Logo ETI Quitter la lecture facile

Les inclassables

On rechargera bientôt son iPod en s’habillant

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

[Interview] Zhong Lin Wang

Une équipe de chercheurs de Georgia Tech dirigée par le Dr. Zhong Lin Wang travaille sur des capteurs nanométriques qui ne requièrent pas de source extérieure d'électricité. En effet, ces capteurs devraient à terme tirer leur énergie des vibrations qui nous entourent...

Dr. Zhong Lin Wang, vous dirigez le Centre sur les nanosciences et les nanotechnologies de la Georgia Tech. Vos recherches portent sur l’application de l’effet piézoélectrique (qui consiste à produire de l’électricité via une action mécanique) aux nanotechnologies. Pouvez-vous nous en dire plus sur la nano piézoélectricité ?
Il s’agit de fabriquer de nouveaux composants électroniques fondés sur les propriétés couplées de la piézoélectricité et des semi conducteurs. En utilisant le potentiel piézoélectrique produit dans un nanofil de ZnO lorsqu’il est tendu, il est possible de construire de nouveaux types de transistors, diodes, interrupteurs et capteurs.

Quelles sont les sources potentielles d’énergie ?
De même que pour l’énergie mécanique, les ondes sonores, les ultrasons, les mouvements du corps, les vibrations, le vent léger, les courants atmosphériques…

Vous évoquez même la possibilité de tisser ces capteurs sur des T-shirts…
Ce type de générateurs est conditionné avec des polymères flexibles. On peut les tisser sous les vêtements, comme des pièces de tissu. On peut ainsi envisager de recharger son iPod en enfilant un T-shirt.

À l’heure actuelle, les nano générateurs ne produisent pas assez d’énergie pour avoir des applications pratiques. Quels progrès avez-vous fait ?
Le processus principal est d’élever la tension de sortie et l’énergie. Une fois ces objectifs atteints, nous pourrons passer aux applications. Nous prévoyons d’élever la tension de sortie à 0,5 V pour pouvoir stocker les charges. Si nous parvenons à obtenir une production de l’ordre du milli au micro-Watt, de nombreux petits appareils pourront être alimentés. C’est notamment le cas des micromachines ou Mems (Micro-Electro-Mechanical Systems). Dans cinq à dix ans, ils devraient ainsi servir à alimenter des biocapteurs, Mems et petits composants électroniques.Zhong Lin Wang dirige le Centre sur les nanosciences et les nanotechnologies de la Georgia Tech aux Etats-Unis. Ses recherches sur les capteurs nanométriques viennent d’être élues par le magazine américain Technology Review parmi les 10 technologies émergentes en 2009.

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !