Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Quand les pros de l’intuition se mêlent au recrutement

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Après la multiplication des entretiens, des tests psychologiques, les mises en situation… certaines entreprises sollicitent les services de professionnels de l’intuition pour être sûres de choisir le bon candidat.

Les entreprises cherchent toujours des moyens de conforter leur choix lorsqu’elles décident de recruter quelqu’un. Certaines multiplient les entretiens, jusqu’à plus de 10 ! D’autres soumettent leurs candidats à des batteries de tests. D’autres encore, plus rares, choisissent de se fier à l’intuition. Pas la leur. Celle de professionnels, qui ont appris à apprivoiser cette faculté de prendre la bonne décision sans faire appel à la raison. Il faut dire que l’intuition peut faire des miracles. Selon Alex Todorov, psychologue à l’université de Princeton cité dans la Havard Business Review, il suffirait seulement de 165 millisecondes au cerveau intuitif pour évaluer, avec une précision remarquable, la fiabilité, la sympathie et les compétences d’une personne en face de soi. D’où l’intérêt pour le recrutement.

Une tendance émergente

« C’est une nouvelle demande que j’ai depuis 3-4 ans, indique Kris Saint Ange, coach intuitif. Des chefs d’entreprise, surtout dans la restauration, me consultent pour émettre un avis sur des CV ou des candidats (moyennant 140 euros de l’heure, ndlr). Quand je reçois un CV avec photo, je vois tout de suite si la personne va s’intégrer ou pas. » Intuitive de naissance, Kris Saint Ange parle de don. Elle a accès à des informations qui échappent à notre conscience. « C’est la base de l’intuition, explique Alexis Champion, docteur en informatique et directeur d’Iris Intuition Consulting, cabinet et école de l’intuition implanté depuis 7 ans en France. Tout est ici et maintenant et on est capable de le percevoir, même si on ne sait pas comment l’expliquer. »

L’intuition utilisée par l’armée américaine

Alexis Champion, aide lui aussi des entreprises à recruter, par l’intuition. « On a peu de demandes de ce type : entre 5 et 10 par an », précise-t-il. Tous types d’entreprises, aussi bien des grandes, que des PME, s’intéressent à son flair, et à celui des trois autres membres du cabinet. Tous se sont formés à l’intuition avant de développer une offre de formation. Alexis Champion est passé par un apprentissage auprès des chercheurs Stephan Schwartz et Russell Targ ainsi que des intuitifs militaires américains Paul H. Smith et Lyn Buchanan. Ces deux derniers ont participé à l’expérimentation de l’intuition dans le cadre du projet Stargate mené dans les années 1970 et 1990 par le gouvernement américain pour étudier les applications militaires et civiles de la vision à distance. C’est-à-dire, la capacité à voir psychiquement les évènements de loin. Une aptitude que l’on peut utiliser grâce à la technique du « remote viewing ». C’est elle qu’Alexis Champion et les autres intuitifs utilisent pour aider les entreprises à recruter via l’intuition.

Le « remote viewing » appliqué au recrutement

Concrètement, comment ça marche ? « Lorsqu’une entreprise demande nos services, elle n’a même pas besoin de nous dire ce qu’elle fait, ni où elle est implantée, ni pour quel poste elle recrute », répond Alexis Champion. Elle a simplement à dire qu’elle cherche à recruter. « Moins on en sait, mieux l’intuition fonctionne », explique le spécialiste. Ensuite, les membres du cabinet exploitent la technique du remote viewing. « Il y a en a un qui pose des questions, sur le type d’entreprise qui recrute, le profil de la personne, le poste à pourvoir, etc. et un autre qui y répond en commençant par décrire visuellement ce qu’il voit puis en y ajoutant des informations plus précises. » À l’issue du processus, le cabinet fournit un rapport d’informations intuitives. Le client y trouve des réponses, pour certaines à des questions qu’il connaît déjà (le profil du poste, par exemple), ce qui lui permet d’évaluer la fiabilité des réponses données intuitivement. « Nous avons un taux d’informations valides de 78 % », affirme Alexis Champion.

Intuition = discrimination ?

« L’intuition peut être inestimable et fiable, mais uniquement si elle est utilisée par une personne qui a une parfaite connaissance de l’environnement dans lequel elle évolue, ainsi qu’une excellente maîtrise de ces compétences. C’est l’expérience sur le long terme qui lui permet de pouvoir se fier à son intuition », prévient le professeur anglais de psychologie Ken Manktelow cité sur Taliance.fr. Celui qui dispose d’un maximum d’informations peut donc se fier à son intuition pour prendre la bonne décision sans être perturbé par des sentiments. Un peu comme les algorithmes de recrutement, mais en mieux. Si les robots sont 25 % plus efficaces que les humains pour choisir les bons candidats en se référant à des informations objectives, l’intuition, a toujours raison. Il n’existe cependant pas de recherches légitimant l’utilisation de l’intuition humaine dans le processus de recrutement. Il faut dire qu’un élément pose problème : la dimension visuelle de la technique utilisée par Kris Saint Ange et Alexis Champion. Elle peut faire penser à de la discrimination, dans la mesure où elle incite à traiter de manière différente des candidats sur la base de critères non justifiés par rapport au poste.

Par Elodie Buzaud

Source :

Accélérateur de carrière pour les cadres et les dirigeants, Cadremploi propose chaque jour des milliers d’offres d’emploi, des services et des conseils d’experts sur le marché du recrutement.

Et aussi dans les
ressources documentaires :

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !