent des charges de 2 tonnes !

Posté le par Pierre Thouverez dans Entreprises et marchés

Neva Aerospace travaille sur le drone lourd de demain. Son drone Vlinder devrait révolutionner la maintenance industrielle et la construction. L'entreprise présentera ses drones le 22 juin au salon du Bourget dans le cadre de la première édition du Paris Air Lab.

Vlinder, c’est le nouveau concept de plate-forme robotique aérienne de Neva Aerospace. Une plate-forme robuste et évolutive, capable de porter des charges allant de 20 kg à 2 tonnes ! Il est possible d’imaginer toutes sortes de charges, allant d’une caméra à un outil robotique ou un bloc de béton. Ce drone peut servir pour faire de la maintenance aérienne ou organiser des réparations d’urgence dans des endroits éloignés et difficiles.

neva-aerospace

Par ailleurs, dans la construction ou la démolition, il permettra par exemple d’élever des charges lourdes et servir alors de grue aérienne. Mais ses applications seront encore plus larges. Il pourra aider à organiser des secours et cartographier des sites suite à un incident chimique ou nucléaire. Il pourrait enfin servir en sécurité civile, pour des activités de surveillance ou même des interventions physiques.

Des brevets et des concepts

Fin mars 2017, la société a annoncé avoir protégé l’essentiel de ses concepts grâce à plusieurs brevets. La technologie clé est l’utilisation de multiples turbocompresseurs électriques hybrides dotés d’une orientation très précise. Les futurs prototypes Vlinder utiliseront la technologie brevetée de Neva Aerospace.

Le prix de vente est estimé entre 100.000 et 1 million d’euros par drone, suivant leur poids, leur taille et leur mission. Il faudra ensuite ajouter entre 40.000 et 500.000 euros par an pour les dépenses d’exploitation.

Neva Aeospace est un consortium européen de cinq entreprises. « Nous travaillons en partenariat avec d’autres fournisseurs de technologie et les organisations qui utiliseront cette technologie pour personnaliser les designs qui peuvent être intégrés dans leur entreprise », prévient son président Robert Vegnes.

Par Matthieu Combe, journaliste scientifique

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !