Logo ETI Quitter la lecture facile

News de science

Réutilisation des eaux de process grâce à l’oxydation

Posté le par La rédaction dans Environnement

La technologie HiPOx

En détruisant les contaminants ultra-résistants, à des niveaux à peine détectables, grâce à une technologie d’oxydation mettant en œuvre une multiplicité de points de micro-injection d’un mélange ozone-peroxyde, la technologie HiPOx permet la réutilisation ou même le recyclage des eaux de process.

Alternative efficace à l’utilisation de charbon actif ou encore à la pré-chloration, la technologie HiPOx repose sur la formation du radical hydroxyle, un puissant oxydant qui réagit chimiquement avec toutes sortes de micro-contaminants tels que les PCB, les dioxanes ou bien les composants classiques du goût et de l’odeur. Développé par Applied process technology Inc. et distribué par Air products, ce procédé d’oxydation avancée (ou POA) offre aux industriels de la chimie, de la pétrochimie, de la pharmacie ou encore de l’agro-alimentaire, la possibilité d’économiser l’eau.Il présente plusieurs avantages :

  • sa simplicité : le procédé pourrait se résumer à une pompe, un flux continu d’eau, le dosage et l’injection directe de faibles doses d’ozone et de peroxyde de façon simultanée en de multiples points. Entre chaque injection, un faible temps de séjour est accordé à la réaction d’oxydation pour lui permettre de se finaliser. La dissolution des oxydants est assurée par des mélangeurs statiques ;
  • son efficacité : il permet, grâce à une dissolution de 95 % à 100 % du mélange oxydant, la destruction des micro-contaminants tels que les perturbateurs endocriniens (phtalates, bisphénols, HBCD, TEPF issus de l’industrie), les perturbateurs œstrogéniques (hormones naturelles ou synthétiques), les contaminants “émergents” (PCB, HAP), les pesticides (Triazines, Glyphosate, AMPA d’origine agricoles) et les antibiotiques (fluoroquinones par exemple, d’origine pharmaceutique). Le procédé HiPOx permet en outre de désinfecter les eaux souterraines ou de surface en vue de leur potabilisation (lutte contre les agents pathogènes biologiques tels les mycobactéries environnementales pathogéniques ou PEM) et de répondre aux problématiques concernant le traitement de la DCO dure ou l’élimination de la couleur, du goût et des odeurs ;
  • son innocuité : il minimise en effet la formation de sous-produits tels que les bromates. En fait, l’action combinée du peroxyde et de l’ozone au travers de la technologie HiPOx élimine l’hypobromite (produit intermédiaire précédant la formation des bromates) ;
  • sa flexibilité : le réacteur, d’un faible encombrement au sol, peut fonctionner à l’ozone seul ou en mode d’oxydation avancée en fonction des besoins. On peut aussi alterner les deux méthodes ;
  • sa fiabilité : la maintenance est réduite à sa plus simple expression.
Article initialement paru dans Instantanés techniques, décembre 2009, n°56

Posté le par La rédaction

Cet article se trouve dans le dossier :

L'eau dans l'industrie : contraintes et défis


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !